jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

943 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 nov. 2021

Antigone et Tirésias, combattant.e.s solitaires

Guy Cassiers met finement en regard Antigone et Tirésias, deux figures héritées des Grecs, portées par deux écritures contemporaines, celles de Stefan Hertman et de Kae Tempest, chacune magnifiquement embrassées par une actrices,respectivement Ghita Serraj et Valérie Dréville.

jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

scène d'"Antigone" © Simon Gosselin

Loin de la sophistication technique excessive de ses Démons à la Comédie Française qui, in fine, se retourne contre les acteurs, contre les spectateurs et donc contre lui-même (lire ici) , le metteur en scène Guy Cassiers associe intensément deux figures du théâtre qui accompagnent bien des récits depuis l’Antiquité  grecque: Antigone et Tirésias. La première avec Antigone à Molenbeek du flamand Stefan Hertman (texte traduit par Emmanuelle Tardif et publié aux éditions Castor Astral). La seconde avec Tirésias qui puise dans Hold your Own de l’anglaise Kae Tempest (traduit de l’anglais par D de Kabal et Louise Bartlett et publié dans la traduction de cette dernière sous le titre Etreins-moi/ Hold your own dans une édition bilingue aux Éditions de l’Arche). Un dispositif quasi identique pour les deux spectacles et, dans les deux cas, un accompagnement musical du Quatuor Debussy interprétant les quatuors à cordes n°8, 11 et 15 de Dmitri Chostakovitch, live pour les représentations à la MC93 dans le cadre du festival d’automne qui viennent de s’achever, et en version enregistrée (ou live selon les villes) par le quatuor Danel pour la tournée. En scène, une seule actrice. Ghita Serraj pour Antigone et Valérie Dréville pour Tirésias. On ne présente plus la seconde, la première, plus jeune, on l’avait découverte dans le sillage de Joris Lacoste et de son « Encyclopédie de la parole », elle était l’unique et formidable interprète de l’étonnant Jukebox (lire ici).

Si le titre de l’auteur flamand fait référence à Antigone, dans le texte, elle s’appelle Nouria. Elle est fille d’un marchand de meubles, étudiante en droit à Bruxelles. Son jeune frère, terroriste (pro-islamique devine-t-on), a été tué dans une explosion qu’il a provoquée. Elle veut le voir, récupérer son corps ou ce qu’il en reste, pour l’enterrer. C’est ce qu’elle demande à tous, à commencer par Monsieur Crénom, l’agent du commissariat de police de son quartier. (Echos entre "restes" et Oreste, Crénom et Créon, etc). Monsieur Crénom , je vous en supplie !/ Je veux le dépouillement...la dépouille/ de mon frère pour l’enterre, c’est tout » suppllie Nouria « Enfin, Nouria, comme tu y vas.../ On n’est pas au théâtre ici » réplique l’agent et il ajoute : « cette ordure ne mérite même pas ton chagrin ». Nouria va s’obstiner. Jusqu’à aller à la morgue, ouvrir les tiroirs aux corps congelés. Elle trouve un sac portant le nom de son frère, on l’arrête, on l’enferme....

Tout le texte est porté par la jeune actrice, des caméras disposées ici ou là la filme, un écran nous la montre en gros plan. La musique (les musiciens) accompagne(nt) les scansions du texte au flux continu rentrant peu à peu dans le corps de Nouria pour ne plus en sortir ou pour mieux l’enfermer.

scène de "Tirésias" © Simon Gosselin

On retrouve le même dispositif pour Tirésias avec les mêmes adjuvants : jeu d’écrans, petite table équipée de caméras miniatures, aquarium remplie de neige où tremper ses mains, accoler son visage, etc. Le flux des mots n’est plus continu, il est plus heurté, plus complexe. Cassiers a fait un montage dans le texte éclatée en séquences de Kae Tempest. Tirésias est plus ouvert, vagabond, tout à tour enfant, homme, femme  et de nouveau homme. Citoyen et étranger comme Nouria. Personne autour d’eux ne les écoute vraiment. L’un et l’autre, du fond de leur solitude et de leur isolement nous questionnent. « Le langage vit quand tu le parles. Fais-le entendre. /La pire chose qui puisse arriver aux mots, c’est d’être inexprimés. / Qu’ils chantent dans tes oreilles, et dansent dans ta bouche, et se tordent dans tes tripes. Qu’ils fassent que tout se serre et scintille. / La poésie tremble isolée, saisie seulement pour être dépecée » écrit Kae Tempest.

Guy Cassiers avait créé ces deux monologues en octobre 2000 chez lui, au Toneelhuis d’Anvers. Il les a recréés cette année en version française aux Nuits de Fourvière en juin dernier puis au Festival d’Automne à la MC93 du 5 au 14 nov en version musique live et maintenant en tournée (musique enregistrée ou live selon les lieux, comme précisé ci-après ) : théâtre national de Bretagne, Rennes du 24 au 27 nov, au Maillon, Théâtre de Strasbourg du 1er au 3 déc, à Points communs -Cergy-Pontoise / Val d'Oise du 7 au 8 déc, à la Comédie de Valence (version live) les 5 et 6 janv, au Phénix de Valenciennes les 12 et 13 janv, à la Maison de la Culture d'Amiens (version live) les 17 et 18 janv, au Théâtre de Vidy-Lausanne du 26 au 29 janv, au Grand Théâtre de Provence, Aix-en-Provence (version live) les 2 et 3 fév.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Attaques racistes : l'impossible défense de Pap Ndiaye
L'extrême droite et la droite extrême ont eu le réflexe pavlovien attendu après la nomination de M. Pap Ndiaye au gouvernement. La réponse de la Première ministre est loin d'être satisfaisante. Voici pourquoi.
par Jean-Claude Bourdin
Billet de blog
La condition raciale made in USA
William Edward Burghardt Du Bois, alias WEB Du Bois, demeure soixante ans après sa mort l’une des figures afro-américaines majeures du combat pour l’émancipation. Magali Bessone et Matthieu Renault nous le font mieux connaître avec leur livre « WEB du Bois. Double conscience et condition raciale » aux Editions Amsterdam.
par Christophe PATILLON
Billet de blog
Racisme systémique
Parler de « racisme systémique » c’est reconnaître que le racisme n’est pas uniquement le fait d’actes individuels, pris isolément. Non seulement le racisme n’est pas un fait exceptionnel mais quotidien, ordinaire : systématique, donc. Une définition proposée par Nadia Yala Kisukidi.
par Abécédaire des savoirs critiques
Billet de blog
Pap Ndiaye : la nouvelle histoire des migrations
En décembre dernier, en direct de Pessac, Pap Ndiaye a évoqué de façon magistrale la nouvelle histoire des migrations, estimant que la France n’est pas un bloc, mais faite de « variations ». On se grandit en les prenant en compte, disait-il, contrairement au projet des « marchands de haine ».
par YVES FAUCOUP