Jean-Pierre Veran
formateur, expert associé France Education International (CIEP), membre professionnel laboratoire BONHEURS, CY Cergy Paris Université
Abonné·e de Mediapart

652 Billets

1 Éditions

Billet de blog 20 janv. 2022

Efficience de la dépense publique : le ministère donne un mauvais exemple

Le ministère de l’éducation nationale ne manque pas de services, établissements, chaires susceptibles de l’éclairer sur les évolutions du métier d’enseignant. Il a pourtant fait appel à un cabinet de conseil privé pour un demi-million d’euros. Vous avez dit « efficience de la dépense publique » ?

Jean-Pierre Veran
formateur, expert associé France Education International (CIEP), membre professionnel laboratoire BONHEURS, CY Cergy Paris Université
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La commission d’enquête sénatoriale sur les cabinets de conseil a permis d’apprendre, par la rapporteure Eliane Assensi, sénatrice communiste[1], que le MEN a engagé, dans le cadre de la DITP, le cabinet de conseil McKinsey pour "évaluer les évolutions du métier d’enseignant". Le contrat est de 496 800 €., soit l’équivalent, selon la sénatrice, d’un million de masques FFP2. Le directeur associé du cabinet de conseil McKinsey a expliqué : "Il s’agissait d’organiser un séminaire en février 2021 avec des organisations internationales pour réfléchir aux tendances d’évolution du métier enseignant et du secteur de l’enseignement. Cela a conduit à des travaux de comparaison des évolutions faites par un ensemble de pays européens pour anticiper les évolutions du métier enseignant, des systèmes éducatifs et du pilotage".

On a bien lu. Un demi-million d’euros empochés par un cabinet de conseil pour préparer un séminaire international pour réfléchir aux tendances d’évolution du métier d’enseignant.

On croyait naïvement que le ministère de l’éducation nationale disposait d’une direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance[2] susceptible de mener sur ce sujet une enquête approfondie.

On pensait aussi que le Conseil d’évaluation de l’Ecole, qui a mis à son programme de travail 2021-23 « la mise en place de comités techniques d’évaluation sur les politiques publiques éducatives à fort enjeu 
 », portant, « dès le premier semestre 2021 » sur l’égalité des chances
 et la formation des enseignants, pourrait apporter sa contribution à la réflexion sur l’évolution du métier d’enseignant.

On n’a pas oublié non plus le rôle du CNESCO[3], opérateur de conférences de comparaisons internationales, qui pouvait être une ressource remarquable sur le sujet. Il avait en 2016 publié une étude sur l’attractivité du métier d’enseignant.

On sait aussi que France Education international est un établissement public organisateur de séminaires internationaux[4], comme en témoigne le programme du colloque international de 2019 sur les réformes en éducation[5].

On se rappelle aussi que l’actuel ministre a procédé à la fusion des inspections générales de son ministère (IGEN et IGAENR) avec celles des sports et des bibliothèques dans une IGESR[6] dont les "missions d’inspection, de contrôle, d’audit, d’évaluation, d’expertise, d’appui et de conseil dans les domaines de l’éducation" notamment auraient pu être mises à profit pour éclairer le ministre sur l’évolution du métier d’enseignant.

On ne parlera pas ici des ressources mobilisables sur le sujet au sein des instances de l’Union européenne. Il suffit de dresser  le constat que le ministère, en dépit des services, établissements, chaires susceptibles d’éclairer le ministre sur l’évolution du métier d’enseignant, a préféré faire appel à un cabinet de conseil privé pour un demi million d’euros. Apparemment les raisons de ce choix son insuffisamment claires puisque le ministère, contacté à ce sujet, n’ait pas répondu.

On sera très curieux des suites données à ce juteux contrat : qu’en est-il « des travaux de comparaison des évolutions faites par un ensemble de pays européens pour anticiper les évolutions du métier enseignant, des systèmes éducatifs et du pilotage » cités par le directeur associé du cabinet de conseil lors de son audition au Sénat ? Le séminaire prévu en février 2022 se tiendra-t-il ? Avec quels intervenants ? Quel public ? On  pourra alors mieux apprécier si une quelconque  valeur ajoutée a été apportée à la connaissance des évolutions du métier d’enseignant en France et en Europe.

En tout cas, on ne peut que constater que le ministère de l’éducation nationale n’hésite pas à dépenser l’argent public en passant contrat très onéreux avec un cabinet de conseil privé au lieu de s’appuyer sur des services et établissements chargés de le conseiller et de l’éclairer. Ce qui n’est pas le meilleur exemple d’efficience de la dépense publique, qui est l'objectif toujours affiché dans le discours ministériel lorsqu'il s'agit de justifier les restrictions de dépenses d'investissement dans le domaine de l'éducation.

__________________________________________________________

[1] https://twitter.com/publicsenat/status/1483445515069136901

[2] https://www.education.gouv.fr/direction-de-l-evaluation-de-la-prospective-et-de-la-performance-depp-12389

[3] https://www.cnesco.fr/fr/accueil/

[4] https://www.france-education-international.fr/hub/organiser-des-seminaires

[5] https://www.france-education-international.fr/document/programme-colloque-ries-2019

[6] https://www.education.gouv.fr/mission-et-organisation-de-l-inspection-generale-de-l-education-du-sport-et-de-la-recherche-41687

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Gouvernement
Le malentendu Pap Ndiaye
Insulté par l’extrême droite et critiqué par certains partisans de Macron, le ministre de l’éducation nationale est en réalité un modéré, loin des caricatures indigénistes et des procès en wokisme. Mais, entouré de proches de Jean-Michel Blanquer et du président, Pap Ndiaye aura du mal à s’imposer.
par Joseph Confavreux et Ellen Salvi
Journal
Législatives : comment le RN cible le rassemblement des gauches
Mediapart a pu consulter les documents fournis aux candidats du parti d’extrême droite pour les législatives. Ils montrent que le parti fait manifestement peu confiance à ses troupes sur le terrain. Ils s'en prennent à la coalition de gauche Nupes, rebaptisée « extrême gauche pro-islamiste ».
par Lucie Delaporte
Journal
Le travail sexuel, angle mort de la Nupes pour les législatives
Le sujet n'a jamais fait consensus à gauche. Le programme de la Nupes est marqué par les positions abolitionnistes, majoritaires dans les partis. Plusieurs acteurs de terrain s'insurgent. 
par James Gregoire

La sélection du Club

Billet de blog
Mineur·es en danger à la rue, il est urgent de les protéger !
« Les droits de l’enfant ne se discutent pas, encore moins au profit d’affichages politiciens de “lutte contre l’immigration”. » Face au nombre croissant d’enfants migrants en grand danger faute de prise en charge, une soixantaine d'associations locales de terrain et d'organisations nationales tirent la sonnette d’alarme. Ils demandent que « la présomption de minorité soit inscrite explicitement dans la loi. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
A quoi sommes-nous sensibles ?
La mort des non Occidentaux semble invisible. Qu’ils soient Syriens, Afghans, Nord Africains, du Moyen Orient, d’Asie... Ils sont comme fantomatiques, presque coupables d’effleurer notre champ de vision.
par Bruno Lonchampt
Billet de blog
Accès au droit des étrangers : régularisons l’administration !
Des élus de la République, des responsables associatifs, des professionnels du droit et autorités administratives intervenant dans le 20e arrondissement, et à Paris, sonnent la sonnette d'alarme. La prise de rendez-vous dématérialisée auprès des préfectures en vue de déposer des demandes de titres de séjour est devenue quasi impossible. « La déshumanisation et le dévoiement des services publics sont à leur comble ! » 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Faire de l’hospitalité un droit fondamental
Dans un livre qui fera date, la juriste Marie Laure Morin propose de faire de l’hospitalité un droit fondamental afin de construire un droit des migrations qui rompe, enfin, avec des législations répressives qui violent les droits humains et menacent l’État de droit. J’ai volontiers accepté d’en écrire la préface.
par Edwy Plenel