jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

949 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 mars 2021

Ma grand-mère Marie-Thérèse avec un M comme Marilyn Monroe et comme Moi

Chronique des créations en voie de disparition (8). Céline Milliat Baumgartner poursuit son introspection familiale, filiale et théâtrale avec une troisième pièce « Marilyn, ma grand-mère et moi » où, tout en restant elle-même, elle joue tous les rôles. Poupoupidou !

jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Scène de "Marilyn, ma grand-mère et moi" © Manuel Peskine

La femme et l’actrice, la vie et le théâtre sont inextricablement liés dans les spectacles de Céline Milliat Baumgartner dont elle est l’interprète principale, voire unique, et l’une des héroïnes. Dans Les Bijoux de pacotille (lire ici), Céline donnait une nouvelle vie à ses parents disparus dans un accident de voiture lorsqu’elle était enfant. Chemin faisant, on comprenait qu’elle était fascinée par sa mère disparue, une actrice de cinéma, la première française à oser jouer nue devant une caméra, nous disait la fille en passant. Ceux qui avaient vu son premier spectacle, Striptease, ont fait alors le lien, d’une part avec la vocation de Céline comme fléchée par le destin (telle mère, telle fille) et, d’autre part, le pourquoi du sujet abordé dans ce premier spectacle avec une belle délicatesse (lire ici). Dans son troisième spectacle, voici que maintenant Céline Milliat Baumgartner aborde la figure de sa grand-mère maternelle. C’est une personne qu’elle a bien connue et avec laquelle elle a entretenu une longue complicité jusqu’à sa disparition.

Sa grand-mère n’a pas été une actrice. Jeune, elle travaillait dans un hôpital. Néanmoins, elle avait le même âge que Marilyn Monroe, les deux sont nées en 1926. Marilyn est morte jeune (comme la mère de Céline), à trente-six ans. L’actrice (Céline) nous dit que lorsqu’elle était jeune fille et rêvait peut-être déjà d’être actrice, elle avait un poster de Marilyn punaisé dans sa chambre. Le ping-pong fondateur de ses spectacles remet une pièce dans le jukebox intime : l’actrice et autrice des trois pièces fait la navette entre sa grand-mère Marie-Thérèse et Marilyn, admirant l’une autant que l’autre, et jouant les go-between. Le titre du spectacle joue cartes sur table : Marilyn, ma grand-mère et moi. Tout s’entrelace, se tricote, se détricote, se renvoie la balle. A chacun ses signes de reconnaissance : les pieds nus marchant sur les pointes disent Marilyn, la femme assise c’est la grand-mère et, debout tournée vers le public, les yeux brillants comme constamment étonnés et émerveillés d’être là, c’est l’actrice.

Valérie Lesort qui signe la mise en scène et la scénographie, sachant que le spectacle devait tourner dans toutes sortes de théâtres ayant des scènes plus ou moins grandes et plus ou moins bien équipées, a opté pour une efficace sobriété : à gauche, le piano (et son pianiste-acteur Manuel Peskine) ; au centre, un cercle délimitant l’espace du jeu ; au fond, une vieille et imposante armoire normande dont les portes s’ouvrent et se ferment, comme les volets d’un castelet. C’est là, entre deux portes, qu’apparaît Marilyn marchant sur la pointe des pieds vers le micro. C’est de l’armoire que la grand-mère sort des vêtement d’enfants, c’est de là que le pianiste apparaît avec une perruque blonde comme dans un film de Marilyn, vous devinez lequel. C’est là que l’actrice cherche le trésor qui y est caché. Une belle armoire à jouer. L’idée n’est pas nouvelle au théâtre, mais elle est increvable et parfaitement mise en scène.

La grand-mère nous raconte avoir été séduite à l’hôpital par un irrésistible chirurgien. Enceinte de ses œuvres, le chirurgien procède à l’avortement. De nouveau enceinte, elle épouse cet homme volage. Marilyn, elle, n’a pas le droit de tomber enceinte, c’est inscrit dans ses contrats. Quant à l’actrice, elle fera une fausse-couche entre deux scènes. Céline Milliat Baumgartner se glisse d’un personnage à l’autre, souvent, et c’est encore plus beau, imperceptiblement. 

Quand, accompagnée par le pianiste, l’actrice chante « Striptease », c’est Marilyn qui enlève un à un ses oripeaux. Jeu de masques et filiations. « Ma grand-mère m’a donné tout ce qu’elle n’avait pas donné à sa fille. Elle m’a parlé comme elle n’avait jamais parlé avec sa fille », dit l’actrice. Quand sa grand-mère meurt, le hasard – il n’y a pas de hasard – fait que c’est la chanson préférée de Marilyn que l’on entend à son enterrement.

Spectacle vu en avant-première vue pendant le confinement, au nouveau Théâtre de Domfront en Poiraie dans l’Orne, un spectacle porté par Le Préau à Vire, CDN de Normandie. Après une longue tournée le spectacle s'installe au Théâtre du petit Saint Martin à Paris du 11 janvier au 9navril.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À l’Assemblée, le RN s’installe et LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Les contradictions de la défense de Damien Abad
Damien Abad est visé par une enquête pour « tentative de viol ». Questionné par BFMTV sur le témoignage de la plaignante, l’avocat du ministre a affirmé que son client ne la connaissait « absolument pas », ne sachant pas de « qui il s’agit ». Ce que contredisent plusieurs éléments obtenus par Mediapart. Contacté, Me Benoît Chabert revient sur ses propos.
par Marine Turchi
Journal — Santé
Gynécologues accusés de viols : le dialogue est rompu entre médecins et patientes
La secrétaire d’État et gynécologue Chrysoula Zacharopoulou est accusée de « viol » et de « violences » par des patientes, à la suite du professeur Daraï, qui fut son chef de service. Les gynécologues rejettent le terme de viol en cas d’examen gynécologique. Les militantes fustigent un déni des violences.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Hôpital public : lettre ouverte à Monsieur le Président
A l’orée de cet été, la situation de l’hôpital public est critique. Nous sommes à la croisée des chemins. Depuis des mois l'hôpital public est sur le devant de la scène, après les 2 années de pandémie cet été s'annonce difficile. Nous adressons aux responsables politiques un point de vue de cadres et de soignants de proximité, investis dans l'hôpital, un bien commun, qu'il faut préserver, quoi qu'il en coûte.
par Fabienne dubeaux
Billet de blog
Pour un service public de santé territorial 3/3
Publié sur le site ReSPUBLICA et écrit avec Julien Vernaudon, le premier volet de cet article donnait le contexte historique, le second une analyse de la situation actuelle des professionnels de santé de premier recours et de leur évolution. Ce troisième et dernier volet propose la création d'un vaste et nouveau service public se santé territorial.
par Frédérick Stambach
Billet d’édition
Covid-19, 7ème vague : l'État se rend encore « fautif »
Une septième vague de contaminations au COVID-19 frappe la France. Alors que le tribunal administratif de Paris a reconnu l'État « fautif » pour son impréparation lors de la première vague, le gouvernement ne semble pas tenir compte des remarques passées ni des alertes de la société civile.
par Mérôme Jardin
Billet de blog
Innovation et Covid : demain, rebelote ?
La quiétude retrouvée dans nos pays n’est pas de bon augure. S’il y a résurgence du Covid, tout est en place pour revivre ce qui a été si cruellement vécu: l’injustice dans l’accès aux vaccins à l’échelon mondial et le formatage de la gestion de la pandémie au gré des priorités économiques des pays riches et intérêts financiers des firmes pharmaceutiques ... Par Els Torreele et Daniel de Beer
par Carta Academica