nouvelle tranche d'imposition

Je suis solidaire des déviants aux revenus imposables gênants

Des fois je me demande si nous n'allons pas trop loin en méjugeant tel ou tel personnage public.

Il semble facile de suivre un courant populaire qui dénonce une injustice. Je me joins à la foule consensuelle et je la suis jusqu'à la lapidation, le lynchage. Oui, c'est bien de cela qu'il s'agit, de lynchage. Les mots sont des pierres et les cordes se tressent avec le mépris. La directrice de cabinet de M. de Rugy, remerciée pour avoir bénéficié d'un logement HLM se défend sur les médias d'être le parasite sociétal que l'on décrit. Je suis enclin à l'empathie et je me mord la lèvre n'ayant d'autre raison que le travail des journalistes et mon esprit. Le ministre « licencieur » se défend également. Il se défend également pour son propre logement et son exonération d'impôt, cette année tellement difficile avec à peine moins de 48000 euros de revenu imposable... là, les cigales nous rejouent le serment public d'un certain Cahuzac, Aztèque alambiqué. Alors je doute à nouveau.

J'ai mon propre système de valeur. Je crois ce que je veux mais je dois écouter tout et tous. Je crois que nous sommes nombreux à placer l'intérêt d'autrui avant le notre. Quand on est parent c'est très facile à comprendre. Je crois que certains se placent vraiment au service des autres et sont prêts à y risquer leur vie, pas la sacrifier mais la mettre en avant pour gagner leur combat et ne pas fuir. Je sais aussi que certains méprisent une part de l'humanité en disposant des barrières, des murs à leur gré. Ainsi on peut parquer, les femmes, les étrangers, les différents, sociaux, sexuels ou religieux, les riches (si on est pauvre) les pauvres (si on est riche) bref tous ceux qu'on aime pas à priori.

Je fais confiance aux journalistes parce que sans eux, personne ne ferait les poubelles de la République et ils sont méritants et indispensables. Je fais confiance aux hommes politiques aussi, parce qu'ils sont nos chefs élus, certes d'une façon absconse mais y'a pas mieux à ce jour.

Tous nous sommes faillibles. Il n'y a pas de honte. Nous sommes de la même famille.

Lavons notre linge sans mépris mais avec justice. Bon, alors on place le seuil de non imposition à 48000 euros ?

Donc, M. de Rugy ?

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.