Jean Vinçot
Association Asperansa
Abonné·e de Mediapart

1420 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 mai 2022

Autisme : Pandémie et politique tempèrent le retour en présentiel d'INSAR

Réticences pour participer à l'INSAR 2022 au Texas, du fait des politiques de cet état américain concernant la pandémie, la répression des parents d'enfants transgenres et l'avortement.

Jean Vinçot
Association Asperansa
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

spectrumnews.org Traduction de "Pandemic, politics temper INSAR’s in-person return" par Angie Voyles Askham / 4 avril 2022

Stairs © Luna TMG https://www.instagram.com/lunatmg/

La politique anti-trans du Texas amène les chercheurs à chercher des moyens de soutenir la communauté LGBTQ d'Austin lors de la prochaine réunion de l'International Society for Autism Research.

Les politiques de santé controversées au Texas et les inquiétudes persistantes concernant le COVID-19 ont contraint certains chercheurs en autisme à ne pas assister à la réunion annuelle de la Société internationale pour la recherche sur l'autisme (INSAR) qui se tiendra à Austin le mois prochain, la première réunion en personne de l'organisation depuis trois ans.

Fin février, le gouverneur du Texas, Greg Abbott, a ordonné aux organismes d'aide sociale de l'État d'enquêter sur les parents d'enfants transgenres qui reçoivent des soins de santé adaptés à leur genre, ce qu'il a assimilé à de la maltraitance. Cette décision est intervenue dans la foulée d'une loi adoptée en septembre qui interdit effectivement l'avortement dans l'État et permet aux particuliers de poursuivre toute personne qui pratique ou aide une femme à accéder à la procédure après sa sixième semaine de grossesse.

"Je ne veux pas soutenir un État dont les politiques sont aussi anti-femmes et anti-LGBT", déclare David Mandell, professeur de psychiatrie à l'université de Pennsylvanie, qui prévoit de boycotter la réunion.

La réponse du Texas à la pandémie en cours a également pesé dans sa décision, dit-il. L'État a mis en œuvre peu de stratégies d'atténuation du COVID-19, telles que l'obligation de se faire vacciner ou de porter un masque. Et bien que les entreprises privées puissent exiger le port du masque à l'intérieur, un ordre du gouverneur interdit à la plupart des collectivités locales de le faire. (INSAR recommande aux participants de porter des masques pendant toute la durée de la réunion).

"Il y a toute une série de raisons pour lesquelles quelqu'un pourrait se sentir mal à l'aise de se rendre au Texas et de soutenir l'État de quelque manière que ce soit", déclare Micheal Sandbank, qui, en tant que professeur adjoint en éducation spécialisée à l'Université du Texas à Austin, prévoit d'assister à la réunion en personne.

En réponse aux inquiétudes des chercheurs, le conseil d'administration d'INSAR a publié une déclaration le 8 mars, expliquant que "le conseil entend et respecte ces sentiments, qui ont inclus des appels au boycott du Texas", mais qu'il prévoyait de maintenir la réunion. "Nous voulons veiller à ce que la voie que nous choisissons pour exprimer l'engagement d'INSAR en faveur de l'équité pour tous soit conforme à notre mission et ne prive aucune communauté d'une réunion scientifique dynamique."

Même si le conseil d'administration espère voir les gens en personne, il propose une option hybride parce qu'il "reconnaît la difficulté [du Texas] pour certains de nos membres", explique Connie Kasari, professeure de développement humain et de psychologie à l'université de Californie, Los Angeles, et présidente actuelle d'INSAR.

Certaines personnes - en particulier les chercheurs en début de carrière - ne peuvent se permettre de faire l'impasse sur la réunion de l'INSAR, reconnaît M. Mandell. "Je suis dans une position privilégiée. Je suis titularisé et je bénéficie d'un financement important. Même si j'adore la réunion annuelle de l'INSAR et qu'elle me manque terriblement, elle n'est pas essentielle à ma réussite professionnelle à ce stade."

Et pour ceux qui n'aiment pas assister à des conférences virtuelles, se rendre à Austin le mois prochain pourrait être la première chance qu'ils ont d'interagir avec la communauté plus large de la recherche sur l'autisme depuis 2019.

"Je veux être là", déclare Zachary Williams, étudiant en médecine et en doctorat à l'université Vanderbilt de Nashville, dans le Tennessee, qui dirige l'un des groupes d'intérêt spécial de la conférence, prévu pour se tenir uniquement en personne. "Je veux être dans les amphithéâtres ; je veux voir les gens que je ne vois pas [habituellement]".

M. Williams dit comprendre pourquoi certains chercheurs peuvent être mal à l'aise de se rendre au Texas en ce moment, mais il compatit aussi à la situation difficile dans laquelle se trouvent les organisateurs de la conférence avec une réunion qui a été planifiée des années à l'avance.

"Nous avons commencé à planifier il y a cinq ans", explique M. Kasari. "Le conseil d'administration a pris en compte de nombreuses choses... et notamment le fait que nous sommes une organisation à but non lucratif (et non un organe politique) représentant une communauté mondiale de chercheurs au service de la vaste communauté de l'autisme, y compris les familles et les individus au Texas."

Après de longues délibérations, Kristen Lyall, professeure associée à l'A.J. Drexel Autism Institute de l'université Drexel de Philadelphie, en Pennsylvanie, a décidé de se rendre elle aussi à Austin le mois prochain. Elle dirigera une table ronde et fera une présentation orale lors de la réunion, deux activités qu'elle préfère faire en personne.

"Il s'agit de trouver un équilibre difficile entre les considérations morales personnelles et les activités professionnelles", explique Mme Lyall.

Elle et ses collègues prévoient d'ajouter une déclaration à leurs affiches et à leurs exposés pour réitérer leurs valeurs de santé publique qui vont à l'encontre des politiques de l'État, dit-elle. "Même s'il ne s'agit que de quelques mots sur le papier, je pense qu'il est important de montrer son soutien et d'envoyer activement le message que la santé et l'équité doivent être soutenues en tous lieux."

D'autres participants ont fait d'autres suggestions sur la façon de soutenir la communauté trans au Texas. 

Par exemple, Alycia Halladay, directrice scientifique de l'Autism Science Foundation, qui prévoit d'assister à la conférence en personne, a écrit sur Twitter qu'elle pourrait faire un tour dans son bar LGBTQ préféré pendant qu'elle y sera.

Et Meghan Miller, professeure adjointe de psychiatrie et de sciences du comportement à l'université de Californie, à Davis, a indiqué sur Twitter que, bien qu'elle ne participe pas du tout à la réunion, elle prévoit de faire don du coût de son inscription à la conférence à des organisations qui soutiennent les jeunes transgenres.

Sandbank participe à une réunion préalable à la conférence pour mettre en lumière les membres locaux de l'INSAR et les organisations à but non lucratif : "Il y a des gens qui font partie de la communauté INSAR au Texas qui ont tout à gagner de la tenue de cet événement."

Citer cet article : https://doi.org/10.53053/QIIJ5938

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
La véritable histoire d’Omar Elkhouli, tué par la police à la frontière italienne
Cet Égyptien est mort mi-juin pendant une course-poursuite entre la police aux frontières et la camionnette où il se trouvait avec d’autres sans-papiers. Présenté comme un « migrant », il vivait en fait en France depuis 13 ans, et s’était rendu en Italie pour tenter d’obtenir une carte de séjour.
par Nejma Brahim
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin
Journal
Comment combattre l’enracinement du Rassemblement national
Guillaume Ancelet et Marine Tondelier, candidats malheureux de l’union de la gauche dans des terres où l’extrême droite prospère, racontent leur expérience du terrain. Avec l’historien Roger Martelli, ils esquissent les conditions pour reconquérir l’électorat perdu par le camp de l’égalité. 
par Fabien Escalona et Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Cochon qui s’en dédit
Dans le cochon, tout est bon, même son intelligence, dixit des chercheurs qui ont fait jouer le suidé du joystick. Ses conditions violentes et concentrationnaires d’élevage sont d’autant plus intolérables et son bannissement de la loi sur le bien-être animal d’autant plus incompréhensible.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Grippe aviaire : les petits éleveurs contre l’État et les industriels
La grippe aviaire vient de provoquer une hécatombe chez les volailles et un désespoir terrible chez les petits éleveurs. Les exigences drastiques de l’État envers l’élevage de plein air sont injustifiées selon les éleveurs, qui accusent les industriels du secteur de chercher, avec la complicité des pouvoirs publics, à couler leurs fermes. Visite sur les terres menacées.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Face aux risques, une histoire qui n'en finit pas ?
[Rediffusion] Les aliments se classent de plus en plus en termes binaires, les bons étant forcément bio, les autres appelés à montrer leur vraie composition. Ainsi est-on parvenu en quelques décennies à être les procureurs d’une nourriture industrielle qui prend sa racine dans la crise climatique actuelle.
par Géographies en mouvement
Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel