jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

972 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 juil. 2022

jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

Un beau spectacle du Off  « expulsé » du Théâtre Artéphile

Avignon. On rêvait de voir le retour d’Eric Lacascade dans le Off dirigeant l’explosive Karelle Prugnaud dans une pièce d’Eugène Durif évoquant Lucia, la fille folle de James Joyce. On a vu. Magnifique. Ce spectacle, vous ne pouvez plus le voir, hélas.

jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Scène de "Lz cas Lucia J" © Simon Gosselin

En m’asseyant dans la salle, j’avais bien vu sur le mur du fond, une légère encoche et puis j’avais oublié, pris par le spectacle qui commençait dans mon dos : l’actrice Karelle Prugnaud allongée devant la cabine régie commençait un long monologue qui devait l'emmener sur scène dans la folie de Lucia, la fille de James Joyce, danseuse à ses heures. Jung déclarera Lucia schizophrène, elle sera internée. Tous les joyciens ont rêvé d’elle à commencer par son père James, elle est comme le fantôme de Finnegans Wake, cette œuvre extrême, folle de langues. Fasciné par ce personnage fuyant et ensorcelant, l’auteur dramatique Eugène Durif a écrit Le cas Lucia J. En voyant l’actrice Karelle Prugnaud interpréter le rôle on croirait que la pièce a été écrite pour elle, tant l’actrice est magnifiquement incendiaire mise en scène par Eric Lacascade qui la pousse au plus loin.

Quel plaisir de voir revenir Lacascade en France, entre un séjour en Chine et un autre en Lituanie où il exerce son métier de metteur en scène itinérant. Et de le voir revenir, après quelques séjours dans le in, au cœur du festival off,là où il avait débuté il y a bien longtemps. Trente ans ? Je ne sais plus. Je me souviens du titre de l’article que j’avais écrit alors Boum Ballatum, d’autres suivraient au fil des années. Avec son complice Guy Alloucherie et des proches comme Martine Cendre, ces enfants du Nord avaient créé une compagnie à Liévin, le Ballatum théâtre. C’est dans le off que l’on les avait découvert, un off qui n’était pas encore la foire à n’importe quoi qu’il est devenu. Je me souviens avoir été intrigué et attiré pars les titre de leurs spectacles comme Si tu me quittes est-ce que je peux venir aussi ?, une écriture de plateau collective. Un peu plus tard, ils devaient faire un bout de chemin avec Tchekhov, fricoter avec des figures grecques, et effectuer un séjour à Pontedera chez Jerzy Grotowski. Et puis la vie les sépara. On retrouve chez Karelle Prugnaud cette impulsivité bondissante qui plaît tant à Eric Lacascade et qu’il aime pousser dans ses ultimes retranchements. L’écriture ourlée de Durif s’y prête volontiers. Bref, avec l’énergie décuplée des trois, c’est un spectacle qui va loin.

Quelques heures plus tard, j’apprenais que la direction du Théâtre de l’Artephile où se donne le spectacle venait décider d’interrompre les représentations prévues jusqu’au 26 juillet et dont plusieurs représentions étaient déjà complètes. Un énorme préjudice pour les compagnies L'envers du décor & Compagnie Lacascade productrices du spectacle. Sans le savoir, j’avais assisté à la dernière représentation Alexandre Mange, le directeur du lieu, s’est ainsi justifié auprès du site Scèneweb :« J’ai demandé plusieurs fois à Karelle Prugnaud de prendre des mesures conservatoires pour éviter l’accumulation de trous dans les murs du théâtre. Elle m’a plusieurs fois répondu qu’elle ferait attention. Mais on a constaté qu’il n’y avait pas d’amélioration, et aucune réaction de la compagnie. Et j’ai été obligé de prendre cette mesure pour protéger mon théâtre. » A croire que l’actrice à elle toute seule avait démoli le théâtre. Certes -il y a une scène - au demeurant magnifique – où l’actrice danse avec une chaise et la balance. D’où l’encoche citée plus haut. De là à parler d’une « accumulation de trous »… Le directeur du lieu avait vu le spectacle, sans doute lors d’une petite série de représentations parisiennes à la Reine Blanche, la folle danse avec la chaise y figurait. Il avait manifesté son envie d’accueillir ce spectacle dans sa programmation (laquelle n’est pas une invitation ; les compagnies paient fort cher leur venue dans la quasi totalité des salles du off et plus d’une en revient lourdement endettée ). Cet arrêt des représentations, imposé unilatéralement, prive les producteurs de recettes et de la venue d’acheteurs potentiels qui avaient prévu voir Le cas Lucia J. dans les jours qui viennent. Sous le choc, Lacascade , relevant le gant de l’affront, a publié une lettre :

« La violence libérale de certaines salles du off n’a pas de limites!
Le propriétaire de cette salle de théâtre décide de nous expulser (le terme est important expulsé) de son espace sous prétexte que deux murs furent abîmés. La Compagnie était bien évidemment prête à rembourser les dommages et avait déjà contacté son assurance. Mais bien loin de toute démarche artistique le propriétaire du lieu qu’il considère son « appartement » a décidé de nous expulser. La violence de ces propriétaires est sans limites, exemple: le directeur est entrée après une représentation dans la loge de la comédienne sans frapper ni prévenir alors que celle-ci était nue.
En expulsant la compagnie alors que toutes les représentations sont complètes, que de nombreux professionnels ont signalés leur présence aux prochaines représentations, alors que la compagnie a engagé des frais importants jusqu’à la fin du festival, logements, attachée de presse, attaché de production etc... nous place dans une situation financière dramatique.
Par ailleurs le propriétaire du lieu connaissait le spectacle puisqu’il l’avait vu en tournée et savait donc à quoi il s’engageait.
Nous sommes sidéré par la violence de cette décision. Celle-ci reflète le comportement d’un certain nombre de lieux avignonnais qui  bien loin de tout engagement ou démarche artistique ne voient qu’un intérêt purement financier et économique. »

Le off d’autrefois n’est plus depuis longtemps. A de rares exceptions près, il est devenu une pompe à fric où l’intégrité des artistes, leurs prises de risque, sont souvent bafouées.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Derrière le triomphe annoncé de l’extrême droite, des élections aux multiples enjeux
Dimanche, les Italiens votent pour renouveler leur Parlement. Une élection décisive qui conclut une campagne morne mais pourrait porter l’extrême droite au pouvoir. Tour d’horizon des programmes et des enjeux. 
par Romaric Godin
Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal — Moyen-Orient
L’Arabie saoudite soudoie des stars des réseaux sociaux pour attirer les touristes
Le royaume entend préparer l’après-pétrole grâce aux revenus du tourisme. Pour faire la promotion des trésors touristiques saoudiens, des influenceurs des quatre coins du monde affluent par avions entiers. Avec un objectif : montrer par leurs publications Instagram que le pays s’est ouvert. 
par Yunnes Abzouz
Journal — Écologie
Trois ans après Lubrizol, Rouen confie aux entreprises la prévention des risques industriels
Trois ans après l’accident de l’usine chimique, la métropole normande a mandaté une association d’industriels pour étudier les attentes de la population et former les élus. Une association de victimes dénonce un « McKinsey » de la pollution.
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste
Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit
Billet de blog
Saint-Jean-Lachalm, un village qui a réussi ses éoliennes, sans s'étriper
Saint-Jean-Lachalm, un village de la Haute-Loire qui a trouvé le moyen de ne pas s’étriper lorsque l’idée d’un champ d’éoliennes a soufflé dans la tête de son maire, Paul Braud. En faisant parler un droit coutumier ce qui, de fil en aiguille, a conduit… au chanvre.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi