Jean-Pierre Veran
formateur, expert associé France Education International (CIEP), membre professionnel laboratoire BONHEURS, CY Cergy Paris Université
Abonné·e de Mediapart

660 Billets

1 Éditions

Billet de blog 15 mai 2022

Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire

La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.

Jean-Pierre Veran
formateur, expert associé France Education International (CIEP), membre professionnel laboratoire BONHEURS, CY Cergy Paris Université
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans l’édition du Monde datée du 13 mai[1], un pleine page, sous le titre « Face à la pression scolaire, des lycéens en burn-out » est consacrée, comme l’indique le sous-titre, à « la hausse des phénomènes anxieux liés au contrôle continu et à l’orientation ». En bas de page, une spécialiste du burn-out scolaire, elle-même psychologue de l’éducation nationale à Rouen, parle d’ « incertitude maltraitante » pour les lycéen.ne.s, en évoquant la « sélection permanente » et en rappelant que « c’est notre système scolaire dans son ensemble qu’il faut interroger. Il a été historiquement pensé pour une élite ».

Il y a à là bien des éléments qui conduisent à interroger notre Ecole.

Nous commencerons d’abord par souligner qu’il est question ici des lycéennes et lycéennes passant des épreuves de spécialité, des lycéens soumis à la réforme du lycée et du baccalauréat. Il s’agit donc des élèves qui ont été reconnus, à la fin de leurs années de collège, comme aptes à entrer en voie générale ou technologique, et non orienté.e.s, de gré ou de force, en lycée professionnel. On parle donc d’élèves considéré.e.s scolairement comme en réussite, et on ne parle pas des autres pour qui la pression scolaire s’est soldée par une orientation plus ou moins contrainte dans une voie de formation professionnelle ou, déjà, par ce qu’on appelle le « décrochage », qui, dans le meilleur des cas, peut déboucher sur une « école de la deuxième chance ». De cette pression exercée sur des élèves où les jeunes issus des milieux populaires sont surreprésentés, il n’est pas question ici. Pourtant ils constituent la majorité de cette tranche d’âge, puisque 59 % des jeunes français obtiennent un bac professionnel, un bac technologique, un CAP, ou s’arrêtent au brevet des collèges, alors que dès le collège, ce sont les contenus des futurs  enseignements généraux de lycée qui déterminent les programmes. 

Une fois de plus, on s’intéresse, que l’on soit journaliste ou non, à ceux qui nous ressemblent le plus…

Ce préalable étant posé, la pression scolaire exercée sur les élèves de lycée général et technologique, qui pourra culminer, s’ils obtiennent le bac avec une très belle mention, dans une classe préparatoire aux grandes écoles d'un lycée, est, aux yeux des observatrices et observateurs particulièrement bien placés que sont enseignant.e.s, CPE, infirmier.e.s, psychologues de l’EN, proviseur.e.s, en hausse. En 2015, à 15 ans, les élèves français étaient déjà les plus stressés d’Europe, en raison  notamment d’une charge de travail importante et d’un temps de présence quotidien en classe considérable. Cette donnée est intéressante, -car elle évite de voir dans cette augmentation du stress un phénomène essentiellement dû à la crise sanitaire et aux incertitudes qu’elle a fait peser sur tous.

La pression scolaire n’est pas nouvelle, mais elle s’exerce aujourd’hui sur une part importante de notre jeunesse, avec l’élargissement de l’accès au lycée général et technologique. Le lycée a certes été réformé à plusieurs reprise depuis le début du siècle : 1999 (un lycée pour le XXIe siècle), 2010 (le nouveau lycée général et technologique), et 2019. Mais on n’a jamais tenu compte de ce que Pierre Bourdieu et François Gros écrivaient en 1989 dans un rapport remis au ministre Lionel Jospin : « Il importe de substituer à l’enseignement actuel, encyclopédique, additif et cloisonné, un dispositif articulant des enseignements obligatoires, chargés d’assurer l’assimilation réfléchie du minimum commun de connaissances, des enseignements optionnels, directement adaptés aux orientations intellectuelles et au niveau des élèves, et des enseignements facultatifs et interdisciplinaires relevant de l’initiative des enseignants. »

Trois décennies plus tard, il faut bien considérer que l’enseignement est toujours « encyclopédique, additif et cloisonné », et que « les enseignements interdisciplinaires relevant de l’initiative des enseignants » sont toujours hors de propos dans nos lycées.

On touche là du doigt la réalité de la pression scolaire. Elle s’exerce bien entendu sur les élèves, mais aussi sur les personnels, dont les capacités d’initiative sont toujours plus corsetées. Les professeurs chargés de préparer l’épreuve anticipée de français du bac se voient par exemple imposées les oeuvres à étudier mais également l’angle d’étude sous lequel les aborder. On n’attend plus d’eux de l’ingénierie pédagogique, mais plutôt un travail d’exécutant, qui peut prendre la forme de gavage dans les enseignements de spécialité. Quant aux personnels sociaux et de santé de l’éducation nationale, ils ne cessent d’alerter sur le nombre de postes non pourvus, qui les contraint à se consacrer exclusivement aux urgences, et non à la prévention et à l’accompagnement de celles et ceux qui en auraient besoin.

Pour les élèves comme les enseignants, il serait heureux de sortir d’une obsession de la note, renforcée par les dispositifs de contrôle continu qui, avec des épreuves communes, transforment l’année scolaire en année d’examen permanent. La note est reine, parce qu’avoir le baccalauréat et sa mention, c’est avoir la meilleure moyenne générale possible.

La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse  qui est étendue désormais à 40% de cette population. C’est celle d’une organisation qui, plutôt que de faire confiance à ses personnels, bride leur créativité. C’est celle d’un curriculum marqué par la course à la note individuelle et la culture de la compétition plutôt que par celle de la coopération et des réalisations collectives. Le burn-out des lycéens nous incite donc à interpeller le curriculum[2].

_________________________________________________________________

[1] https://www.lemonde.fr/societe/article/2022/05/10/face-a-la-pression-scolaire-des-lyceens-en-burn-out_6125402_3224.html

[2] https://curriculum.hypotheses.org/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aux États-Unis, le Sénat adopte un plan climat sans ambition sociale
Par 51 voix contre 50, le Sénat des États-Unis a adopté le plus ambitieux plan climat de l’histoire du pays, prévoyant une enveloppe de 369 milliards de dollars pour réduire de 40 % les émissions de CO2 entre 2005 et 2030. Mais le volet social a été très largement sacrifié.
par Romaric Godin
Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Proche-Orient
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Quarante-quatre morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figureraient quinze enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. Une trêve entre les deux parties serait entrée en vigueur dimanche soir.
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)

La sélection du Club

Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale