Jean Vinçot
Association Asperansa
Abonné·e de Mediapart

1404 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 nov. 2018

Comment l'histoire a oublié la femme qui a défini l'autisme - Grounia Soukhareva

Dès 1925, Grounia Soukhareva, médecin soviétique, a décrit l'autisme tel qu'il est connu aujourd'hui. Y-a-t'il une connexion par Vienne avec Kanner ?

Jean Vinçot
Association Asperansa
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Article de Spectrum News,  « How history forgot the woman who defined autism » par Lina Zeldovich / 7 novembre 2018

Grunia Sukhareva © Wikipedia

Voir : "The first account of the syndrome Asperger described?"

European Child & Adolescent Psychiatry  September 1996, Volume 5, Issue 3, pp 119–132

Extraits

Grounia Soukhareva (bonne traduction par https://deepl.com à peine modifiée) a écrit : Malgré les différences individuelles dans le tableau clinique des cas de troubles de la personnalité schizoïde rapportés ici, nous pensons qu'il est possible de définir les caractéristiques que tous les enfants avaient en commun. Elles sont les suivantes :

Un type de pensée étrange
a) une tendance à l'abstraction et à la schématisation (l'introduction de concepts concrets n'améliore pas les processus de pensée, mais au contraire les empêche) ;
b) cette caractéristique de la pensée est souvent associée à une tendance à la rationalisation et à la rumination absurde (voir cas 1, 2, 3, 4, 5). Cette dernière caractéristique marque souvent la personnalité comme étrange.

Une attitude autiste
Tous les enfants affectés se tiennent à l'écart de leurs pairs, ont du mal à s'adapter et ne sont jamais pleinement eux-mêmes parmi les autres enfants. Les cas 1, 2 et 3 sont devenus des objets de ridicule général pour les autres enfants après leur admission dans notre école. Les cas 4 et 5 n'avaient aucun poids parmi leurs pairs et étaient surnommés "machine parlante", bien que leur niveau de fonctionnement global soit bien supérieur à celui des autres enfants. Le cas 6 évite lui-même la compagnie des enfants parce qu'il trouve cela douloureux.
Tous ces enfants manifestent une tendance à la solitude et à l'évitement des autres dès leur plus jeune âge ; ils se tiennent à l'écart, évitent les jeux en commun et préfèrent les histoires fantastiques et les contes de fées.

La vie émotionnelle
Il y a une certaine platitude et superficialité des émotions (cas 2, 3, 5). Cette dernière est souvent combinée avec ce que Kretschmer a appelé à juste titre l'Aspect psychesthétique de l'humeur. Ce mélange d'éléments insensibles et hypersensibles a été observé dans tous nos cas.
Le cas 1 présentait une paresse affective ainsi qu'une sensibilité exagérée ; le cas 2 montrait une irritabilité accrue entraînant des accès émotionnels explosifs, combinés à une paresse affective, en accord avec la description des spasmes et de la paralysie des émotions de Bleuler. Le cas 5 était d'humeur généralement calme et en même temps passionnément tendre envers certains de ses proches. Le cas 4 était un misanthrope lugubre et irritable, mais aussi un fils tendrement aimant.

Les autres caractéristiques étaient les suivantes
a) une tendance à l'automatisme (cas 1, 2, 3, 4 et 6) se manifestant par le maintien des tâches entamées et par un manque de souplesse psychique avec difficulté d'adaptation à la nouveauté ;
b) comportement impulsif et étrange (cas 1, 2, 3) ;
c) faire le clown, avec une tendance aux rimes et aux néologismes stéréotypés (cas 1, 2, 3, 5)
d) une tendance à un comportement obsessionnel compulsif (cas 1, 2, 3, 5) ; et
e) suggestibilité accrue (cas 1, 3 et 6).

Nous n'avons pas observé de négativisme marqué. Une obstination apparemment non motivée a été observée dans deux cas (5 et 6).

Des déficiences motrices marquées ont été constatées dans tous nos cas : maladresse, gaucherie, brusquerie des mouvements, nombreux mouvements superflus et syncinésies (cas 1, 2, 3 et 4). Manque d'expressivité faciale et de mouvements expressifs (maniéristes (cas 1, 4 et 5)) ; diminution du tonus postural (cas 2, 4 et 6) ; bizarreries et manque de modulation de la parole (cas 1, 2 et 3).

 Notice Wikipedia

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Inflation : les salariés, éternels dindons de la farce
Avec la poussée inflationniste, les salariés sont sommés d’accepter un recul de leurs revenus réels pour éviter l’emballement des prix. Mais lorsque les prix étaient bas, les salariés devaient accepter la modération salariale au nom de l’emploi. Un jeu de dupes que seules les luttes pourront renverser. 
par Romaric Godin
Journal
Électricité et gaz : les salaires mettent le secteur sous haute tension
Appel à la grève dans le secteur des industries électriques et gazières, le 2 juin prochain, pour réclamer des revalorisations de salaires indexées à l’inflation. Chez RTE, gestionnaire du réseau électrique français, un mouvement social dure depuis déjà depuis treize semaines.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : le gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli
Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
L’École et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI
Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN