Pleine maîtrise du français au ministère : encore un effort ?

Si la maîtrise de la langue française et l’attention portée à la production écrite sont une prescription ministérielle insistante, on peut, en ce mois de novembre, douter que cette "exigence républicaine" soit exemplairement appliquée rue de Grenelle.

On sait combien la pleine maîtrise du français constitue un des objectifs fondamentaux de l’école, rappelés en cette rentrée 2018 : « La bonne maîtrise des savoirs fondamentaux (lire, écrire, compter, respecter autrui) est pourtant la condition d'une scolarité réussie et de la formation d'un citoyen libre et responsable. C'est une exigence républicaine, pour que les Français retrouvent confiance en leur École[1] ». L’actuel ministre a toujours accordé la plus haute importance à cette question. Ainsi, alors qu’il était directeur général de l’enseignement scolaire, signait-il la circulaire n° 2012-067 du 27-4-2012, Enseignement de l’orthographe à l’école - renforcement[2] qui indiquait : «l'apprentissage de l'orthographe suppose une attention portée à la production écrite et au respect des normes orthographiques dans tous les domaines d'enseignement, dans les lectures et les écrits demandés aux élèves, dès le cours préparatoire ». Et, en avril de cette année, il écrivait dans sa lettre aux professeurs[3] : « Aujourd’hui, il est devenu urgent de déployer avec vous une politique de la langue, ambitieuse, cohérente et progressive, pour permettre aux élèves d’accéder à une pleine maîtrise du français, laquelle est au fondement de tous les apprentissages. Ce combat pour la langue est d’autant plus nécessaire que les différences de maîtrise du français représentent la première des inégalités ».

Si l’objectif de 100% de maîtrise de la langue française est assigné à l’école, quel est celui fixé pour le ministère ? La lecture du Bulletin officiel, n° 44, du 29 novembre 2018, commence par celle de l’instruction n° 2018-139 du 26-11-2018[4] Mise en œuvre du plan mercredi, où l’on découvre ce qui suit : « Le paysage des temps éducatifs des enfants de 3 à 12 ans est caractérisé par une diversité des OTS et par une hétérogénéité des projets éducatifs territoriaux (PEdT).

Ces derniers revêtent une importance des activités éducatives lesquelles, en contribuant à l'épanouissement de l'enfant, à sa socialisation et à sa réussite scolaire, constituent un temps éducatif à part entière, notamment quand il est pensé de manière globale en cohérence avec les temps scolaires et familiaux et en lien avec le territoire ».

L’attention portée à la rédaction de la phrase soulignée paraît bien insuffisante à tout lecteur qui cherche à en comprendre le sens.

S’agirait-il d’une coquille ou de plusieurs ? On voudrait le croire. Hélas, le communiqué de presse du 29 novembre 2018 sur le plan d''action pour une politique de vie associative ambitieuse et le développement d'une société de l'engagement [5], est lui aussi marqué par une attention insuffisante portée à la rédaction de la phrase suivante : «Un quart des Français sont engagés au sein de près de 1,3 million de structures, et leur nombre ne cessent de croître chaque année».

On pourrait être tenté de paraphraser le ministre en écrivant que, pour que les Français retrouvent confiance en leur ministère, la bonne maîtrise des savoirs fondamentaux serait à renforcer rue de Grenelle. Plus prosaïquement, on se contentera de souhaiter que l’attention portée à la production écrite ministérielle soit plus rigoureuse qu’elle ne l’a été en ce mois de novembre 2018.

____________________________________________________

[1]http://www.education.gouv.fr/cid119317/annee-scolaire-2017-2018-pour-l-ecole-de-la-confiance.html

[2]http://www.education.gouv.fr/pid285/bulletin_officiel.html?cid_bo=59862

[3]http://www.education.gouv.fr/cid129676/renforcer-les-fondamentaux-la-lettre-du-ministre-de-l-education-nationale-aux-professeurs.html

[4]http://www.education.gouv.fr/pid285/bulletin_officiel.html?cid_bo=136259 

[5]http://www.education.gouv.fr/cid136695/un-plan-d-action-pour-une-politique-de-vie-associative-ambitieuse-et-le-developpement-d-une-societe-de-l-engagement.html

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.