Jean-Stéphane Rab
Chroniqueur
Abonné·e de Mediapart

16 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 juin 2014

Cumul des pouvoirs dans la culture !

Jean-Stéphane Rab
Chroniqueur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Récemment, le directeur-adjoint d'une vénérable institution musicale française vient d'en être nommé le directeur général par le Ministre de la Culture, en remplacement de son directeur actuel interdit de rempiler pour cause d'âge limite l'obligeant à prendre sa retraite (paradoxe dans un pays où on devra travailler de plus en plus longtemps).

Ancien administrateur d'un ensemble musical qui a pris une place très importante dans le paysage musical, et qu'il programme d'ailleurs régulièrement dans son institution, il a su gravir tous les échelons de la politique culturelle publique de notre pays, ce dont on ne peut que le féliciter.

Toutefois, déjà en tant que directeur-adjoint de l'organisme en question, il était aussi le co-directeur d'un autre lieu de programmation emblématique de la capitale, et programmateur d'une future autre institution culturelle majeure. Il est aussi le directeur artistique d'un festival, mais aussi le fondateur d'une société de production et de placement d'artistes dans laquelle il puise toujours largement de quoi alimenter la programmation de son théâtre. Enfin, il vient d'éditer un livre, quoi de plus normal, lorsqu'on est candidat aux plus hautes fonctions, quelles qu'elles soient, dans notre pays et ce qu'on ne saurait d'ailleurs lui reprocher, si son agenda déjà bien chargé lui permet encore d'écrire.

Il est à signaler que la directrice artistique de l'ensemble musical susmentionné était aussi sur les rangs pour prendre la direction de la dite institution. Nulle concurrence dans cette double candidature qui au final ne sert que les mêmes intérêts. Il s'agissait sans doute de faire croire au béotien qu'une vraie bataille existait pour le poste alors qu'en réalité, il n'y avait au fond que deux candidats, et pas trois.

Selon l'Oxfam, 67 personnes dans le monde, détiennent l'équivalent de la richesse de la moitié des habitants de la planète, phénomène de concentration qui ne cesse de s'accélérer.

Dans notre exemple, il s'agit d'un phénomène de concentration des pouvoirs dans le secteur culturel qui est sans précédent et auquel notre belle république conduit.

Les deux personnages en question qui ont construit ensemble un vrai mécano culturel public-privé se répartissent à eux deux les postes et fonctions suivantes :

- direction d'une institution musicale publique majeure

- co-direction d'un autre lieu de programmation subventionné

- ancienne direction d'une agence artistique qui sert toujours de vivier de programmation

- direction artistique respective passée ou présente de festivals

- direction artistique d'un ensemble musical subventionné par deux régions, deux dracs, et du mécénat privé interchangeable

- direction artistique d'un ensemble de jeunes et d'un programme de formation au sein d'une structure publique de formation artistique

- création d'un outil pour musiciens qui équipe tous ses ensembles et bien d'autres

- direction d'un programme européen, financé comme tel, sur des fonds européens

- création d'une société de location de studios de répétitions et de bureaux

- et je dois sans doute en oublier !

Au fait croyez-vous vraiment que cela soit possible ?

Ou bien suis-je en train de rêver...?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica