Eric Fombonne : Controverses épidémiologiques sur l'autisme

Le point sur les raisons de l'augmentation des diagnostics d'autisme : facteurs méthodologiques, vaccins, âge paternel et valproate de sodium..

sanp.ch Swiss Arch Neurol Psychiatr Psychother. Traduction de "Epidemiological controversies in autism"- 28 janvier 2020

Eric Fombonne, Professeur, Université des sciences et de la santé de l'Oregon Eric Fombonne, Professeur, Université des sciences et de la santé de l'Oregon
Eric Fombonne - Université de la santé et des sciences de l'Oregon, Portland, Oregon, États-Unis

Résumé

Autrefois considéré comme rare avec une prévalence de 4-5/10 000, l'autisme a aujourd'hui une prévalence comprise entre 0,9 et 1,5 %. L'augmentation de la prévalence reflète principalement un élargissement du diagnostic et une amélioration de la sensibilisation et de l'identification chez les enfants. L'hypothèse selon laquelle l'augmentation de la prévalence de l'autisme était due à une utilisation accrue des vaccins pour enfants a été réfutée dans des études bien contrôlées et reproduites. Peu de causes environnementales sont bien établies (âge paternel avancé, exposition prénatale au valproate) ; la plupart des autres résultats doivent être reproduits.


La première étude sur l'autisme a été publiée en 1966 au Royaume-Uni. Dans cette étude, et celles qui ont suivi, les enquêtes n'étaient que des exercices de comptage de personnes pour savoir combien d'enfants dans une région donnée avaient un syndrome clinique de Kanner diagnostiqué. Le phénotype était sévère, considéré comme rare, avec une prévalence de 4-5/10 000 (soit 0,05 %). Dans les années 1980 et 1990, l'autisme a été progressivement reconnu parmi les sujets sans retard de langage ni déficit intellectuel. Le syndrome d'Asperger et les formes partielles (trouble envahissant du développement non spécifié autrement) ont été ajoutés à la fois à la Classification internationale des maladies, 10e édition (CIM-10) et au Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, quatrième édition (DSM-IV). Le concept d'autisme a pris de l'ampleur grâce à de nouveaux outils de diagnostic tels que l'entretien diagnostique révisé de l'autisme (Autism Diagnostic Interview-Revised) [1] et le programme d'observation diagnostique de l'autisme (Autism Diagnostic Observational Schedule) [2]. En raison de cette définition élargie, d'une sensibilisation accrue et de l'amélioration des techniques de dépistage, la prévalence dans les enquêtes menées autour de l'année 2000 est passée à 0,6-0,7 %.

La recherche épidémiologique s'est ensuite accélérée avec des enquêtes menées dans plusieurs pays, y compris des pays non occidentaux et à faible revenu [3, 4]. Pourtant, il n'y a pas de normalisation de la méthodologie d'enquête. Chaque enquête a des caractéristiques de conception uniques qui reflètent les particularités des services locaux de santé et d'éducation, ainsi que les politiques sociales locales, la sensibilisation et les valeurs à l'égard des handicaps. Des études récentes montrent une grande hétérogénéité entre les enquêtes [5]. La prévalence varie de 0,01% à 2,6%, la fourchette la plus plausible étant de 0,9% à 1,5%. L'autisme touche quatre hommes pour chaque femme, et se manifeste dans toutes les couches sociales. Deux enquêtes menées auprès d'adultes ont donné des chiffres de 1 %. La proportion de personnes autistes présentant une déficience intellectuelle associée se situe entre 30 et 40 % [5].

L'augmentation de la prévalence au fil du temps (fig. 1) a alimenté les craintes d'une épidémie d'autisme provoquée par les changements environnementaux. Cependant, il existe des preuves solides que cette augmentation peut être attribuée en grande partie à l'élargissement du concept d'autisme, aux changements correspondants dans les algorithmes de diagnostic, au changement de diagnostic (par lequel un enfant précédemment diagnostiqué avec un handicap intellectuel ou un trouble du langage est à présent diagnostiqué avec un trouble du spectre autistique [TSA]), et à une meilleure détermination des cas [5, 6]. Par exemple, la diminution de la prévalence de ≈18% dérivée de la même enquête, que le DSM-IV ou le DSM-5 soit utilisé (tout étant égal par ailleurs), illustre comment les résultats de la prévalence sont influencés par des facteurs liés à la méthode (fig. 2 [6, 7]). Cependant, il reste plausible, mais pas encore prouvé, qu'un changement séculaire de l'incidence a également eu lieu, contribuant à une partie de la tendance à la hausse [5].

Figure 1 Évolution de la prévalence des troubles du spectre autistique dans le temps. CDC = Centers for Disease Control and Prevention (centres de contrôle et de prévention des maladies) Figure 1 Évolution de la prévalence des troubles du spectre autistique dans le temps. CDC = Centers for Disease Control and Prevention (centres de contrôle et de prévention des maladies)


Figure 2 L'effet des changements dans la définition du DSM de la prévalence des troubles du spectre autistique. Sources : Kim et al. 2014 [7], Fombonne 2018 [6]. CDC = Centers for Disease Control and Prevention ; DSM = Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders Figure 2 L'effet des changements dans la définition du DSM de la prévalence des troubles du spectre autistique. Sources : Kim et al. 2014 [7], Fombonne 2018 [6]. CDC = Centers for Disease Control and Prevention ; DSM = Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders
Les allégations selon lesquelles les vaccins pour enfants ont alimenté une épidémie d'autisme ont été largement diffusées à la fin des années 1990. Une "théorie" incriminait la composante rougeole du triple vaccin rougeole-oreillons-rubéole (ROR), la seconde impliquait le thimérosal (éthylmercure) reçu par le biais d'autres vaccins pour enfants. Cependant, il a été démontré que les tendances des taux de TSA n'étaient pas corrélées aux tendances de l'utilisation des vaccins ROR ou contenant du thimérosal [8]. Des études d'observation contrôlées (études cas-témoins et de cohorte) n'ont pas non plus montré de risque accru de TSA chez les enfants exposés aux vaccins ROR ou contenant du thimérosal à diverses doses [9]. Le thimérosal a été retiré de la production de vaccins au début des années 2000, sans aucun effet des tendances de l'autisme. Les jeunes frères et sœurs d'enfants autistes ne présentent pas non plus de risque accru de TSA après les vaccinations [10].

Il est remarquable qu'aucune étude n'ait jamais soutenu une association de risque d'autisme avec les vaccins, et comme le montrent les méta-analyses et les revues systématiques [9], la convergence des résultats négatifs entre les chercheurs, les protocoles d'étude, les échantillons et les pays a été impressionnante. Il a également été affirmé que le risque pourrait être limité à un petit sous-groupe vulnérable que les études épidémiologiques ne seraient pas en mesure de détecter. La recherche systématique de ce sous-groupe hypothétique (défini par la régression, l'apparition immédiatement après la piqûre du ROR, la cooccurrence de symptômes gastro-intestinaux et d'inflammation, et la persistance anormale du virus de la rougeole dans la paroi intestinale) n'a pas permis de valider son existence [11-13].

Des recherches plus récentes sur d'autres risques environnementaux mettent en évidence des facteurs qui peuvent agir, seuls ou en conjonction avec des gènes de susceptibilité, pendant la vie prénatale, bien que la plupart d'entre eux restent à confirmer et à reproduire dans des études indépendantes. L'âge paternel avancé [14] et la rare exposition prénatale à l'acide valproïque [15] sont deux exceptions qui sont associées à un risque accru de TSA chez la progéniture. Cependant, prises ensemble, ces deux expositions ne peuvent expliquer plus qu'une petite fraction (<5%) des TSA dans une population donnée. Les facteurs génétiques jouent un rôle important dans les TSA [16], et l'hétérogénéité tant génétique que phénotypique complique la recherche sur les interactions gène-environnement et sur les mécanismes sous-jacents.

Messages clés

  • La prévalence des troubles du spectre autistique (TSA) a augmenté et se situe actuellement entre 0,9 % et 1,5 %.
  • L'augmentation de la prévalence peut être attribuée en grande partie à des facteurs méthodologiques tels que l'élargissement du concept et du diagnostic de l'autisme, ainsi qu'à une meilleure constatation grâce à une sensibilisation accrue et à une amélioration de la détection et du diagnostic précoce.
  • Il est plausible, mais non prouvé, qu'une véritable augmentation de l'incidence se soit également produite, contribuant en partie à l'augmentation des chiffres de prévalence.
  • Les vaccinations des enfants ont été incriminées il y a 20 ans comme cause de l'augmentation des taux d'autisme, mais des recherches systématiques, bien reproduites, ont démontré que l'exposition à des vaccins contenant du mercure ou de la rougeole n'augmente pas le risque d'autisme.
  • À l'exception de l'âge paternel avancé et de l'exposition prénatale à l'acide valproïque [NDT : Depakine], peu de facteurs de risque environnementaux ont jusqu'à présent été confirmés de manière solide.

Déclaration de divulgation : Aucun soutien financier et aucun autre conflit d'intérêt potentiel en rapport avec cet article n'a été signalé.

Correspondance : Prof. Eric Fombonne, MD, professeur de psychiatrie, Oregon Health & Science University, 840 SW Gaines Street, USA-97239 Portland, fombonne[at]ohsu.edu

Références (article original)


Dossier prévalence et autisme

Un ensemble d'articles sur la prévalence de l'autisme.

1 avr. 2020

 Eric Fombonne : La prévalence croissante de l'autisme

Dans cet éditorial du "Journal of Child Psychology ans Psychiatry", publié le 19 juin 2018 Eric Fombonne, spécialiste de l'épidémiologie de l'autisme, analyse les données sur le nombre croissant de personnes autistes.

30 mars 2020

Prévalence de l'autisme : estimations contradictoires et défauts des études

Eric Fombonne, qui a réalisé des études fondamentales sur la prévalence de l'autisme, critique les études sur la prévalence, dont celle qu'il a fait lui-même en Corée du Sud. Futures études aux USA et en France.

1 sept. 2018

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.