jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

943 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 janv. 2022

Lazare au paradis perdu des cœurs mis à nu

Lazare et son grand orchestre escaladent le mont Vénus. Psyché manie le piolet, Cupidon porte les crampons, les musiciens-acteurs-animaux tiennent la corde. Nom de code : « Cœur instamment dénudé, 1re époque ». Du Lazare pur jus. Allez hop !

jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

scène de "coeurs instamment mis à nu" © Jean-Louis Fernandez

Vous en avez marre des masques, des tests, des emmerdeurs, de l’avenir bouchonné ? Vous en avez votre claque des amours d’un jour, des rêves évaporés ou de voyages qui partent en couille ? Allez donc boire un bon coup à la taverne  Lazare. Le robinet à mots est toujours ouvert, il vous suffit d’ouvrir votre gosier, vos esgourdes et vos mirettes. C est bon par où ça passe, ça vous submerge et ça gigue de partout. Musique et bagout à l’auberge Lazare, c’est tout un. Ça se cumule se tripote, se contamine, s’ émoustille dans une ivresse commune.

Cela porte un nom dit de compagnie : la Vita nova. C’est tout dire. Une bande de gars et de filles qui décanillent les attendus, renouvellent le patrimoine, enculent parfois des mouches car on n’a rien sans rien, ne font pas des plans sur la comète car ils ne manquent pas de planètes à explorer. Faut qu’ça pulse , faut qu’ça saigne aurait chanté Boris Vian.

Tous autant qu’ils sont et venant de partout, ils agissent, surgissent, rugissent et préfèrent la zizique avant toute chose. Lazare est leur chef, leur idole, un poète bateleur, un maudit, un iroquois.

Sorti du ventre d’une femme admirable, modeste sous son foulard, algérienne, analphabète et terriblement aimante, sa mère. C’est par là que Lazare s’est fait connaître, via ses origine et son parlé premier , une trilogie des commencements qui n’a pas perdu une ride : Passé- je ne sais où qui revient en 2009 (lire ici), Au pied du mur sans porte en 2011 (lire ici) et Rabat Robert- touche ailleurs que là où tu es né en 2013 (lire ici). Depuis ça n’a pas arrêté. Jusqu’ à Sombre rivière (lire ici) et Je m’appelle Ismaël en 2019(lire ici). Sans parler du reste. Lazare, l’homme dont le le nom tient lieu de prénom et de légende, apôtre du trop plein, pratique un théâtre du débordement permanent.

La preuve, présentement, avec son nouveau poème dramatique Coeur instamment dénudé , spectacle frappadingue et infini dont la « première époque » (qui se fout des époques) vient d’être créée au Théâtre National de Strasbourg, établissement où Lazare a le statut enviable d’ « artiste associé » ce qui ne l’empêche pas de de se creuser les bajoues, d’arborer une tignasse bigoudis et des sourires crispés, signes patents de cet irréductible perpétuel comme disent les juristes. Rien de tel pour attiser les braises de sa lyre que de se poser en victime. Il fait peur au ministère de la culture qui lui donne tout de même de la thune mais ne veut surtout pas de lui à la tête d’un établissement où , en arrivant, il commencerait pas arracher la moquette d’une programmation trop bien tempérée. A Strasbourg, ce fauve est protégé par le dompteur chef du TNS , Stanislas Nordey, qui aime voir ses amis les bêtes de scène sauter dans un cercle enflammé.

scène de "coeurs instamment mi à nu" © Jean-Louis Fernandez

Ah si l’on avait dit un jour à celui qui, naguère, déchirait les billets d’entrée au TGP de Saint Denis, qu’il écrirait une pièce rêveuse et déglinguée autour de Vénus, Psyché, Cupidon and co ? Et bien la voici cette pièce inspirée librement du mythe. Foutraque et emballante à tout va, généreuse et charmeuse as usual, une bestiole en surchauffe. Aux côtés du loustic depuis le début de l’aventure, en scène et en coulisses, l’indispensable Anne Baudoux, Entourée d’une jeune garde rapprochée chopée au hasard d’ateliers, de rencontres et des précédents spectacles : Ava Baya, Laurie Bellanca, Ella Benoit, Paul Fougère, Louis Jeffroy, LoïcLe Roux, Veronika Soboljevski. Bons en tout : Jeu, musique, manipulations. Scénographie en mouvement d’Olivier Brichet . Sans oublier une cohorte de musiciens amateurs.

Il y a un grand-père qui dit du Françoise Hardy sans le savoir, il y a « le petit canari est mort »de Psyché qui parodie Molière. « Voulez- de vos doigts tremblants caressez mon cou » demande l’oracle à Vénus, et la déesse de répliquer du tac au tac « Non merci je veux juste la peau de Psyché » laquelle ne va pas tarder à prendre Cupidon, le fils à Vénus, dans son filet à papillons.Tout est prétexte à chansons, à boxon. Un désir chasse l’autre. Psyché confie à l’Oreiller (l’ancêtre des psy) qu’elle s’ennuie un peu, même en lisant Marguerite Duras. Et ça défile, et ça défile . Des attractions, du strip-tease forain, ça bouge tout le temps. Tout se déglingue, tout se requinque, tout se dédouble. « Urgent crier » lançait naguère André Benedetto, «  urgent aimer » reprend Lazare en dansant le zouk avec le mythe de Psyché. Le château brûle comme celui de madame la marquise. Musique ! Chaos mon beau credo ! On les retrouvera pour la deuxième époque, tous ensemble, tous ensemble. Dansons la carmagnole, dansons la camarde, et hop ! « Ta gueule Vénus ! » osent les mouettes. Laisse les fées et les fêlés s’amuser !. C’est un spectacle qui dépote et qui rempote l’air du temps en lançant des bordées de pointillés et des brassées de confettis. Tiens, un chat qui parle...

Les représentations au TNS viennent de s’achever. MC93 du 23 février au 3 mars, Grand T de Nantes du 9 au 11 mars.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal — France
Violences conjugales : Jérôme Peyrat finalement contraint de retirer sa candidature
L’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, condamné pour violences conjugales, renonce à la campagne des législatives. La défense catastrophique du patron de LREM, Stanislas Guerini, a accéléré les choses. Et mis fin à la gêne qui montait au sein du parti présidentiel, où personne ne comprenait cette « décision venue d’en haut ».
par Ellen Salvi
Journal
Affaire Jérôme Peyrat : « Le problème, c’est qu’ils s’en foutent »
Condamné pour violences conjugales en 2020, Jérôme Peyrat a fini par retirer sa candidature aux élections législatives pour la majorité présidentielle à deux jours de la date limite. Il était pourtant toujours soutenu par les responsables de La République en marche, qui minimisent les faits.
par À l’air libre
Journal
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse
Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix