Légion d'honneur

 

Il affichait un beau ruban

Dans les soirées, les défilés,

Menton levé comm’ Artaban

Pour se montrer à la télé.

Afficher sa légion d’honneur

Lui triturait les pectoraux

Et l’envoyait dans les hauteurs

Où il pouvait montrer ses crocs.

Mais un journal a dévoilé

D’où provenait son fric douteux,

Alors l’honneur s’est envolé

Vers un av’nir calamiteux.

 

Ruban rouge à la boutonnière,

Il crânait dans tous les salons

Quand les regards dans des œillères

Le prenait pour un étalon.

Quand on avait besoin de blé

Pour la campagne électorale,

C’était autour d’une tablée

Qu’il regonflait notre moral.

Mais le journal remplit sa une

De comptes planqués aux paradis,

Jetant l’horreur de sa fortune

Pour annoncer un incendie.

 

On donne aussi le ruban rouge

Pour habiller des assassins,

A des tyrans, des patrons d’bouges,

Sans gêne usant de leurs blancs-seings.

Et quel que soient le Président

Et ses ministr’s, on voit toujours

Des décorés, c’est évident,

Mis à l’honneur sans contrejours.

On peut rêver une autre gloire,

D’un jour d’honneur pour les vrais gens,

L’enterrement de ce foutoir,

Dépêchons-nous, c’est très urgent.

 

21 octobre 2015

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.