Autistes mal diagnostiqués comme ayant un trouble de la personnalité limite ?

Une étude de 2017 a montré qu'il y a un chevauchement entre les traits de comportement des personnes diagnostiquées comme ayant un trouble de la personnalité limite et les troubles du spectre autistique. Cela pourrait signifier que de nombreuses personnes reçoivent le mauvais diagnostic et ne reçoivent pas le bon soutien.

autismresearchtrust.org  Traduction de "Are autistic people being misdiagnosed with Borderline Personality Disorder?"
Les personnes autistes sont-elles mal diagnostiquées comme ayant un trouble de la personnalité limite ?

Halloween Time X © Luna TMG Halloween Time X © Luna TMG

Une nouvelle étude a montré qu'il y a un chevauchement entre les traits de comportement des personnes diagnostiquées comme ayant un trouble de la personnalité limite (TPL) et les troubles du spectre autistique (ou l'autisme en abrégé). Cela pourrait signifier que de nombreuses personnes reçoivent le mauvais diagnostic et ne reçoivent pas le bon soutien.

L'étude a été financée par l'Autism Research Trust et a été réalisée par une équipe du Centre de recherche sur l'autisme de l'Université de Cambridge. Elle a été dirigée par le Dr Robert Dudas, chercheur invité au département de psychiatrie. Vous pouvez télécharger le document ici.

L'équipe a comparé les données recueillies auprès de différents groupes de personnes. Un groupe avait reçu un diagnostic d'autisme, un deuxième groupe avait un trouble de la personnalité limite, et un troisième groupe avait reçu un diagnostic des deux troubles. Un dernier groupe a servi de groupe témoin de personnes neurotypiques.

Les participants ont rempli un sondage en ligne et trois types de traits ont été comparés entre les groupes : les " traits autistiques ", la capacité d'empathie et la capacité de systématisation.

Apprendre à connaître les deux conditions

Dudas et son équipe s'attendaient à trouver des similitudes entre les deux conditions, car les personnes autistes et les personnes ayant un TPL peuvent trouver les interactions sociales difficiles.

Cependant, en plus des similitudes dans le comportement social, l'équipe a trouvé un chevauchement intéressant dans la systématisation, qui est la volonté d'une personne de trouver des modèles et des règles logiques dans le monde. Cette découverte est intéressante, car elle signifie que les personnes ayant ces conditions n'ont pas seulement des difficultés (à traiter avec le monde social), mais ont aussi des forces : les deux groupes ont des capacités de systématisation supérieures à la moyenne.

C'est la première fois que la systématisation a été testée chez des personnes ayant un TPL et l'équipe a été surprise de ce qu'elle a trouvé,

"Nous ne nous attendions pas à ce que le groupe Borderline obtienne un score aussi élevé que le groupe des autistes ", explique M. Dudas, qui espère que la découverte de nouveaux domaines de chevauchement dans ces affections pourrait mener à de nouvelles façons d'aborder le diagnostic et le traitement de ces troubles.

L'importance du diagnostic

Le Dr Dudas avait rencontré des patients atteints de TPL qui croyaient avoir été mal diagnostiqués, prétendant souvent qu'ils étaient, en fait, bipolaires. Mais ces derniers temps, il a rencontré de plus en plus de patients qui se croient autistes.

"Je pense que dans un certain nombre de cas, c'est vrai. Il se peut qu'ils aient été mal diagnostiqués ", a-t-il dit.

Une conclusion importante de ces travaux, selon M. Dudas, est que les cliniciens doivent être conscients de ce chevauchement pour éviter d'autres erreurs de diagnostic. Le chevauchement entre l'autisme et le TPL est non seulement possible, mais il est plus fréquent qu'on ne le pensait auparavant. Certaines personnes ont les deux troubles.

"Les patients le disent depuis longtemps et il est vraiment important de faire des études plus détaillées pour examiner cela."

"Personne ne répond à la définition d'une condition dans les manuels", explique Dudas, qui décrit l'importance que les cliniciens accordent maintenant au réexamen de la façon dont ils établissent un diagnostic.

La prochaine étape de cette recherche consiste à reproduire les résultats à l'aide d'un ensemble plus vaste de données. " La systématisation et l'empathie sont peut-être des domaines que nous pouvons mesurer de façon fiable, et nous pourrions être en mesure de réduire le taux de mauvais diagnostics. Et ces nouvelles méthodes pourraient conduire à un changement des concepts de troubles."

The overlap between autistic spectrum conditions and borderline personality disorder

  • Robert B. Dudas , Chris Lovejoy, Sarah Cassidy, Carrie Allison, Paula Smith, Simon Baron-Cohen

PLOS

  • Publié le 8 septembre 2017

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.