Jean Vinçot
Association Asperansa
Abonné·e de Mediapart

1603 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 janv. 2023

Jean Vinçot
Association Asperansa
Abonné·e de Mediapart

Au-delà du banc : Trouver la solitude avec Jill Silverman

C'est une chercheuse notamment sur les syndromes dup15q et Angelman, liés à l'autisme. Spectrum s'est entretenu avec Mme Silverman au sujet de son amour des animaux, de sa quête permanente de tranquillité et de la façon dont elle continue à se concentrer sur les enfants touchés par les conditions qu'elle étudie.

Jean Vinçot
Association Asperansa
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

spectrumnews.org Traduction de "Beyond the bench: Finding solitude with Jill Silverman" - 17 janvier 2023 - Peter Hess

  • Experte : Jill Silverman, Professeure, Université de Californie, Davis MIND Institute
© Photographie de Douglas Adesko.

Les matins tranquilles de fin de semaine, vous trouverez généralement Jill Silverman chez elle, en train de rédiger des demandes de subvention et de réfléchir de manière créative à ses recherches sur les syndromes dup15q et Angelman, liés à l'autisme. Avant que les autres occupants de la maison ne se réveillent, il n'y a qu'elle et ses chiens.

Ce temps est précieux, dit-elle, car son emploi du temps chargé au MIND Institute de l'université de Californie à Davis, où elle est professeure de psychiatrie et de sciences du comportement, lui laisse peu de temps pour ce genre de travail solitaire.

Spectrum s'est entretenu avec Mme Silverman au sujet de son amour des animaux, de sa quête permanente de tranquillité et de la façon dont elle continue à se concentrer sur les enfants touchés par les conditions qu'elle étudie.

Cette interview a été modifiée pour des raisons de longueur et de clarté.  

Spectrum : Quelle grande question motive vos recherches ?

Jill Silverman : Au cours de ma vie, je veux voir quelque chose passer du laboratoire au chevet du patient. Je veux que la recherche biomédicale aide les gens, même s'il s'agit d'un petit sous-groupe. C'est ce qui me motive.

S : Quels sont les travaux que vous admirez ? Qui vous inspire ?

JS : Les personnes qui ont testé des médicaments sur des souris, qui les ont étudiés in vitro, puis qui les ont appliqués à des personnes. Un exemple est le groupe du Seaver Autism Center for Research and Treatment - Joe Buxbaum et Alex Kolevzon. Audrey Thurm, psychologue clinicienne à l'Institut national de la santé mentale, a la même philosophie que moi : si la recherche n'a pas de retombées, elle n'en vaut pas la peine.

J'admire également les groupes de défense des parents - la Foundation for Angelman Syndrome Therapeutics (FAST) et la Dup15q Alliance, par exemple - qui ont en quelque sorte pris en charge ce domaine et orienté la recherche. C'est formidable à observer.

S : À quoi ressemble une journée typique pour vous ? Combien de réunions avez-vous par jour ?

JS : Les réunions depuis la pandémie sont hors de contrôle. Elles se déroulent de 7 ou 8 heures du matin à 4 ou 5 heures du soir, et si j'ai une pause d'une heure, j'ai de la chance. C'est rarement le cas. Je vais, je vais, je vais jusqu'à ce que je ne puisse plus penser.

Parfois, je dis que je ne suis pas disponible, mais je ne le suis pas vraiment. J'ai récemment engagé une directrice de laboratoire, et elle va essayer de protéger mon temps dans mon agenda, parce que les réunions sont devenues écrasantes.

S : Combien d'heures de sommeil avez-vous chaque nuit ?

JS : J'aime dormir. J'ai toujours au moins huit heures de sommeil. J'ai besoin de dormir.

S : Quand êtes-vous la plus productive ?

JS : Je suis le plus productif le matin, juste après le café et avant d'avoir faim. C'est un moment idéal. C'est le moment que j'aimerais commencer à réserver à la créativité et à la finalisation des subventions.

S : Quel est votre congrès préféré ?

JS : J'aime les réunions familiales qui sont spécifiques à une condition. Elles ont une journée axée sur les patients et les familles, et une journée consacrée à la recherche. La Dup15q Alliance le fait bien, et FAST aussi. Ce sont les meilleures rencontres parce qu'elles sont très spécifiques, et parce qu'on vous rappelle constamment de penser aux objectifs. On n'oublie jamais pourquoi on mène une vie folle et trépidante.

S : Avez-vous une histoire favorite d'un congrès de recherche ?

JS : Je n'ai pas d'exemple précis, mais j'ai une histoire drôle de laboratoire.

Lorsque je venais de commencer mes études supérieures, je travaillais dans un bâtiment où il y avait des patients atteints de schizophrénie au premier étage, des chercheurs au sous-sol et des animaux au dernier étage. Il fallait utiliser une clé dans l'ascenseur pour accéder aux animaux. Eh bien, l'un des patients a récupéré les clés et est monté au dernier étage, et ils ont laissé sortir tous les rats, qui avaient été injectés avec la drogue PCP pendant 10 jours.

Tout le bâtiment a été fermé jusqu'à ce que tous les rats aient été retrouvés. Mais certains d'entre eux étaient entrés dans la ventilation. Ce n'était pas mon projet, et je n'en faisais pas partie, sauf pour aider à les maîtriser.

S : Que lisez-vous en ce moment ?

JS : Je lis tous les livres que mon fils doit lire pour sa classe d'anglais au lycée - tous les classiques que j'aimais quand j'étais plus jeune. Je viens de relire "Demian" de Hermann Hesse. Je ne lis pas vraiment de livres scientifiques.

S : Comment obtenez-vous vos informations ?

JS : Sur mon téléphone. Il y a eu une période où - comme, je pense, toute l'Amérique - j'ai regardé le cycle de nouvelles de 24 heures. Mais cela a conduit à ce terrible sentiment de sinistrose en permanence, alors j'ai pris une pause salutaire des informations. Je commence tout juste à m'y remettre.

S : Êtes-vous active sur les médias sociaux ?

JS : Je suis assez active. Je lis Twitter plus que je ne tweete.

Je suis un peu inquiète de ce qui va arriver au Twitter académique maintenant qu'Elon Musk a acheté Twitter. Mais je dirai : Vous pouvez publier des offres d'emploi dans n'importe quel magazine et contacter n'importe qui, mais si vous voulez vraiment trouver quelqu'un pour un poste, ce sera sur un site comme celui-ci.

S : Que mangez-vous ou buvez-vous lorsque vous travaillez ?

JS : Je ne déjeune jamais. Je bois des Starbucks Doubleshots dans les petites canettes. Ou Mean Bean. C'est comme une boisson énergisante qui est parfumée au café et à la crème et qui contient beaucoup de sucre. C'est mauvais pour la santé. Je viens juste de découvrir qu'ils agissent tous les deux comme des coupe-faim, et c'est pour ça que je me rends jusqu'à 3 ou 4 heures avant d'avoir faim.

Ce sont des habitudes que je déconseille à tout le monde. Ce n'est pas quelque chose dont je suis fière, mais c'est ainsi que je réussis à passer les jours.

S : Votre laboratoire a-t-il une mascotte ou des traditions ?

JS : Mon laboratoire est très attaché à l'éthique du travail, et ses membres travaillent vraiment bien en équipe. Ils sont durs avec les personnes qui souhaitent rejoindre le laboratoire - vous devez leur prouver que vous allez faire votre part du travail.

Nous n'avons pas de mascotte. Mais tout le monde dans mon laboratoire a plusieurs animaux de compagnie, et nous sommes tous obsédés par les animaux des autres. On garde tous les chiens des autres quand on s'en va. C'est sympa. Les gens pensent que parce que nous travaillons avec des animaux, nous ne sommes pas comme ça. Mais nous le sommes. Les personnes qui travaillent avec des animaux pour la recherche sont probablement les personnes les plus orientées vers les animaux.

S : Combien d'e-mails non lus se trouvent dans votre boîte de réception en ce moment ?

JS : Des milliers. Avant, je faisais partie de ces gens qui ressentaient une joie dopaminergique à ne rien recevoir, mais j'ai abandonné. De temps en temps, je vais juste y aller et marquer que tout est lu. Il faut laisser tomber certaines choses, surtout quand on a des enfants.

S : Quelle est la partie la plus gratifiante de votre travail ?

JS : L'interaction avec les personnes qui sont touchées par les conditions que j'étudie. Je suis passée de l'étude de l'autisme au sens large à l'étude des différentes formes syndromiques, et j'adore participer aux appels Zoom avec les parents, avec les enfants sur leurs genoux. Beaucoup d'enfants atteints du syndrome d'Angelman sont non verbaux, mais ils en savent tellement. Nous avions l'habitude d'avoir ces appels du vendredi avec FAST, et nous avons eu cette conversation sur les bananes un jour. Le vendredi suivant, la fille non verbale avait une banane, et elle m'a montré du doigt. Elle savait tout de la conversation, mais elle n'avait pas le langage.

Citer cet article : https://doi.org/10.53053/MHSI9682

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France

Affaire Pellerin : la fuite judiciaire qui menace l’Élysée et le ministère de la justice

Le député Emmanuel Pellerin, visé en septembre dernier par une enquête en lien avec sa consommation de cocaïne, a été prévenu des investigations en cours, pourtant censées rester secrètes. L’élu des Hauts-de-Seine affirme que l’information lui a été transmise par Thierry Solère qui lui aurait dit la tenir du ministère de la justice. Le conseiller politique du président de la République et Éric Dupond-Moretti démentent.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal — France

Le député Pellerin : la cocaïne en toute impunité

Député des Hauts-de-Seine de la majorité présidentielle, l’avocat Emmanuel Pellerin a consommé de la cocaïne avant et après son élection à l’Assemblée en juin dernier, d’après une enquête de Mediapart. Confronté à nos éléments, il a reconnu cet usage illégal. Saisie en septembre dernier, la justice n’avait pourtant pas souhaité enquêter.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal

TotalEnergies est visée par une enquête préliminaire pour mensonges climatiques

Selon nos informations, la multinationale pétrolière est l’objet d’une enquête ouverte par le parquet de Nanterre à la suite d’une plainte au pénal pour « pratiques commerciales trompeuses ». Ce délit ouvre la voie à des sanctions pour « greenwashing ». Une première en France.

par Mickaël Correia

Journal

TotalEnergies : l’heure des comptes

TotalEnergies sait que ses activités sont nocives pour le climat depuis 1971. Pourtant, le géant pétrolier continue d’émettre autant de gaz à effet de serre que l’ensemble des Français·es. En pleine crise énergétique, TotalEnergies a annoncé début 2022 un bénéfice record de 14 milliards d’euros. Retrouvez ici nos articles et nos enquêtes sur une des multinationales les plus polluantes au monde.

par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog

Appel contre l’immigration jetable et pour une politique migratoire d’accueil

Nous appelons à la mobilisation contre le nouveau projet de loi du gouvernement, qui s’inscrit dans une conception utilitariste et répressive des personnes étrangères en France. S'il était adopté, il accentuerait encore le fait qu'elles sont considérées comme une population privée de droits, précarisée et livrée à l’arbitraire du patronat, de l’administration et du pouvoir.

par association GISTI

Billet de blog

OQTF : la réalité derrière ces quatre lettres

À cause de l'OQTF, j'ai perdu mon travail étudiant. Je me suis retrouvé sans ressources du jour au lendemain, sans rien. C'est très dur, car je cotisais comme tout le monde. Avec ma compagne, on attend une petite fille pour juin prochain. D'ici là, je dois me terrer. J'ai l'impression de vivre comme un rat, j'ai tout le temps peur de tomber sur la police. Je ne suis certes pas Français, mais j'aime la France comme j'aime le Sénégal.

par Couzy

Billet de blog

SOS solidarité pour famille intégrée en péril

Le recours contre l'OQTF du 6-12-22 a été rejeté. Cette famille, avec trois jeunes enfants est menacé de mort dans son pays, risque l'expulsion. Conséquence immédiate : logés au CADA (hébergements demandeurs d'asile) de Cebazat, ils seront à la rue le 31 janvier et si le 115 ne répond pas ce jour-là ou ne propose rien... SOS solidarité rapide et concrète dans ce billet. A vous de jouer.

par Georges-André

Billet de blog

Loi sur l’immigration : la nouveauté sera de rendre la vie impossible aux immigrés

Le ministre de l’intérieur, comme ses prédécesseurs, veut sa loi sur l’immigration destinée notamment à expulser plus efficacement les étrangers faisant l’objet d’une OQTF. Mais pourquoi, une fois de plus, le gouvernement ne s’interroge-t-il jamais sur les causes profondes de cette immigration ?

par paul report