jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

981 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 juil. 2019

jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

Avignon : putain de « Phèdre ! »

Comment réduire l’une des plus belles pièces du monde à une histoire de cul et à des gags en empruntant les pires habits de la vulgarisation ? C’est ce que propose François Gremaud dans « Phèdre ! » Qui essuie ses pieds lourds et crottés sur la poésie dramatique de la « Phèdre » de Racine

jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Phèdre est une tragédie de Racine. Phèdre ! est une comédie de François Gremaud. La comédie du second est censée nous parler de la tragédie du premier et elle le fait un peu à la façon dont le saucisson prétendument pur porc nous parle du cochon ou la marmelade de pommes nous raconte le pommier. De fait, sa comédie saucissonne l’histoire de la pièce et réduit la langue de Racine à une marmelade. La Phèdre de Racine n’est plus une langue qui nous ensorcelle par sa poésie. Devenue Phèdre ! la pièce nous raconte Phèdre, une histoire de cul assortie de bisbilles familiales, et prétexte à galéjades et autres jeux de mots.

Cela commence dès le prologue qui remonte aux origines de la tragédie. Phèdre ! est une bricole pour un acteur destinée en priorité (ce n'est pas le cas au festival d'Avignon In) à un public scolaire, il faut pas les faire chier, les mômes. Gremaud ne fait aucunement confiance à la force tellurique de la poésie qui, par sa magie, peut faire basculer un destin en un instant, il préfère besogner à ras les pâquerettes. Le pitch contre la poésie. Donc, dans le prologue il se débarrasse ainsi de Médée : « dépitée, Médée file sans demander son reste vers sa Colchide natale- Colchide dans les près, c ‘est la fin de Médée vous connaissez la chanson ». Wouaf , wouaf, on se marre. On la connaît la chanson, elle est belle, elle mérite mieux que ce jeu de mots de mes deux.

Quand la pièce commence, on est très vite mis dans le bain de mousse maison. Non seulement, on nous explique tout (ces collégiens sont des tas, ils n’entravent que couic) mais (il faut les amadouer les gosses), on réécrit Racine. Un seul exemple parmi d’autres.

Scène III de l’acte I, Phèdre est avec sa servante Œnone laquelle lui demande de la délivrer d’« un « funeste doute » (elle soupçonne l’amour que Phèdre porte à son beau-fils Hippolyte).

« PHÈDRE.Tu le veux ? Lève-toi ? ŒNONE. Parlez : je vous écoute.PHÈDRE. Ciel ! que lui vais-je dire ? Et par où commencer ? »

Chez Gremaud cela donne : « Tu le veux? Lève toi. Ouhhla. Cette fois ça y est, nous allons enfin savoir. Œnone, toute penaude, se lève : « je m’en occupe ». Parlez je vous écoute. -Ciel ! Que vais-je lui dire ? Et par où commencer. « Ben , par le début, hein.. »

Un peu plus tard, Phèdre exprime son trouble. Gremaud cite quelques vers qui se concluent par ces deux alexandrins « Je sentis tout mon corps et transir et brûler:/ Je reconnais Vénus et ses feux redoutables ». Stop, Gremaud commente : «  Mais que vient faire Vénus dans cette affaire ? comme dirait Molière. » Wouaf wouaf. Et de poursuivre : « Hé bien Vénus, avant d’être un rasoir, vous le savez, c’est la déesse de l’amour, c’est elle qui nous a fait graver I love you sur le mur des toilettes du lycée. » Les derniers hésitants tombent dans le bocal Démagogie putassière ou putasserie démagogique ?

Dans la salle au sous-sol de la Collection Lambert, le public du festival, entre deux âges, rigole. L’acteur Romain Daroles par sa gestuelle et sa voix chantante en rajoute une couche. Il enfile les vers comme des perles et les dit avec une profondeur digne de la lecture du Journal officiel. Seule l’info qu’ils contiennent intéresse Gremaud et l’acteur lui emboite le pas.

Un alexandrin sublime comme -« Tout m’afflige et me nuit et conspire à me nuire » n’intéresse pas l’auteur de Phèdre ! Sauf erreur , il ne le cite pas : cela manque d’infos. C’est un vers qui nous trouble, ébranle nos sens, c’est un pic de la langue française, Gremaud n’en à rien à foutre (ton pour nous mettre à son diapason).

Autre exemple à la fin de l’acte IV . Phèdre parle à sa suivante. Elle enfile les alexandrins, mais attention, risque d’ennui en vue, vite intervenons. Cela donne :

« Chère Œnone, sais-tu ce que je viens d’apprendre ? « Non mais quelque chose me dit que je vais pas tarder à le savoir... » Œnone , qui l’eût cru ? J’avais une rivale « Qui l’eût cru. Heu Lustru... ». Etc.

C’est plié en une heure trente chrono. On a connu pires souffrances. Mais on se serait bien passé de celle-là. Brisons-là, cher Racine, c’en est trop.

Phèdre ! jusqu’au 21 juillet (sf le 16), collection Lambert 11h30, dans le cadre du Festival d’Avignon In. Grosse tournée la saison prochaine depuis Montébliard du 20 au 23 nov j2019 jusqu’au Théâtre de la Bastille à Paris du 4 mai au 6 juin.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon
Journal — Euro
La Réserve fédérale des États-Unis envoie l’euro par le fond
Face à l’explosion de l’inflation et à la chute de l’euro, la Banque centrale européenne a décidé d’adopter la même politique restrictive que l’institution monétaire américaine. Est-ce la bonne réponse, alors que la crise s’abat sur l’Europe et que la récession menace ?
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze
Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza
Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière
Billet de blog
Nazisme – De capitaine des Bleus à lieutenant SS
Le foot mène à tout, y compris au pire. La vie et la mort d’Alexandre Villaplane l’illustrent de la façon la plus radicale. Dans son livre qui vient de sortir « Le Brassard » Luc Briand retrace le parcours de cet ancien footballeur international français devenu Allemand, officier de la Waffen SS et auteur de plusieurs massacres notamment en Dordogne.
par Cuenod