La perte de sommeil provoque des problèmes sociaux durables chez les souris SHANK3

Les souris auxquelles il manque une seule copie de SHANK3 et qui ont un sommeil perturbé lorsqu'elles sont bébés ont des différences de comportement social à l'âge adulte

spectrumnews.org Traduction de "Lost sleep sparks lasting social problems in SHANK3 mice" par Peter Hess / 14 janvier 2021

 © Bansky © Bansky
Les perturbations du sommeil à un stade précoce de la vie ont des conséquences durables pour les souris auxquelles il manque une copie du gène lié à l'autisme SHANK3, selon une étude non publiée présentée pratiquement hier au Global Connectome de la Society for Neuroscience 2021. (Les liens vers les résumés ne peuvent fonctionner que pour les participants inscrits à la conférence).

Les résultats suggèrent que la génétique du modèle et la perturbation du sommeil représentent un scénario "à deux coups", déclare Graham Diering, professeur adjoint de biologie et de physiologie cellulaire à l'université de Caroline du Nord à Chapel Hill.

Les chercheurs ont utilisé un système automatisé pour suivre les schémas de sommeil et d'éveil chez les souris auxquelles il manque une ou les deux copies de SHANK3. Le gène code une protéine qui soutient les synapses, les jonctions entre les neurones.

Les souris ayant une copie de SHANK3 présentaient à peu près les mêmes schémas de sommeil que les souris sauvages, quel que soit leur âge ou leur sexe - elles dormaient principalement le jour, se réveillaient le soir et faisaient une petite sieste au fur et à mesure que la nuit avançait. Mais les souris dépourvues des deux copies du gène dormaient moins, en moyenne, et faisaient rarement la sieste la nuit.

La plupart des personnes porteuses de mutations SHANK3 ne perdent qu'une seule copie fonctionnelle du gène, aussi les chercheurs ont-ils concentré leurs prochaines étapes sur les souris porteuses d'une seule copie de SHANK3. Ils ont perturbé le sommeil de ces souris et ont constaté que cela avait plus de conséquences que pour les souris sauvages.

La privation de sommeil pourrait fonctionner comme un facteur environnemental qui exerce une pression sur les vulnérabilités causées par la perte du gène, a déclaré la présentatrice Julia Lord, spécialiste de la recherche dans le laboratoire de Diering.

Un sommeil perturbé

Lorsque les souris avaient 14 jours, Julia Lord et ses collègues les ont soumises à des perturbations du sommeil de 10 secondes - une plateforme mobile a secoué leur cage - toutes les deux minutes pendant une semaine. À cet âge, le cerveau d'une souris subit un développement cortical important.

Ils ont ensuite soumis les souris à une batterie de tests comportementaux à l'âge de 42 jours, l'équivalent de l'âge adulte pour les souris.

Les souris SHANK3 mâles qui avaient connu des troubles du sommeil ont montré des changements significatifs de leur comportement social, contrairement à leurs congénères SHANK3 non dérangés : dans un test social à trois chambres, ils n'ont pas montré la préférence typique pour passer du temps près d'une autre souris. Ils ont également montré une diminution des réactions de sursaut aux sons. Cependant, lorsqu'on les avertissait avant un son surprenant, elles réagissaient davantage au sursaut que leurs congénères bien reposés, qui ont appris à s'attendre au son.

Les souris SHANK3 femelles dont le sommeil était perturbé ont montré un comportement moins anxieux lors d'un test impliquant un labyrinthe surélevé, mais aucune autre différence.

"Si vous perturbez le sommeil des jeunes enfants", dit Diering, "cela peut avoir des effets durables, en particulier dans notre modèle génétiquement vulnérable".

Lire plus de rapports du Global Connectome de la Society for Neuroscience  2021.


Traduction d'articles sur le Global Connectome de la Society for Neuroscience 2021

L’inversion des mutations de SHANK3 chez les souris atténue les traits autistiques

6 juin 2020 - Les souris qui portent des mutations dans les deux copies de SHANK3 ont davantage de différences de comportement que celles qui ont des mutations dans une copie du gène.

Les problèmes de sommeil chez les personnes autistes : explications

4 févr. 2020 - Ce que nous savons sur les causes et les conséquences des problèmes de sommeil chez les personnes autistes, ainsi que sur leurs traitements.

Dossier sommeil et autisme

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.