Autisme, vaccin, aluminium ... et fraude électorale

Rapprochements étonnants de certains chercheurs.

Nous devons à Amélie Tsaag Varlen la création récente d'une catégorie dans Wikipedia : Pseudoscience de l'autisme.

Cette catégorie comporte actuellement 25 sujets, dont celui sur la controverse sur le rôle de la vaccination dans l'autisme.

 © Blequin © Blequin
Mon attention a par ailleurs été attirée sur un article publié par "Nature" l'année dernière :


Aluminium in human brain tissue from donors without neurodegenerative disease: A comparison with Alzheimer’s disease, multiple sclerosis and autism

Aluminium dans le tissu cérébral humain provenant de donneurs sans maladie neurodégénérative : Une comparaison avec la maladie d'Alzheimer, la sclérose en plaques et l'autisme

    Christopher Exley & Elizabeth Clarkson  Scientific Reports 8 mai 2020

Résumé

Un nombre croissant d'études démontrent la présence d'aluminium dans le tissu cérébral humain. Alors que la recherche a à la fois quantifié et visualisé l'aluminium dans le tissu cérébral humain dans les maladies neurodégénératives et neurodéveloppementales, il existe peu de données similaires pour le tissu cérébral de donneurs non neurologiques. Nous avons utilisé la digestion acide assistée par micro-ondes et la spectrométrie d'absorption atomique à four graphite chauffé transversalement pour mesurer l'aluminium dans vingt cerveaux de donneurs sans maladie neurodégénérative reconnaissable. La teneur en aluminium de 191 échantillons de tissus était invariablement faible, plus de 80 % des tissus ayant une teneur en aluminium inférieure à 1,0 μg/g de poids sec de tissu. Les données de ces tissus témoins ont été comparées à celles (mesurées selon des procédures identiques) de la maladie d'Alzheimer sporadique, de la maladie d'Alzheimer familiale, du trouble du spectre de l'autisme et de la sclérose en plaques. Des analyses statistiques détaillées ont montré que l'aluminium était significativement plus élevé dans chacun de ces groupes de maladies par rapport aux tissus de contrôle. Nous avons confirmé les conclusions précédentes selon lesquelles la teneur en aluminium du tissu cérébral dans la maladie d'Alzheimer, les troubles du spectre de l'autisme et la sclérose en plaques est significativement élevée. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour comprendre le rôle joué par des niveaux élevés d'aluminium dans l'étiologie des maladies neurodégénératives et neurodéveloppementales humaines.


M'étant renseigné, j'ai appris que Christopher Exley est coutumier de ces publications sur l'aluminium, dans des revues non spécialisées. A partir de l'étude de seulement 5 cerveaux autistes. Le champ des articles de Scientific Reports est en effet très large. De plus, tous les articles sont en libre accès. Nature ne semble pas leur accorder une grande valeur marchande.

Cela m'a fait penser à l'article sur les masques, publié par la revue Medical Hypotheses, éditée par Elsevier. C'est une revue qui publie des hypothèses, et non des recherches avec des preuves. Mais elle semblait publiée par un organisme officiel, le NCBI (National Center for Biotechnology Information), ce qui était présenté comme une preuve de sérieux. Or c'est l'organisme qui publie PubMed, et nqui ne fait donc que signaler l'article. L'article a été rétracté depuis, d'ailleurs.

Les travaux de Christopher Exley sont utilisés par les anti-vaccins, comme si l'aluminium utilisé dans des proportions infimes dans certains vaccins pouvait se retrouver dans le cerveau et être à l'origine de l'autisme. Rappelons que si c'était le cas, comme les preuves ont établi qu'il n'y a plus de personnes autistes dans la population vaccinée que dans la population non vaccinée, il faudrait en conclure que les vaccins sans aluminium permettent de diminuer la proportion de personnes autistes, de les guérir, quoi ...

Là où çà devient drôle, c'est de prendre connaissance du dernier article de sa co-auteure, spécialiste de l'aviation apparemment, mais dont le champ d'intérêt coïncide avec des théories complotistes.


Article d' Elizabeth Clarkson : The Results of Exit Polls in Kansas to Verify Voting Machine Counts in the November 2016 Election

Les résultats des sondages à la sortie des urnes au Kansas pour vérifier les comptages des machines à voter lors de l'élection de novembre 2016
https://doi.org/10.1515/spp-2020-0011 Reçu le 24 septembre 2020 ; accepté le 17 mars 2021

Résumé :
Les sondages à la sortie des urnes des citoyens sont effectués par les électeurs locaux pour vérifier les résultats officiels des élections. Cinq sondages de sortie des citoyens ont été réalisés dans le sud-est du Kansas pendant l'élection du 8 novembre 2016. Ces sondages à la sortie des urnes ont été conçus spécifiquement pour vérifier les décomptes de votes générés par ordinateur et gérés uniquement par du travail bénévole, tous les citoyens locaux qui étaient prêts à consacrer les heures nécessaires le jour de l'élection pour mener le sondage et plus tard, pour compter les résultats à la main. Ces sondages à la sortie des urnes ont permis d'obtenir des taux de participation élevés, ce qui a permis de détecter des différences minimes mais statistiquement significatives. Les cinq bureaux de vote étudiés présentent des anomalies statistiques multiples, tant dans la structure que dans l'ampleur des erreurs entre les résultats officiels et les résultats des sondages effectués à la sortie des bureaux de vote, bien que les biais n'aient pas été orientés uniformément d'un site à l'autre. Les faibles écarts constatés dans les scrutins étudiés étaient insuffisants pour modifier les résultats. Le biais de non-réponse et les erreurs involontaires ont été évalués comme des causes potentielles ; ces explications étaient plausibles dans certains cas, mais pas dans tous.Ces résultats montrent un modèle de divergence entre les sondages à la sortie des urnes et les résultats comptés par ordinateur, affichant un biais constant au sein des sites. Ce serait le résultat attendu d'une manipulation délibérée des résultats informatiques. Bien que ces données ne prouvent pas de manière concluante l'interférence électorale et la manipulation du décompte des voix, elles doivent être prises au sérieux comme un signe d'une telle interférence. Il convient de douter de l'exactitude des résultats annoncés, à moins que d'autres explications plausibles ne puissent être trouvées pour les divergences.


Je n'en tire pas beaucoup de conclusions, si ce n'est du scepticisme. Et je vous encourage à aller vous régaler des dessins de Blequin.

 © Blequin © Blequin

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.