Autisme : quel "gauchiste" a enterré l'heure silencieuse du mardi matin ?

Il y a des paires de claques qui se perdent. Comment une bonne et simple idée visant à instaurer une heure silencieuse dans les grandes surfaces est sabotée sous des prétextes maximalistes.

Disneyland Paris © Luna TMG Instagram Disneyland Paris © Luna TMG Instagram
Clemenceau disait que pour enterrer un problème, il suffisait de créer une commission. De Gaulle parlait des comités Théodule pour montrer son mépris de l'administration et du régime parlementaire. Aujourd'hui, il suffit au Parlement de voter pour que le gouvernement dépose un rapport dans un délai à moyen terme, et le tour est joué. "Çà ne mange pas de pain" dit avec dépit mon boulanger.

Dernier exemple en date, le triste sort de la proposition de loi visant à créer une heure silencieuse dans les grands magasins pour que les personnes autistes puissent les fréquenter.

Attention, il ne faut pas exagérer, c'est une heure par semaine, pas par jour.

Ce sera le mardi matin, la période la plus creuse de la semaine (à part le dimanche) suivant mon voisin travaillant chez Leclerc. De 9 à 10 heures, bien sûr : il ne sera pas nécessaire qu'un employé passe allumer les TV, mettre en route la sonorisation ... Toutes ces animations conçues par des experts de l'ABA (ou du marketing) pour faire vendre seront reportées d'une heure. Le but est de faire en sorte que les personnes autistes ou leurs parents accompagnés par leur enfant puissent passer plus de temps dans l'hypermarché pour acheter plus.

C'est pour cela que cette proposition de loi allait passer comme une lettre à la Poste (mauvais exemple : comme un email ou SMS), parce qu'elle arrangeait tout le monde, que çà coûtait moins aux patrons et que çà luttait contre le réchauffement climatique.

Il ne manquerait plus d'ailleurs que Greta Thunberg s'invite dans le débat, en disant que la planète n'a pas besoin de musiques sirupeuses et tonitruantes, de murs d'écrans TV, de lumières stroboscopiques, d'escalators en fonctionnement permanent*, de produits faisant le tour de la planète etc. : "Comment osez-vous ?".

Reprenons depuis le début ...

avant que je m'énerve (et c'est pas souvent, parce que dans l'autisme, c'est difficile de survivre si on se laisse aller à l'énervement. C'est le stress post-traumatique assuré tous les jours).

Des magasins à l'étranger instaurent l'heure silencieuse pour permettre aux personnes autistes d'y faire leurs courses. Cela marche, un Super U le fait, et c'est si facile à mettre en place que çà se diffuse dans le réseau Super U (1 600 magasins), et les concurrents commencent à se dire "pourquoi pas nous ?".

De là vient une proposition de loi parlementaire visant à la rendre obligatoire dans tous les grands magasins (les petits magasins, privilégiés par les personnes autistes, n'utilisent pas ce type de techniques de provocation à la consommation).

D'où la proposition de loi Nadia ESSAYAN, dont les motifs indiquent par exemple :

"Cette proposition de loi fait écho à une expérimentation locale, impulsée par des associations, qui, en coordination avec des magasins, ont décidé de mettre en place un dispositif permettant aux personnes qui ont un TSA, de faire leurs courses dans un environnement apaisé.

En effet, le constat initial dressé par ces associations est simple : faire ses achats dans une grande surface représente une véritable difficulté pour les personnes autistes.

Ces personnes sont confrontées à deux problèmes : l’intensité lumineuse et le fond sonore.

Or de nombreux magasins sont exposés continuellement à une ambiance musicale et à une forte intensité lumineuse.

C’est une problématique bien plus présente dans les grands magasins. En effet, l’exposition prolongée à une forte intensité lumineuse et sonore provoque des difficultés pour les personnes avec TSA. Cette surexposition aux bruits et à la lumière est effectivement à mettre en corrélation avec la taille du magasin. Plus le magasin est grand, plus le temps passé dans celui‑ci est long, plus ces personnes sont exposées à ce qu’elles perçoivent comme des nuisances."

Le résultat était simple et pas spécialement gauchiste (on n'est pas macroniste pour du beurre) :

  •  I. – À compter du 1er janvier 2022, il est procédé, dans les commerces de détail d’une surface de vente supérieure à 1 000 mètres carrés, à raison d’au moins une heure par semaine :
  • « ‑ à la réduction du volume sonore des appareils électroniques ;
  • « ‑ à l’interruption de la diffusion musicale et des annonces sonores ;
  • « ‑ à la réduction de l’intensité lumineuse.
  • « II. – Le public est informé par le professionnel de l’heure visée au I et de l’objectif poursuivi.
  • « III. – Le quatrième alinéa du I ne s’applique pas dans les magasins ne disposant pas d’un équipement permettant la modulation de l’intensité lumineuse jusqu’à la prochaine rénovation du système d’éclairage

Vous pouvez voir le texte adopté par l'Assemblée. Si le Sénat l'adopte tel quel rapidement, fin 2022, il y aura eu une concertation et un rapport du gouvernement, mais rien ne ce sera passé.

Les bonnes âmes qui ont obtenu ce grand succès, qui ne ce sont jamais préoccupées de l'accessibilité des personnes autistes à quoi que ce soit, vont-elles œuvrer que pour les normes d'accessibilité existantes, notamment pour le handicap moteur, soient suspendues dans l'attente d'un ou deux rapports ?

Les personnes handicapées représentent 7% de la population. Les personnes autistes représentent 1% de la population. Aucune norme d'accessibilité n'existe pour ces 1%.

Et on fout à la poubelle la première norme légale d'accessibilité, concernant les magasins de plus de 1 000 m², avec dérogations possibles, pour une heure par semaine ?

"Rien pour nous sans nous" ? Ceux qui ont saboté cette petite proposition ont-ils pris la peine de demander l'avis des personnes concernées ?

L'heure silencieuse n'est pas adaptée aux déficients visuels ou auditifs. Mais il leur reste 66 heures dans mon hypermarché préféré.Et elles en sont satisfaites jusqu'à présent.

Lénine disait que le gauchisme était la maladie "infantile" du communisme. Cela pourrait être aussi sa maladie sénile. En tout cas, c'est une maladie, çà se soigne. A condition d'aller chez le docteur.

* enfin çà dépend. Les choses qui tournent, comme les machines à laver et les éoliennes, çà plait à certaines personnes autistes. D'ailleurs, moi aussi, je suis fasciné par les éoliennes quand je suis en train sur la ligne Brest-Paris.


Suite :

Autisme : "gauchiste" et heure silencieuse dans les magasins (suite)

9 févr. 2021 - Retour sur le débat à l'Assemblée Nationale sur la proposition de loi censée établir l'heure silencieuse dans les hypermarchés, proposition qui s'est auto-sabordée parce qu'il n'est pas de bon ton d'adopter la première mesure d'accessibilité concernant les personnes autistes. Et quelques commentaires sur la carte mobilité inclusion.

Autisme : L'accessibilité universelle existe ? Créons une commission !

18 févr. 2021 - Comment la toute première mesure (petite) d’accessibilité pour les personnes autistes a été recalée... Lecture du rapport parlementaire qui a conduit à la bloquer.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.