Jean Vinçot
Association Asperansa
Abonné·e de Mediapart

1561 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 oct. 2022

Jean Vinçot
Association Asperansa
Abonné·e de Mediapart

Autisme : Les neurospychologues veulent être plus divers dans leur domaine d'activité

La diversité fait défaut : le manque de neuropsychologues cliniciens noirs peut entraîner des diagnostics erronés et d'autres difficultés pour les enfants autistes noirs et leurs familles.

Jean Vinçot
Association Asperansa
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

spectrumnews.org Traduction de "Neurospychologists launch efforts to diversify field" par Angie Voyles Askham - 5 octobre 2022

Chart noir ? (Alpha) © Luna TMG https://www.instagram.com/lunatmg/

La première fois que Courtney Ray a assisté à la conférence annuelle de la Société internationale de neuropsychologie, elle a été frappée par le manque de diversité. Ray, alors chercheuse postdoctorale au Positive Outcomes Psychological Services, à Athens, en Géorgie, n'a aperçu que quelques autres neuropsychologues noirs alors qu'elle se promenait dans les salles de conférence.

"Il y avait très, très peu de personnes qui me ressemblaient", dit-elle. "C'était vraiment choquant". Et elle ne pouvait s'empêcher de se demander comment ce manque de représentation affectait les communautés avec lesquelles elle travaillait.

Selon Annette Richard, neuropsychologue et professeure adjointe de psychiatrie clinique à l'université du Michigan à Ann Arbor, les neuropsychologues cliniciens spécialisés dans l'autisme peuvent jouer toute une série de rôles, allant de la réalisation d'études à l'évaluation clinique. En substance, elle et ses collègues servent de pont entre le monde de la recherche sur l'autisme et la pratique clinique, dit-elle.

Mais ce pont n'est peut-être pas équitable pour toutes les personnes autistes, car ce domaine est majoritairement blanc. Seuls 12,9 % des neuropsychologues cliniciens déclarent appartenir à une minorité raciale ou ethnique, et ceux qui le font sont généralement en début de carrière, selon une enquête de 2020.

"Si vous n'avez pas une bonne compréhension de la culture, vous pouvez finir par évaluer et diagnostiquer les gens d'une manière qui n'est pas nécessairement exacte", dit Ray.

Selon Taylor Schmitt, neuropsychologue et professeure adjointe de psychiatrie clinique à l'université du Michigan, où elle travaille avec Richard, l'un des obstacles à une plus grande diversité dans le domaine de la neuropsychologie est le manque de compréhension de ce que font les neuropsychologues, voire de l'existence même de ce métier.

Taylor Schmitt a récemment lancé New2Neuropsychology pour sensibiliser les étudiants de premier cycle et les jeunes diplômés, en particulier ceux issus de groupes historiquement sous-représentés dans ce domaine. Elle et ses collègues organisent des séances d'information dans les collèges et universités historiquement noirs, les institutions hispaniques et les collèges communautaires, et invitent des neuropsychologues de ces communautés à parler de leurs expériences. Ils organisent également des événements de réseautage et fournissent des ressources aux étudiants désireux de s'inscrire dans une école supérieure.

"Il faut adopter une approche plus systémique pour résoudre ce problème", déclare Mme Schmitt à propos du manque de diversité dans son domaine. "Et cela signifie qu'il faut s'engager activement et dire aux gens à quel point la neuropsychologie est géniale."

De retour de sa conférence, Ray a également commencé à réfléchir à la manière de soutenir les neuropsychologues noirs et d'en encourager d'autres à rejoindre le domaine. Elle a créé un groupe de messages WhatsApp avec les collègues noirs qu'elle connaissait, qui a fini par devenir la Society for Black Neuropsychology. Ce groupe offre des possibilités de tutorat et des ressources de développement professionnel aux neuropsychologues de tous niveaux.

Les cliniciens noirs sont plus susceptibles de rester dans le domaine lorsqu'ils disposent d'un système de soutien et de modèles qui leur ressemblent, affirme Ray. "Je pense que cela contribue grandement à rendre le domaine plus accueillant, ouvert et accessible aux gens."

Le groupe s'efforce également de servir la communauté noire d'autres manières. Au début de la pandémie, par exemple, ils ont lancé des webinaires sur l'impact du COVID-19 sur la cognition et ont sensibilisé les gens à la façon dont cette condition pourrait affecter de façon disproportionnée les personnes de couleur.

Ray est aujourd'hui neuropsychologue clinicienne dans la grande région de New York. Après avoir ouvert son cabinet, elle a constaté que les enfants autistes de sa communauté avaient besoin d'un soutien accru. Elle a donc obtenu une certification pour administrer l'Autism Diagnostic Observation Schedule.

"Il est très important de pouvoir servir de relais et de ressource dans ma communauté", dit-elle.

Citer cet article : https://doi.org/10.53053/CEWL4189

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À la Une de Mediapart

Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget
Journal — Gauche(s)
Congrès du PS : l’union avec les Insoumis en pomme de discorde
Derrière Olivier Faure, Hélène Geoffroy et Nicolas Mayer-Rossignol, trois équipes se disputent la direction du Parti socialiste. Mi-janvier, les adhérents les départageront sur la base de « textes d’orientation » aux stratégies bien distinctes.
par Fabien Escalona
Journal — Gauche(s)
Au PCF, l’opposition à Fabien Roussel fait entendre sa voix
Après un Conseil national tendu, le projet de la direction du parti communiste pour le prochain congrès n’a obtenu que 58 % des suffrages exprimés. Un appel signé par trente-cinq cadres critique une perte de boussole idéologique. Un événement, dans un parti aux habitudes légitimistes. 
par Mathieu Dejean
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
Sans couronne se relever
Au cours de sa formation théâtrale, Suzanne de Baecque répond à un travail d’immersion en s’inscrivant au concours de Miss Poitou-Charentes. Avec Raphaëlle Rousseau pour complice, elle narre son expérience à partir des coulisses, observant ses concurrentes, les racontant pour mieux donner naissance à « Tenir debout », docu-fiction entre rire et larmes, premier spectacle magnifique.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Avec Francesca Woodman et Vivian Maier, « Traverser l’invisible »
Chacune à sa façon, les deux photographes, comme l'écrit Marion Grébert, « ont mené leur existence en échappant à la moindre possibilité d’être saisies. »
par Jean-Claude Leroy
Billet de blog
L’art nous empêche-t-il de construire un monde meilleur ?
L'art peut-il être un outil politique pour surmonter les crises environnementales et sociales que nos sociétés traversent ? A-t-il vraiment le pouvoir de créer de nouveaux récits pour amener une mutation profonde et nécessaire ? Non. Car dans un monde profondément individualiste, l'art est fondamentalement du côté des forces réactionnaires.
par Sébastien Piquemal
Billet de blog
Dominique Blanc porte haut « La douleur » de Marguerite Duras
L’actrice dit vouloir jouer encore et encore ce spectacle, « jusqu’ au bout ». Elle a raison. Ce qu’elle fait, seule en scène, est indescriptible. Thierry Thieû Niang l’accompagne dans ce texte extrême de Marguerite Duras créé sous le direction de Patrice Chéreau il y a bientôt dix ans.
par jean-pierre thibaudat