Evann et Noham, autistes : scolarité, rêves brisés

Evann et Noham expriment leur volonté de passer en seconde ! Que d'obstacles à vaincre.

Je vous avais parlé d'Evann, déscolarisé depuis le 15 novembre 2019.

Aujourd'hui, la direction académique maintient sa position, compromettant la réorientation d'Evann vers une seconde générale, l'orientation souhaitée vers une seconde professionnelle s'étant révélée être une impasse.

Evann a refait une vidéo, avec Noham, à qui on refusait le passage en seconde.

Evann et Noham: rêves brisés © Sur le chemin de l'école

Normal bien sûr d'utiliser ce moyen, car l'intérêt spécifique d'Evann est le son !

Evann et Noham sont très différents. Evann est "Asperger", tandis que Noham est "autiste typique", diagnostiqué à 2 ans et demi. Chacun est accompagné par un AVS (auxiliaire de vie scolaire, AESH - accompagnant d'élève en situation de handicap).

Noham a été très souvent la cible de harcèlement scolaire (j'ai trop honte de raconter), alors qu'Evann arrive en général à nouer des liens et à se faire accepter. S'il n'a pas pu continuer dans le lycée professionnel, c'est bien parce que le climat n'était pas satisfaisant pour lui.

Mais ... Noham a fait un recours contre le refus de passage en seconde. La commission départementale lui a, en fin de compte, donné raison.

Mais ... la directrice académique a renouvelé le 16 juin son refus de réorientation d'Evann vers une seconde générale. Sans proposer une autre solution réaliste.

Il y a certes une différence : Noham s'est retrouvé, en désespoir de cause (harcèlement)*, dans l'enseignement privé l'année dernière, alors qu'Evann est dans le public.

La commission du privé a été accessible aux arguments de Noham et de ses parents. Il ne reste plus à Noham qu'à trouver un établissement qui veuille bien l'accueillir. Hum ... C'est pas gagné d'avance.

Mais du côté du public, il n'y a que la voie du tribunal administratif. Vachement rapide, la moustache d'Evann a le temps de s'étoffer. Et Evann de désespérer.

Je ne veux pas jouer le match catho contre laïc. Les familles d'élèves autistes sont contraintes au nomadisme scolaire, et elles savent bien que ce n'est pas le statut d'école de la République - ou d'établissement sous contrat d'association - qui est la garantie de l'inclusion scolaire. En Bretagne, compte tenu de la structuration du champ scolaire, cela se traduit par un passage du public au privé, ou vice-versa.

J'espère fermement que Noham et Evann commenceront septembre dans leur lycée.

"Mais pourquoi l'école ne veut pas de moi ?

La différence fait-elle si peur ?"


* Bien entendu, alors que Noham était harcelé dans son collège, il a fait l'objet d'une IP (information préoccupante) envoyée notamment par ce collège, ce qui a conduit, pour la deuxième fois, à une enquête des services sociaux du département pendant de nombreux mois. Lui et ses trois frères et sœurs ont été inspectés sous toutes les coutures, l'accompagnement mis en œuvre par les parents analysé sur tous les plans par des travailleurs sociaux peu connaisseurs de l'autisme et des troubles neurodéveloppementaux. Le verdict a certes été "non coupable". Vous avez cependant du mal à imaginer le stress pendant toute l'année de Noham, lié à cette enquête. Parce qu'il comprend bien les enjeux, d'autant plus que les problèmes politiques font partie de ses intérêts spécifiques.

PS : par décision du 27 juillet 2020, le juge des référés du tribunal administratif de Rennes a suspendu les décisions de la DASEN et a enjoint au recteur de procéder à un nouvel examen de la demande d'inscription en seconde générale dans le lycée de secteur dans les 10 jours.

PS 2 : par décision du 31 juillet, la DASEN 29 a accepté la réorientation en seconde générale et technologique d'Evann, et a décidé son affectation au lycée de secteur, pour éviter le maintien de sa déscolarisation compte tenu de l'absence d’autre solution, du fait des propositions refusées .

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.