Dossier Global Connectome de la Society for Neuroscience 2021

32 articles sur la conférence 2021 Global Connectome de la Society for Neuroscience, qui s'est tenue du 11 au 13 janvier virtuellement. 1001ème billet sur le blog Mediapart.

 © Bansky © Bansky

Classement par l'ordre chronologique inverse de parution sur Spectrum News du 15 au 11 janvier.

Society for Neuroscience 2021 - Temps forts, occasions manquées : SfN par les tweets

Après 3 jours, 12 panels, 67 rencontres et plus de 2 000 sessions de posters, la conférence 2021 Global Connectome de la Society for Neuroscience a pris fin mercredi. La conférence - la première de la société depuis qu'elle a annulé sa réunion annuelle de 2020 en octobre dernier en raison de la pandémie…

 Les enfants autistes peuvent avoir du mal à prédire les mouvements

Les enfants autistes avancent les mains vers une balle qui arrive parce qu'ils ne peuvent pas juger avec précision de sa trajectoire.Les chercheurs visent à savoir si les personnes qui ont des difficultés avec certaines tâches liées aux prédictions ont également des difficultés avec d'autres.

 Une étude révèle des différences de microbiome chez les enfants autistes

Contrôle de l'intestin : L'échantillonnage répété dans les études de microbiome intestinal peut aider à contrôler les variables pouvant prêter à confusion.

 Une protéine liée à l'autisme peut façonner les schémas de tir neuronal

Les neurones ayant un taux élevé de protéine UBE3A présentent des schémas d'activité incontrôlés. Ces découvertes offrent un mécanisme potentiel pour le taux élevé d'épilepsie chez les personnes atteintes du syndrome dup15q,

La perte de sommeil provoque des problèmes sociaux durables chez les souris SHANK3

Les souris auxquelles il manque une seule copie de SHANK3 et qui ont un sommeil perturbé lorsqu'elles sont bébés ont des différences de comportement social à l'âge adulte

 Incapacité à suivre les signaux et troubles sensoriels chez les souris X fragiles

La souris modèle X fragile accomplit mal une tâche sensorielle, en particulier en présence de lumières ou de sons. Cela semble lié à une forte activation permanente des interneurones VIP.

 Neurones défectueux et traitement du son dans un modèle murin du syndrome de Rett

Les souris femelles auxquelles il manque une copie du gène MECP2 lié à l'autisme ont du mal à répondre aux appels des chiots et à s'occuper des portées, peut-être à cause du mauvais fonctionnement de neurones inhibiteurs.

 Les nouvelles méthodes de thérapie génique sont prometteuses

Les cellules souches peuvent être modifiées pour produire une protéine thérapeutique dans le cerveau.Les études cherchent à mettre au point un traitement du syndrome d'Angelman.

 L'ocytocine modifie l'activité cérébrale chez des souris sans un gène de l'autisme

Booster social : dans un modèle de souris ayant un comportement social limité, une injection d'ocytocine active un ensemble spécifique de circuits.

 Les ondes cérébrales signalent des différences de sommeil dans le syndrome dup15q

Les enfants atteints du syndrome dup15q ont des schémas révélateurs de l'activité cérébrale pendant le sommeil et dorment moins que les enfants neurotypiques, selon de nouvelles recherches. Ces caractéristiques pourraient servir de biomarqueurs et de cibles pour les traitements.

 Deux gènes majeurs de l'autisme pourraient avoir un mécanisme en commun

Des mutations de deux gènes (ADNP ou POGZ) liés à l'autisme et à la déficience intellectuelle pourraient stimuler la réponse immunitaire et provoquer un dysfonctionnement des synapses.

Perception sensorielle, perturbation des signaux cellulaires et gène de l'autisme

Les personnes et les souris ne possédant qu'une seule copie du gène de l'autisme SYNGAP1 ont des difficultés à traiter les images et les sons, et les cellules du cerveau des souris présentent un déséquilibre de signalisation.

Un nouvel atlas du cerveau de la souris retrace les détails des connexions

Un nouveau schéma de câblage du cerveau de la souris pourrait aider les chercheurs en autisme à mieux étudier la façon dont les connexions du cerveau varient chez des souris ayant des antécédents génétiques différents.

 La réponse du cerveau aux traits du visage est plus lente chez les personnes autistes

Les réponses du cerveau des personnes autistes aux caractéristiques faciales individuelles sont plus lentes que celles des personnes non autistes.

 Une étude par imagerie met en doute le rôle du cervelet dans l'autisme chez des bébés

Les bébés qui sont diagnostiqués plus tard comme étant autistes peuvent avoir des connexions entre des zones du cerveau qui ne fonctionnent pas souvent ensemble chez les nourrissons typiques.

 Capacités motrices, volume du cerveau affectés dans le modèle murin du syndrome DDX3X

Les souris auxquelles il manque une copie du DDX3X, un gène candidat de l'autisme, ont un cerveau plus petit et des capacités motrices moins bonnes que les souris ayant les deux copies du gène.

 Une étude sur les souris met en garde contre les thérapies du syndrome de Rett

Une copie supplémentaire du gène impliqué dans le syndrome de Rett inverse des traits, tels qu'un mauvais contrôle moteur, chez les souris mâles modélisant la condition.

 Les poissons zèbres dépourvus de récepteurs d'ocytocine quittent le banc de poissons

Les poissons-zèbres présentant une mutation de l'un des deux récepteurs d'ocytocine recherchent plus de temps en solitaire que les poissons témoins.Les chercheurs ont également étudié comment l'interaction sociale affecte la chimie du cerveau chez le poisson-zèbre.

 Des altérations du cervelet apparaissent chez des souris sans gène de l'autisme

La suppression du gène CNTNAP2 lié à l'autisme chez les souris entraîne des modifications cellulaires et électriques distinctes dans le cervelet. Les neurones de la cervelle des souris dépourvues de CNTNAP2 ont moins de branches que ceux des souris de type sauvage.

 Des études soulignent les effets du vieillissement sur les cerveaux autistes

L'imagerie cérébrale permet de repérer une région qui devient moins connectée à son réseau avec le temps chez les personnes âgées autistes. Et dans le phénotype élargi de l'autisme.

Neurones dopaminergiques et comportement social chez une souris autiste

Les souris auxquelles il manque une copie du gène PTEN lié à l'autisme montrent une préférence réduite pour l'interaction sociale, peut-être en raison de neurones dopaminergiques atypiques et surconnectés. Le fait de faciliter la connexion pourrait atténuer ce trait.

Autisme : l'environnement peut avoir un effet disproportionné sur le cerveau

La génétique façonne principalement la structure du cerveau chez les enfants non autistes et autistes, mais des facteurs environnementaux peuvent exercer une plus grande influence chez ces derniers.

Les rats femelles maîtrisent la reconnaissance sociale plus tard que les mâles

Les rats mâles, mais pas les femelles, peuvent distinguer les rats étrangers des rats familiers dès leur plus jeune âge. En leur retirant leurs ovaires, les rats femelles ne développent jamais cette capacité.

 La perte d'un gène majeur de l'autisme peut modifier la structure des neurones

Les mutations du gène ASH1L lié à l'autisme modifient la façon dont les neurones se multiplient et se développent. Ces changements pourraient affecter la capacité des neurones à envoyer des signaux à travers les synapses, les jonctions entre les neurones. Un médicament expérimental rétablit la structure

 L'étiquetage répété permet de révéler les protéines synaptiques

Une nouvelle technique de microscopie permet d'obtenir l'image la plus détaillée à ce jour des protéines individuelles présentes dans de petits morceaux de tissu cérébral.

 Les "effets de litière" pourraient fausser les résultats des études sur les souris

Les compagnons de litière ont une anatomie et un comportement particulièrement similaires, surtout à l'adolescence. Cette recherche s'ajoute à un nombre croissant d'études qui suggèrent que des facteurs épigénétiques - dans l'utérus ou au début de la vie - peuvent affecter les résultats du développement…

 Cortex préfrontal, station de relais du cerveau et comportement social chez la souris

Un ensemble de neurones reliant le cortex préfrontal et le thalamus aide à réguler les interactions sociales chez la souris. Les chercheurs essaient de comprendre les facteurs biologiques qui sous-tendent les difficultés que rencontrent de nombreuses personnes autistes dans leurs interactions sociales.

  Une technique de calcul permet de reproduire la forme des neurones

Une nouvelle méthode de calcul reconstruit automatiquement les formes de ramification des neurones en 3D à partir d'images, ce qui multiplie par 100 ou 200 les capacités de traçage par rapport à un traçage manuel.

 Souris et changements cerveau et comportement des semaines après de l'ocytocine

Les souris qui reçoivent de l'ocytocine sont attirées par les sons des autres souris et montrent des signes de croissance de nouveaux neurones dans l'hippocampe. Cela peut arriver tardivement.

 L'absence d'un gène de l'autisme peut affecter la perception du temps chez la souris

Le temps passe vite : Les intervalles de temps peuvent passer plus rapidement pour les souris dépourvues du gène NRXN1 lié à l'autisme.

 Organoïdes, mutations d'un gène majeur de l'autisme, surcroissance cérébrale

La perte de CHD8, un gène majeur lié à l'autisme, accélère la production de certains neurones et entraîne une surcroissance des organoïdes du cerveau - des sphères de cellules cérébrales cultivées.

 Les souches de poisson-zèbre révèlent les effets des gènes liés à l'autisme

Les poissons-zèbres présentant des mutations dans un gène lié à l'autisme dorment moins longtemps pendant la journée que leurs cousins sauvages. Certains ont des cerveaux plus petits, réagissent différemment aux brusques variations de lumière. L'identification de médicaments adaptés est en cours.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.