jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

897 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 déc. 2015

Romeo Castellucci (3): vingt ans après, il trouve par terre et ramasse son «Orestie»

Troisième et dernier volet du portait de Romeo Castellucci présenté par le Festival d’Automne : « L’Orestie (une comédie organique ?) » d’après Eschyle. Reprise troublante d’un spectacle créé il y a vingt ans. Comme un vieux pull que l’on retrouve dans une armoire : il a beau être un peu usé aux coudes, on l’aime encore.

jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"L'orestie (une comédie organiques)" version 1995 © SRS

Romeo Castellucci dit avoir « trouvé par terre » son vieux spectacle, comme une carte d’identité d’un autre qui vous ressemble, qui gît là dans le caniveau. Etrange autant que passionnant le fait de voir cette Orestie après, et non avant, les plus récents Ödipus der Tyrann (lire ici) et Le Métope del partenone (lire ici).

Les métamorphoses du battement de cœur

C’est comme un retour sinon aux origines du moins aux racines. Et doublement. Celles du théâtre de Castellucci et celle du théâtre occidental. Comme tous les spectacles de l’Italien,tout y est grondement et surgissement, articulant une brassée de visions fortes et charpentée traversant ici, de façon parfois laborieuse, la trilogie d’Eschyle.

Ses visions ouvrent des champs d’exploration, de gouffres énigmatiquesoù le spectateur peut s’enfoncer, tout en épousant le rythme souvent hypnotique de ce spectacle qui associe les métamorphoses dubattement du cœur aux métaphores du cercle, depuis les petits trous ménagés dans le tulle à la face jusqu’à l’enfermement circulaire où Oreste cohabite avec des singes qu’il affole. C’est beauet vertigineux comme les tableaux de Gilles Aillaud ayant trait au zoo.

La mère et l’enfant

C’est une très vieille histoire vue et lue à travers les yeux d’un enfant. L’enfant est du côté de la mère, de Clytemnestre. Elle est immense comme toutes les mères, elle déborde de seins, de cuisses odorantes, elle estle plus souvent allongée sur ce lit où l’enfant aime venir se lover entre sesgrosses cuisses, respirer l’endroit de son origine. Elle a tous les droits. Elle tue son mari Agamemnon, depuis trop longtemps parti faire la guerre et qui revient, ce porc hilare, avec une concubine (Cassandre). Il sent trop le sang, le sperme, la boue, la merde. Agamemnon a le sourire stupéfiant d’un trisomique.

L’enfant est du côté de la mère. Comme Artémis, il « en veut aux chiens ailés de son père qui ont immolé avant sa délivrance la malheureuse hase avec sa portée » (traduction Mazon).Dans le spectacle, la portée de la femelle du lièvre apparaît sous forme de lapins en plâtre dans un stand de tir de fête foraine. L’enfant rêve un jour d’être en âge de tirer à la carabine, de faire mouche, de gagner l’ours ou le singe en peluche.

Et l’enfant qui sait déjà lire associe ces petits lapins innocents au lapin d’Alice qui paraît au début du livre de Lewis Carroll et emmènera Alice au pays des merveilles. L’enfant devenu l’éphèbe Oreste hésitera, souligne Castellucci, avant de tuer sa mère. Cassandre sur son char (une cabine de verre comme une papamobile) dit ce qu’elle a à dire et à prédire. L’enfant devenu Castellucciassocie Alice à Iphigénie, fille de Clytemnestre et d’Agamemnon que ce dernier se résout à sacrifier pour obtenir des vents favorables et gagner la guerre.

Des clowns enfarinés

C’est un spectacle vu par les yeux d’un enfant qui observe un vieux monde plein d’animaux, de clowns enfarinés, de « grands » filiformes affublés de chapeau pointus, d’oreille de lapins(le Coryphée) ou du nez de Pinocchio. Oreste est un adolescent, malingre, timide et maladroit. Le noir, couleur de la guerre, engendre le blanc, couleur de la mort.

C’est un très vieux monde fait de papiers, de toiles parcheminés, de tulles troués, de machines anciennes recyclées, de pistons, de fils qui pendouillent, de crochets de boucher.Dans Les Pèlerins de la matière (éditions Les Solitaires intempestifs), Castellucci dit avoir travaillé à partir de vieilles traductions en italien très datées, « parce que c’est le côté de la chose, sa poussière de rêve qui m’intéressait ». Un univers qui sent le renferméet où l’irruptiongénéreuse du rouge (le sangqui coule en abondance) est la seule tache de couleur. C’est un spectacle fait des rides du trop-plein et de soudains électrochocs.

Il ne reste du texte d’Eschyle que des lambeaux, des pages rescapées auxquelles l’ingénieur du son tord le cou. Reste la violence des corps ensanglantés, restent les stridences, le chant d’horreurs. Tout le reste est littérature. Reste le théâtre.

Vingt ans après ce spectacle revisité, Ödipus der Tyrann montre le chemin parcouru. Le texte n’est plus distordu, les corps ont trouvé leur voix, les blancs sont plus blancs que jamais, les visions ont gagné en simplicité et en intensité, Romeo Castellucci est devenu le classique de lui-même.

Théâtre de l’Odéon, 20h, jusqu’au 20 décembre.

A l’Apostrophe, Théâtre des Louvrais (Pontoise), les 8 et 9 janvier, puis les Célestins à Lyon, la Rose des vents à Villeneuve-dAscq, le TNT à Toulouse, etc.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart