jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

880 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 oct. 2019

Clotilde Hesme boxe « Stalonne » à mains nues

L’actrice revient au théâtre en signant avec le cinéaste Fabien Gorgeart la mise en scène de « Stallone », nouvelle parfaite, tout en saillies, d’Emmanuèle Bernheim. L’histoire de Lise dont « Rocky III » envoie sa vie passée au tapis. Une soirée qui nous boxe de plaisir.

jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Scène de "Stallone" © Huma Rosentalski

Il est des œuvres (roman, film, par exemple) avec lesquelles on entretient une relation, disons amoureuse, qui peut durer toute la vie. Ces œuvres consolent, conseillent, aident à vivre dans les moments difficiles. On les passent à des êtres chers comme des mots de passe. On ne leur demande rien sinon d’être là au moment opportun (débine, défaite, joie extrême, etc). Plus rares sont les acteurs ou les actrices qui tiennent un tel rôle. L’attachement se fait moins à la personne (que l’on ne connaît pas) qu’au faisceau de personnages (que l’on connaît mieux jusqu’à connaître par cœur certaines de leurs phrases ou certains de leurs gestes) qui l’accompagnent tout au long de sa carrière avec ses hauts et ses bas. Ils sont des porte-bonheur, des talismans, ils aident à voir clair en nous-mêmes. A ces compagnons de route, on est redevable parfois de choses essentielles. Ils ne le sauront jamais.

Ainsi Lise a vu sa vie changer de cours après avoir vu Silvester Stallone dans Rocky III. Les combats de Rocky l’ont aidée à se battre. A oser. A cogner contre le corset familial. A s’affirmer, à dire non. A tracer sa route. Lise n’était pas cinéphile, elle n’était pas groupie et ne le deviendrait pas. Lise est l’héroïne de Stallone, une nouvelle parfaite (pas un mot de trop) d’Emmanuèle Bernheim, femme dont la vie a baigné dans le monde du cinéma et de la littérature.

Clotilde Hesme, joliment happée par le cinéma (Philippe Garrel, le premier, sut la filmer amoureusement), cherchait à revenir au théâtre. Ce texte l’attendait de pied ferme, le cinéaste Fabien Gorgeart (avec qui elle avait déjà tourné) lui en a fait cadeau. On avait vu plusieurs fois l’actrice sur scène auprès de Luc Bondy et Bruno Bayen (aujourd’hui disparus), la mort de Patrice Chéreau l’a privée d’être sa Rosalinde. Au Théâtre de la Bastille, François Orsini l’avait dirigée à plusieurs reprises, je me souviens d’une scène (était-ce dans Baal?) où, bras le long du corps, buste en avant, elle boxait son partenaire avec sa poitrine en se jetant sur lui.

Fabien Gorgeart et Clotilde Hesme cosignent ici leur première mise en scène théâtrale. Sans tomber, fort heureusement, dans les pièges de la facilité racoleuse ou rassurante : pas d’extraits de films projetés, ni de scènes de films théâtralisées with Stallone. Hormis une ombre furtive de l’acteur américain, ils en restent au récit d’Emmanuelle Bernheim écrit à la magique troisième personne du singulier, un récit qui ne s’embarrasse pas de fioritures et avance à un rythme soutenu dans la vie de Lise jusqu’au dénouement mélodramatique.

La vie (études, conflits familiaux, amours, mariage, naissance d’un enfant puis d’un autre, maladie) de Lise se déroule en cinquante courtes pages à l’ombre de son jardin secret : Stallone, qui lui, va de film en film avec plus ou moins de bonheur et de réussite.

Le spectacle ne laisse pas l’actrice s’enfermer dans le piège, même performant, du « seule en scène », mais lui adjoint un magnifique sparring partner, Pascal Sangla. Lequel signe la musique, l’interprète en direct à deux pas de l’actrice, mais aussi tient lieu de partenaire sans toutefois quitter ses claviers, endossant brièvement les répliques de différents rôles (père, amant, entraîneur de boxe, mari, etc.). Et cela avec une quasi-neutralité du visage qui ne fait que mettre en évidence la vivacité du regard toujours en mouvement de l’actrice et la confondante humanité qu’elle distille.

Usant (un peu trop) d’un micro sur pied mais aussi sachant s’en éloigner, Clotilde Hesme n’incarne pas Lise mais la serre au plus près comme un être aimé. Par exemple, quand Clotilde va avec Lise dans la salle de boxe, elle n’enfile pas de gants ; mieux que cela, elle invente une gestuelle des jambes d’une étonnante simplicité rythmique. Loin d’imiter le jeu de jambes des boxeurs, elle fraie une tierce voie, qui est comme la traduction scénique de la voix même du récit à la troisième personne du singulier portée par l’actrice de bout en bout. Ce Stallone-là nous boxe et nous botte. C’est beau et vif comme une virgule.

Créé au Théâtre Sorano à Toulouse, le spectacle est à l’affiche du Centquatre (auquel Clotilde Hesme et Fabien Gorgeart sont artistes associés) jusqu’au 26 octobre dans le cadre du Festival d’automne. Stallone d’Emmanuèle Bernheim est disponible en Folio.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal
Du local au global, le mouvement climat assume de vouloir « faire école »
Finies les batailles en solitaire, le mouvement climat adossé aux luttes locales théorise désormais de voir les choses en grand. Un effort stratégique indispensable pour contrer l’appétit sans cesse renouvelé des aménageurs et industriels pour les « mégaprojets » et une certaine inertie politique.
par Mathilde Goanec
Journal — Diplomatie
Moyen-Orient : Macron réhabilite le « prince tueur »
Commanditaire de l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, le prince héritier saoudien « MBS » était jugé infréquentable par les dirigeants occidentaux. En lui rendant visite, le président français brise sa quarantaine diplomatique, et vend au passage 80 Rafale à son homologue émirati et allié dans la guerre du Yémen, « MBZ ».
par René Backmann
Journal — Moyen-Orient
Nucléaire iranien : la solitude d’Israël
La volonté américaine de reprendre les pourparlers sur le nucléaire iranien s’oppose au refus israélien de toute perspective d’un accord avec l’Iran, contre lequel Israël menace de livrer une guerre, même si les États-Unis y sont hostiles. Mais Tel-Aviv dispose-t-il des moyens de sa politique ?
par Sylvain Cypel (Orient XXI)
Journal
Sous-effectif, précarité, règles obsolètes : le tracing est débordé par le coronavirus
L’assurance-maladie et les ARS, chargées du tracing des cas contacts, s’appuient sur un personnel précaire, rappelé en catastrophe à chaque rebond épidémique. Les cas contacts et une partie des cas positifs ne sont plus interrogés. Des clusters passent inaperçus.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau