« VOUS ÊTES REFUSÉ(E) »: la GRH du 21e siècle à l’éducation nationale ?

Consulter les professeurs sur leur métier au 21e siècle est une excellente chose. Pourrait-on dans ce cadre recueillir leur avis sur la manière dont sont traités les candidats aux concours de recrutement, abordée dans ce billet à partir du relevé de notes à l’épreuve d’admissibilité publié le 7 février 2020 ?

Au moment où le ministre lance une consultation des enseignants sur leur métier au 21e siècle, il est utile d’observer comment le ministère traite les personnels qui se présentent au concours de recrutement des inspecteurs d’académie-inspecteurs pédagogiques régionaux. Une question pourrait être posée dans le cadre de cette consultation : estimez-vous que le ministère de l’éducation nationale a une politique de ressources humaines digne du 21e siècle ?

Un élément de réponse est fourni par la manière dont les candidats au concours de recrutement des inspecteurs d’académie-inspecteurs pédagogiques régionaux (qui sont maîtres de conférences, professeurs agrégés, personnels de direction, inspecteurs de l’éducation nationale) sont informés du résultat de leur candidature à la session 2020 sur l’application Publinet.

Sur le relevé de notes des candidats, consultable en ligne et imprimable au format pdf, ce qui est écrit dans le corps le plus grand du texte et en rouge est la mention

 VOUS ÊTES REFUSÉ(E)

Il  s’agit donc bien de refuser une personne, et non d’estimer que son dossier de reconnaissance des acquis de l’expérience professionnelle (RAEP) n’a pas atteint la qualité attendue pour l’admissibilité au concours, ce qu’exprimerait  une formule comme « Votre dossier n’a pas été retenu ». Si l’on veut faire plus court, on pourrait écrire « Admissibilité » ou « Vous êtes admissible » pour ceux dont les dossiers passent la barre et « Non admissibilité » ou « Vous n’êtes pas admissible » pour les autres.

Il ne s’agit pas d’une querelle de mots, mais du respect qui est dû à tout candidat, à quelque examen ou concours que ce soit. Tous les professeurs ont appris à ne jamais confondre la production de l’élève avec la personne de l’élève. Apparemment, à la direction générale des ressources humaines (DGRH), on ne connaît pas ce principe minimal de respect universel des personnes, personnes  qui, en l’occurrence, se destinent à devenir « cadres supérieurs de l’Education nationale »[1].

Alors, pour réaliser l’école de la confiance, et notamment celle de la confiance en soi des personnels, ne faudrait-il pas en 2020 cesser de recourir à des jugements sur les personnes portés à l’encre rouge, comme si la forme scolaire héritée des siècles antérieurs faisait toujours la loi au bureau des concours, à la sous-direction du recrutement et à la DGRH du ministère de l’éducation nationale et de la jeunesse ?

________________________________________________________

[1] https://www.education.gouv.fr/les-personnels-d-inspection-41576

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.