Neurones défectueux et traitement du son dans un modèle murin du syndrome de Rett

Les souris femelles auxquelles il manque une copie du gène MECP2 lié à l'autisme ont du mal à répondre aux appels des chiots et à s'occuper des portées, peut-être à cause du mauvais fonctionnement de neurones inhibiteurs.

 spectrumnews.org Traduction de "Malfunctioning neurons mute sound processing in mouse model of Rett syndrome"

Des neurones défectueux coupent le traitement du son dans un modèle murin du syndrome de Rett
par Peter Hess / 14 janvier 2021

Les souris mères de substitution auxquelles il manque une copie de MECP2 dans les interneurones inhibiteurs ont du mal à rassembler leurs petits. © Roman Dvorkin / Shea Lab Les souris mères de substitution auxquelles il manque une copie de MECP2 dans les interneurones inhibiteurs ont du mal à rassembler leurs petits. © Roman Dvorkin / Shea Lab
Les souris femelles auxquelles il manque une copie du gène MECP2 lié à l'autisme ont du mal à répondre aux appels des chiots et à s'occuper des portées, peut-être à cause du mauvais fonctionnement de neurones inhibiteurs, selon une étude non publiée présentée virtuellement hier au 2021 Society for Neuroscience Global Connectome. (Les liens vers les résumés ne peuvent fonctionner que pour les participants inscrits à la conférence).

Les mutations du MECP2 chez l'homme provoquent le syndrome de Rett, qui se caractérise par de graves problèmes moteurs et, souvent, des traits d'autisme. Comme le gène se trouve sur le chromosome X, les filles atteintes du syndrome de Rett, qui ont deux X, ont une copie fonctionnelle dans environ la moitié de leurs cellules. Mais les garçons atteints du syndrome, qui n'ont qu'un seul X, ne survivent généralement pas à la petite enfance.

Dans ce nouveau travail, les chercheurs ont fait muter MECP2 chez des souris femelles dans des cellules cérébrales spécifiques : les cellules interneurones parvalbumine positive (PV+). Ces cellules inhibitrices sont responsables de la régulation des cellules pyramidales, un type de neurone excitateur.

Les cellules PV+, qui aident à maintenir un équilibre de signalisation dans le cerveau, pourraient être particulièrement vulnérables aux mutations MECP2, selon les chercheurs.

Problèmes parentaux

L'équipe a placé les souris modèles MECP2 dans des cages avec des souris sauvages enceintes. Lorsque les souris sauvages ont mis bas, les souris modèles ont pris le relais pour s'occuper de certaines des portées. Les souris utilisent des vocalisations ultrasoniques - des grincements aigus - pour communiquer entre elles. Les chercheurs ont donc surveillé la façon dont les mères de substitution rassemblaient leurs portées au nid, afin de mesurer leurs capacités de traitement auditif.

"C'est très important, écologiquement, pour la survie", a déclaré la présentatrice Deborah Rupert, étudiante diplômée dans le laboratoire de Steve Shea au Cold Spring Harbor Laboratory de New York.

Les mères de substitution MECP2 ont été significativement plus lentes à rassembler leurs portées que les mères sauvages ou les mères de substitution, a constaté le groupe. Des travaux antérieurs du laboratoire de Steve Shea avaient attribué cette difficulté à un circuit cérébral au fonctionnement atypique. Les nouveaux travaux se sont concentrés sur les cellules PV+ de ce circuit.

Inhibitions diminuées

Rupert et ses collègues ont enregistré l'activité de neurones pyramidaux individuels dans le cortex auditif des souris. Ces neurones s'activent lorsque des souris de substitution de type sauvage entendent les appels des petits. Ce pic est suivi d'un signal inhibiteur correspondant qui diminue à mesure que les mères de substitution s'habituent aux appels, laissant les cellules pyramidales désinhibées.

Cependant, lorsque les souris MECP2 ont entendu les petits, leurs cellules PV+ ont continué à monter en flèche même après que les souris aient dû s'habituer aux appels. Par conséquent, leurs cellules pyramidales n'ont pas été désinhibées.

Ces différences cellulaires semblent expliquer la difficulté qu'ont les souris MECP2 à rassembler leurs portées, selon les chercheurs.

Rupert et ses collègues ont commencé à enregistrer des populations entières de cellules dans le cortex auditif de ces souris, et non pas une seule cellule à la fois, afin de déterminer si des groupes de cellules présentent le même effet.

Pour en savoir plus, consultez les rapports du Society for Neuroscience Global Connectome 2021.


Traduction d'articles sur le Global Connectome de la Society for Neuroscience 2021

Explications : le lien entre le syndrome de Rett et l'autisme

Le syndrome de Re tt ne fait plus partie des troubles du spectre de l'autisme dans les classifications internationales. Points communs et différences. 24 oct. 2019

Une étude sur les souris met en garde contre les thérapies du syndrome de Rett

Une copie supplémentaire du gène impliqué dans le syndrome de Rett inverse des traits, tels qu'un mauvais contrôle moteur, chez les souris mâles modélisant la condition. 13 janv. 2021

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.