Jean-Pierre Veran
formateur, expert associé France Education International (CIEP), membre professionnel laboratoire BONHEURS, CY Cergy Paris Université
Abonné·e de Mediapart

624 Billets

1 Éditions

Billet de blog 1 déc. 2013

Réseaux sociaux : quelle place à l’école et quelle place de l’école ?

Jean-Pierre Veran
formateur, expert associé France Education International (CIEP), membre professionnel laboratoire BONHEURS, CY Cergy Paris Université
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 La récente publication au Bulletin officiel de l’éducation nationale de la circulaire n° 2013-187 du 26-11-2013 intitulée Prévention et traitement de la cyber-violence entre élèves donne l’occasion de revenir sur les questions que se posent dans les collèges, lycées et lycées professionnels, les directions, les enseignants, notamment les professeurs-documentalistes, et les conseillers principaux d’éducation.

Le premier paragraphe de la circulaire pose clairement la complexité de la situation : « Si les médias numériques, et en particulier les médias sociaux, offrent de nombreuses opportunités d'expression, de collaboration, d'accès à la culture et à la connaissance, ils présentent aussi des risques qu'on ne peut sous-estimer. Par des usages inappropriés, ils peuvent en effet favoriser, accroître ou induire des situations de violence en les prolongeant et en les démultipliant via Internet. »

Cet état des lieux invalide apparemment un premier type de réponse aux questions posées dans le titre de ce billet. Penser qu’il conviendrait à l’école d’ignorer les réseaux sociaux en proscrivant leur usage serait « se priver de nombreuses opportunités » pédagogiques et éducatives. On connaît les objections à ce point de vue. L’école a rempli sa mission pendant des siècles sans les réseaux sociaux. Faut-il considérer, parce que leur utilisation est désormais possible, banale dans la vie courante de tout un chacun, qu’elle devient un devoir pour l’institution scolaire ? On retrouve ici la réflexion développée par Roberto Casati[1], selon qui l’introduction du numérique à l’école, espace protégé dans lequel le zapping est exclu, doit se faire prudemment. Ou celle de Philippe Meirieu insistant sur la nécessité, pour l’école, d’être un espace de décélération[2]. Ou encore celle du médiologue Régis Debray analysant dès 1991 la nécessaire position décalée de l’école dans une médiasphère désormais numérique[3].

Ces objections ne se balaient pas d’un revers de la main. Et ce, d’autant plus qu’appelant à la prudence, elles n’appellent pas toutes à l’exclusion des réseaux sociaux de l’école.

Quelle peut donc être leur place ? Si l’on se réfère au référentiel rénové en décembre 2011 du brevet informatique et Internet (B2i)[4] dont l’acquisition est prévue pour tous les collégiens,  on note par exemple que l’élève

  • « fait preuve d’esprit critique quant aux raisons de sa présence sur un réseau social et à l’usage qu’il en fait.
  • Quand il s’exprime sur Internet, l’élève identifie le public auquel il s’adresse et utilise le niveau de langue approprié. Il comprend dans quel type de sphère il situe sa communication (notamment publique ou privée, professionnelle ou personnelle).
  • Lorsqu’il utilise le marquage social et/ou la géolocalisation, il réfléchit aux conséquences pour lui et pour les autres. »

On voit mal comment, au collège, et a fortiori au lycée ou au lycée professionnel, on pourrait pratiquer une formation à l’usage responsable des réseaux sociaux tout en les proscrivant dans l’établissement scolaire. D’autre part, on peut constater que l’utilisation pédagogique des réseaux sociaux est porteuse de créativité et de culture pour les élèves qui en bénéficient[5].

Enfin, il convient de se poser la question de la place de l’école sur les réseaux sociaux. Doit-on l’éviter au motif que cette présence renforcerait sa désinstitutionalisation, la désacraliserait ? On connaît à ce sujet le point de vue éloquemment défendu, notamment, par Régis Debray[6]. Là encore, les professionnels eux-mêmes témoignent de l’intérêt qu’ils perçoivent dans la présence active de leur établissement, de son centre de documentation et d’information, de son conseil de la vie lycéenne sur les réseaux sociaux. « Nous avons intégré une application qui permet de faire une recherche dans le fonds documentaire du CDI tout en restant dans la page Facebook. Avec cette page publique (du CDI), nous pouvons, sans être amis avec les élèves, les informer sur leur terrain de prédilection»[7].

Tout naturellement, la circulaire du 26 novembre contre le cyber-harcèlement indique : « Ces actions de sensibilisation trouveront leur prolongement dans la classe avec l'éducation aux médias et à l'usage responsable d'Internet. » Il ne s’agit pas, en effet, de « numériser l’école », comme on l’entend et le lit parfois, mais de faire acquérir aux élèves la culture médiatique numérique dont ils ont besoin pour participer pleinement à la société du 21e siècle. En éduquant aux médias et à l’information, l’école ne cherche pas à faire admirer une technologie, mais à promouvoir auprès de chacun une lecture critique, distanciée de l’information, une maîtrise des langages, formes et rhétoriques médiatiques, afin que chacun dispose des moyens de s’exprimer librement, de produire de l’information, et de se prononcer de manière critique sur les informations qu’il reçoit. C’est tout le sens du travail conduit par le CLEMI depuis trente ans[8].

Le référentiel des compétences des métiers du professorat et de l’éducation[9] inscrit ainsi, parmi les compétences communes à tous les professeurs et personnels d’éducation, la faculté d’ « intégrer les éléments de la culture numérique nécessaires à l'exercice de son métier

- Tirer le meilleur parti des outils, des ressources et des usages numériques, en particulier pour permettre l'individualisation des apprentissages et développer les apprentissages collaboratifs.

- Aider les élèves à s'approprier les outils et les usages numériques de manière critique et créative.

- Participer à l'éducation des élèves à un usage responsable d'internet.

- Utiliser efficacement les technologies pour échanger et se former. »

L’école d’aujourd’hui, en donnant leur place aux réseaux sociaux et en y prenant sa place, reste pleinement fidèle à l’objectif fixé à l’école républicaine par Condorcet : « Le but de l’instruction n’est pas de faire admirer aux hommes une législation toute faite, mais de les rendre capable de l’apprécier et de la corriger»[10].


[1] Casati, Roberto, Contre le colonialisme numérique, manifeste pour continuer à lire, Albin Michel, octobre 2013

[2] Lire par exemple http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2013/01/08012013Article634932191090171137.aspx

[3] Debray, Régis, Cours de médiologie générale, Gallimard, 1991,« Un professeur n'est pas un émetteur, un élève n'est pas un récepteur, une connaissance n'est pas un renseignement, la vérité n'est pas une donnée […]mais un micromilieu de flux à temps long, de médiations prolongées et interpersonnelles, se trouve décalé au sein d'un univers (technique et mental) de déplacements à grande vitesse, où l'immédiateté est non seulement un idéal collectif mais une expérience individuelle »

[4] http://media.eduscol.education.fr/file/Certification_B2i/19/8/Referentiel_B2i_college_decembre_2011_201198.pdf

[5] Par exemple, Le Père Goriot sur Facebook http://www.cafepedagogique.net/lemensuel/lenseignant/lettres/francais/Pages/2013/143_peaunumeriquedunpersonnage.aspx

ou Coquebin, héritier de Candide, dans un conte philosophique du 21e siècle

http://www.myhistro.com/story/coquebin-heritier-de-candide/82896

[6] Debray, Régis, Le moment fraternité, Gallimard, 2009 « Remise à niveau, l’école a perdu son statut de « lieu à part » où s’apprend, à l’écart des familles, la citoyenneté républicaine »

[7] Bossuyt, Magalie, chapitre Le professeur-documentaliste diffuseur, in Guide TICE du professeur-documentaliste, enjeux numériques, SCEREN, 2012

https://fr-fr.facebook.com/pages/CDI-du-Lycée-Jules-Fil-Carcassonne/186165121489461

Voir aussi le CVL du lycée Joliot-Curie d’Aubagne

https://www.facebook.com/CVLJOLIOTCURIE

ou le lycée Colbert de Tourcoing

https://fr-fr.facebook.com/pages/Lycée-Colbert-Tourcoing-officiel/265187623499450

[8] Le centre de liaison de l’école et des médias d’information (CLEMI) dont on vient de célébrer les 30 ans

http://www.clemi.org/fr/les-30-ans/

[9] arrêté du 1/07/2013 http://www.education.gouv.fr/pid25535/bulletin_officiel.html?cid_bo=73066

[10] Condorcet, Nicolas de Caritat, Cinq mémoires sur l’instruction publique, 1791

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal — Cinéma
Jean-Luc Godard, l’entretien impossible
À l’heure où les bouleversements politiques, écologiques et sociaux semblent marquer la fin d’une époque, Mediapart a eu envie de rendre visite à Jean-Luc Godard, dont les films sont des mises en abyme inégalées des beautés et des troubles du monde. Mais rien ne s’est passé comme prévu. 
par Ludovic Lamant et Jade Lindgaard
Journal — France
Procès des sondages de l’Élysée : le PNF requiert finalement l’incarcération de Claude Guéant
La réouverture des débats a opposé deux thèses, ce vendredi, au tribunal de Paris. L'ex-ministre de Sarkozy assure qu’il ne peut pas rembourser plus rapidement ce qu’il doit encore à l’État. Le Parquet national financier estime au contraire qu’il fait tout pour ne pas payer.
par Michel Deléan
Journal — Santé
Didier Raoult sanctionné par la chambre disciplinaire du conseil de l’ordre
La chambre disciplinaire de l’ordre des médecins a sanctionné, le 3 décembre, d’un blâme le professeur Didier Raoult. Lors de son audition devant ses pairs, il lui a été reproché d’avoir fait la promotion de l’hydroxychloroquine sans preuve de son efficacité.
par Pascale Pascariello
Journal
Des traitements à prix forts, pour des efficacités disparates
L’exécutif a dépensé autour de 100 millions d’euros pour les anticorps monoclonaux du laboratoire Lilly, non utilisables depuis l’émergence du variant Delta. Il s’est aussi rué sur le Molnupiravir de MSD, malgré un rapport bénéfices-risques controversé. En revanche, les nouveaux remèdes d’AstraZeneca et de Pfizer sont très attendus.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.