jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

943 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 janv. 2022

Fanny de Chaillé : « Le choeur » comme atout maître

Poursuivant son parcours atypique et touche à tout, chahutant le théâtre autant que la danse, Fanny de Chaillé travaillant avec dix talents en herbe leur ouvre son « Chœur »

jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Figure du "Choeur" © Marc Domage

Fanny de Chaillé est une artiste en perpétuel déplacement et ses spectacles sont sans frontières. Quand on la croyait encore bosseuse en esthétique à la Sorbonne, elle était déjà en train de faire des pirouettes avec Daniel Larrieu ou Alain Buffard. Quand on l’a crue installée comme dramaturge pour chorégraphes, elle en était déjà à créer une Gonzo conférence. Plus tard, j’ai croisé le parcours de cette insaisissable en 2010 dans la bibliothèque de la Cité Internationale boulevard Jourdan où elle avait établi un campement qui allait durer deux saisons. Chaque « spectateur » était convié dans la bibliothèque pour choisir un livre dans le catalogue et le livre venait à lui : c’était une personne. Dans une autre salle toute petite , on voyait défiler sur l’écran un texte de Georges Perec (Le voyage en hiver), sur le côté, devant un micro Fanny de Chaillé traduisait le texte dans la même langue, le français, en usant pour chaque mot d’un synonymes , créant ainsi une autre version. LA machine n’aillait pas tarder à se dérégler, le dérèglement étant l’une des bases du travail de cette artiste multi-carte.

Fanny (appelons là par son prénom, c’est une artiste qui prend le spectateurs comme les acteurs pour des amis, des complices), n’aime les règles que pour les dérégler. La suite allait le prouver. Ainsi son jubilatoire Je suis un metteur en scène japonais ou ses spectacles en complicité avec les écrits et la personne de Pierre Alferi à commencer par Les grands en 2017 . Trois ans plus tôt, Le groupe d’après La lettre de Lord Chandos de Hugo von Hoffmansthal ouvrait une autre brèche, un texte matrice pour Fanny qu’elle a lu et relu depuis sa découverte à l’âge de 19 ans. On y voit le poète mettre en crise son rapport au langage. Bref extrait : « Un arrosoir, une herse à l’abandon dans un champ, un chien au soleil, un cimetière misérable, un infirme, une petite maison de paysans, tout cela peut devenir le réceptacle de mes révélations. Chacun de ces objets, et mille autres semblables dont un œil d’ordinaire se détourne avec une indifférence évidente, peut prendre pour moi soudain, en un moment qu’il n’est nullement en mon pouvoir de provoquer, un caractère sublime et si émouvant, que tous les mots, pour le traduire, me paraissent trop pauvres. « .

Chaque année le dispositif Talents Adami  (Organisme de gestion collective des droits des artistes-interprètes) confie le soin à une personne de mettre en scène et diriger et d’abord de choisir une dizaines je jeunes acteurs (qui se sont portés candidats) pour les mettre en lumière..Il y a deux ans le choix s’est porté sur Fanny de Chaillé, qui, comme on pouvait s’y attendre, loin de mettre successivement en valeur et en avant chaque actrice et acteur en herbe a opté pour une forme chorale bien plus ludique et dynamique. Ils et elles ne la connaissaient pas, ni ne se connaissaient, au bout était Le chœur. Le contraire d’une chorale ou d’un amas de mini shows.. Tout s’est appuyé sur un intense travail corporel, Fanny de Chaillé ayant eu soin de choisir en priorité des « jeunes talents, ayant une expérience du côté de la danse. Puis, lors d’improvisations, des souvenirs personnels ont ressurgis, le coaching de textes de Pierre Alferi tenant lieu de terreau la confrontation amicale des uns avec les autres a fait le reste aiguillonnée par Fanny de Chaillé, la cheffe de groupe. Nommons les dix protagonistes : Marius Barthaux, Marie-Fleur Behlow, Rémy Bret, Adrien Ciambarella, Maud Cosset-Chéneau, Malo Martin, Polina Panassenko, Tom Verschueren, Margot Viala et Valentine Vittoz.

Ils entrent les uns à la suite des autres, s’alignent devant nous à ‘avant scène et et nous regardent. Tous sont pieds nus, en tenue ordinaire légère, vaguement sportive, plusieurs portent des shorts. Cela commence par la chute des tours à New York le 11 septembre 2001, contemporaine de leur enfance et vue à la télévision. Comment ont-ils vécu l’événement ? Très vite l’imagination s’en mêle. Puis on passe à un autre et à autre chose. Chaque moment est porté par un voix de l’un des dix, les neuf autres illustrant, accompagnant la scène décrite u mouvement de leur corps entremêlés. Autant de brefs récits associant la parole d’un coryphée au mouvement d’un corps collectif. D’une panne d’électricité à l’entrée en maternelle d’ un enfant russe ne parlant pas le français, tout s’enchaîne dans la joie du faire. La jubilation de ceux qui sont sur la scène, n’a d’égale que celle à qui ils et elles s’adressent frontalement : nous.

Théâtre 14 , 20h, jusqu’au 15 janvier dans le cadre du Festival d’automne.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Pap Ndiaye : la nouvelle histoire des migrations
En décembre dernier, en direct de Pessac, Pap Ndiaye a évoqué de façon magistrale la nouvelle histoire des migrations, estimant que la France n’est pas un bloc, mais faite de « variations ». On se grandit en les prenant en compte, disait-il, contrairement au projet des « marchands de haine ».
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Attaques racistes : l'impossible défense de Pap Ndiaye
L'extrême droite et la droite extrême ont eu le réflexe pavlovien attendu après la nomination de M. Pap Ndiaye au gouvernement. La réponse de la Première ministre est loin d'être satisfaisante. Voici pourquoi.
par Jean-Claude Bourdin
Billet de blog
Racisme systémique
Parler de « racisme systémique » c’est reconnaître que le racisme n’est pas uniquement le fait d’actes individuels, pris isolément. Non seulement le racisme n’est pas un fait exceptionnel mais quotidien, ordinaire : systématique, donc. Une définition proposée par Nadia Yala Kisukidi.
par Abécédaire des savoirs critiques
Billet de blog
La condition raciale made in USA
William Edward Burghardt Du Bois, alias WEB Du Bois, demeure soixante ans après sa mort l’une des figures afro-américaines majeures du combat pour l’émancipation. Magali Bessone et Matthieu Renault nous le font mieux connaître avec leur livre « WEB du Bois. Double conscience et condition raciale » aux Editions Amsterdam.
par Christophe PATILLON