jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

1003 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 oct. 2021

jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

Comment ne rien dire de « Silêncio » ?

Le Français Cédric Orain et le Portugais Guilherme Gomes ont écrit et mis en scène « Silêncio », spectacle en français et en portugais avec une distribution portugaise. Mais comme en parler sans rompre le Silêncio ? Comment parler du spectacle en se taisant ? On va essayer mais chut, motus, ne dites rien.

jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Scène de "Silêncio" © Raynaud de Lage

Mieux vaut être deux pour parler du silence. Seul, il suffit de se taire pour entendre le silence, y penser, l’écouter, voire l’interpeler ( que veux-tu me dire ? Pourquoi ne dis-tu rien?). Oui, mais sans rien dire, comment  en faire part ? Comment partager ? C’est ainsi que le metteur en scène français Cédric Orain (on se souvient de son fameux D comme Deleuze) a croisé dans une rue de Lisbonne l’acteur et metteur en scène portugais Guilherme Gomes, fondateur du Teatro da cidade en 2015 avec des amis.

Quand un homme de théâtre français rencontre un homologue portugais à Lisbonne le plus souvent, il lui demande (outre un endroit où bien bouffer) où peut-on voir la malle de Fernando Pessoa ? .Le Portugais qui a lu et relu Le livre de l’intranquillité botte en touche en proposant d’aller boire un verre et, après quelques verres, à renfort de tapes dans le dos, les deux en conviennent : « il faut  faire quelque chose ensemble » . Aucun des deux ne parlant bien la langue de l’autre, la conversation a généralement lieu en anglais, langue que les deux interlocuteurs font mine de parler couramment. Et c’est donc en anglais que Cédric et Guilherme ont décidé d’écrire une pièce ensemble mais chacun dans sa langue. Oui, mais une pièce qui parle de quoi ? Là, chacun a réfléchi sans rien dire. Le silence allait devenir pesant quand l’idée commune a jailli : « écrivons une pièce sur le silence ! » .

« Nous avons besoin de silence pour faire naître une pensée qui va ensuite se développer, se construire dans et avec le langage. On pourrait dire que c’est dans le silence que toute pensée se fonde » a développé le Français. « Le silence comme véhicule pour un dialogue plus approfondi, bien au-delà des paroles anticipées ou préconçues. En même temps, le silence est finalement le compagnon de tous les spectacles et de toutes les énigmes à résoudre » a poursuivi le Portugais. Alors ils se sont mis au travail et les répétitions en français et en portugais ont commencé avec des acteurs portugais dont Guilherme Gomes en personne

Dans leurs travaux d’approche, ils sont allé à la source du langage là où se niche le silence, là où commence son empire lequel, souvent violé, cependant demeurant inviolable car infini (surtout la nuit dans les déserts). Comme c’était à prévoir, le mystère du silence a volé la vedette au langage, ce bavard, et laissé les deux amis bouche bée. Obstinés randonneurs de l’infini, pour mieux y voir clair, ils ont alors emprunté en moyenne montagne les sentiers balisés de l’ethnologie. Pour la route, Cédric avait emporté des barres chocolatées : plusieurs textes de Pascal Quignard dont La Frontière et, en cas de fringale, Le silence de Nathalie Sarraute. Curieusement, les deux compères ne mentionnent pas  Le silence , ce bel ouvrage de John Cage. Sans doute parce qu’alors ils ont eu une autre idée (c’est mentionné dans le programme sinon je n’en aurais rien su) : l’art de l’azulejo. « Nous ne pouvons pas donner de voix à des figures muettes, prises dans des carrés de céramique  raconte Guiherme, cependant est-ce peut-être dans ce puzzle, dans ce tracé fragile du peintre, dans l’espoir de confection d’une pièce, que se trouve la clé d’un spectacle sur le silence ». Ah, c’était donc ça ! J’ai demandé Cédric et Guilherme s’ils avaient un double de cette clef. Le mot double les a fait rigoler. Alors, ils sont partis, sans rien dire, parlant silencieusement du silence en quelque sorte. Esseulé, je suis resté songeur à la porte de leur Silêncio..

Théâtre de la tempête (Cartoucherie) , du mar au sam 20h30, dim 16h30, jusqu’au 24 octobre.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant