jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

898 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 oct. 2021

Comment ne rien dire de « Silêncio » ?

Le Français Cédric Orain et le Portugais Guilherme Gomes ont écrit et mis en scène « Silêncio », spectacle en français et en portugais avec une distribution portugaise. Mais comme en parler sans rompre le Silêncio ? Comment parler du spectacle en se taisant ? On va essayer mais chut, motus, ne dites rien.

jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Scène de "Silêncio" © Raynaud de Lage

Mieux vaut être deux pour parler du silence. Seul, il suffit de se taire pour entendre le silence, y penser, l’écouter, voire l’interpeler ( que veux-tu me dire ? Pourquoi ne dis-tu rien?). Oui, mais sans rien dire, comment  en faire part ? Comment partager ? C’est ainsi que le metteur en scène français Cédric Orain (on se souvient de son fameux D comme Deleuze) a croisé dans une rue de Lisbonne l’acteur et metteur en scène portugais Guilherme Gomes, fondateur du Teatro da cidade en 2015 avec des amis.

Quand un homme de théâtre français rencontre un homologue portugais à Lisbonne le plus souvent, il lui demande (outre un endroit où bien bouffer) où peut-on voir la malle de Fernando Pessoa ? .Le Portugais qui a lu et relu Le livre de l’intranquillité botte en touche en proposant d’aller boire un verre et, après quelques verres, à renfort de tapes dans le dos, les deux en conviennent : « il faut  faire quelque chose ensemble » . Aucun des deux ne parlant bien la langue de l’autre, la conversation a généralement lieu en anglais, langue que les deux interlocuteurs font mine de parler couramment. Et c’est donc en anglais que Cédric et Guilherme ont décidé d’écrire une pièce ensemble mais chacun dans sa langue. Oui, mais une pièce qui parle de quoi ? Là, chacun a réfléchi sans rien dire. Le silence allait devenir pesant quand l’idée commune a jailli : « écrivons une pièce sur le silence ! » .

« Nous avons besoin de silence pour faire naître une pensée qui va ensuite se développer, se construire dans et avec le langage. On pourrait dire que c’est dans le silence que toute pensée se fonde » a développé le Français. « Le silence comme véhicule pour un dialogue plus approfondi, bien au-delà des paroles anticipées ou préconçues. En même temps, le silence est finalement le compagnon de tous les spectacles et de toutes les énigmes à résoudre » a poursuivi le Portugais. Alors ils se sont mis au travail et les répétitions en français et en portugais ont commencé avec des acteurs portugais dont Guilherme Gomes en personne

Dans leurs travaux d’approche, ils sont allé à la source du langage là où se niche le silence, là où commence son empire lequel, souvent violé, cependant demeurant inviolable car infini (surtout la nuit dans les déserts). Comme c’était à prévoir, le mystère du silence a volé la vedette au langage, ce bavard, et laissé les deux amis bouche bée. Obstinés randonneurs de l’infini, pour mieux y voir clair, ils ont alors emprunté en moyenne montagne les sentiers balisés de l’ethnologie. Pour la route, Cédric avait emporté des barres chocolatées : plusieurs textes de Pascal Quignard dont La Frontière et, en cas de fringale, Le silence de Nathalie Sarraute. Curieusement, les deux compères ne mentionnent pas  Le silence , ce bel ouvrage de John Cage. Sans doute parce qu’alors ils ont eu une autre idée (c’est mentionné dans le programme sinon je n’en aurais rien su) : l’art de l’azulejo. « Nous ne pouvons pas donner de voix à des figures muettes, prises dans des carrés de céramique  raconte Guiherme, cependant est-ce peut-être dans ce puzzle, dans ce tracé fragile du peintre, dans l’espoir de confection d’une pièce, que se trouve la clé d’un spectacle sur le silence ». Ah, c’était donc ça ! J’ai demandé Cédric et Guilherme s’ils avaient un double de cette clef. Le mot double les a fait rigoler. Alors, ils sont partis, sans rien dire, parlant silencieusement du silence en quelque sorte. Esseulé, je suis resté songeur à la porte de leur Silêncio..

Théâtre de la tempête (Cartoucherie) , du mar au sam 20h30, dim 16h30, jusqu’au 24 octobre.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss