jean63
Retraité / investigations et recherche de la vérité partout où elle se cache (où on nous la cache)
Abonné·e de Mediapart

519 Billets

1 Éditions

Billet de blog 23 mai 2014

jean63
Retraité / investigations et recherche de la vérité partout où elle se cache (où on nous la cache)
Abonné·e de Mediapart

JEAN-EUDES : texte pour un article de média à grande audience

jean63
Retraité / investigations et recherche de la vérité partout où elle se cache (où on nous la cache)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Justice défaillante : Depuis 6 ans Jean LOMBARD réclame Justice pour son fils assassiné, une omerta scandaleuse.

 ________________________________

Jean LOMBARD a appris la mort de son fils Jean-Eudes, âgé de 24 ans, ce vendredi 26 septembre 2008, par les gendarmes venus à son domicile. Son corps avait été découvert sur une voie ferrée à fort trafic, à midi, au nord de Toulouse. Le cadavre était froid, sans aucune trace de sang, ni sur le corps, ni sur le ballast, ni sur les vêtements. Il manquait la tête, le slip, le pantalon et une chaussure. Malgré cela, et bien qu'aucun conducteur de train n'ait vu ou heurté un piéton, les gendarmes de la BR de Toulouse déclaraient au journal La Dépêche du Midi qu'il s'agissait d'un suicide. La famille, les collègues de travail et les amis de Jean-Eudes furent très surpris de cette annonce étant donné que Jean-Eudes allait très bien et personne n'avait remarqué une attitude suicidaire chez ce jeune sportif, bien au contraire.

Aussi Jean LOMBARD voulut en savoir plus et se rendit sur les lieux pour sonder le voisinage de la voie ferrée et de l'écluse où la voiture avait été trouvée garée depuis la veille au soir ers 19h. Ses découvertes allaient conduire à une lutte acharnée pour avoir la vérité sur cette mort étrange.

Après avoir franchi toutes les étapes des procédures judiciaires jusqu'en Cassation, il est convaincu que c'est un assassinat crapuleux et que le mobile pourrait être le trafic d'organes.

Comment expliquer que le torse était entouré d'un linge ensanglanté noué et que le polo se trouvait à quelques mètres du corps parfaitement propre et sans traces de sang.

Comment expliquer que malgré l'état de ce corps aucun médecin légiste ne s'est déplacé pour constater cet état sur la voie ferrée et déterminer une heure de la mort ?

Comment expliquer que malgré les conditions de découverte du corps, aucune autopsie n'a été réalisée et ce malgré une demande au procureur, alors que le corps était disponible à l'IML du CHU de Toulouse-Rangueil durant 2 mois en attente de tests ADN d'identification ?

Comment expliquer que des recherches sur la téléphonie, les mails et les connexions internet n'ont pas été diligentées ou très tardivement sans que les réponses soient apportées au dossier ?

Comment expliquer que la voiture n'ait pas été mise sous scellé ?

Comment expliquer que son téléphone portable ait été "égaré" entre l'enquête préliminaire et l'instruction pour homicide ?

Comment expliquer que le chef de district SNCF présent sur le lieux dés la 1ère minute, qui a demandé à être entendu, ne l'a jamais été alors qu'il affirmait avec l'appui de collègues conducteurs de trains que ce cadavre n'avait pu rester sur les voies sans être vu étant donné l'excellente visibilité à cet endroit et l'obligation faite aux conducteurs de signaler tout objet, animal ou corps humain au milieu des voies ? 

Beaucoup d'autres anomalies rejetées par la Justice prouvent que c'est un crime (et même prémédité) car la dame témoin de l'arrivée de la voiture décrit un homme qui n'est pas Jean-Eudes.

 Jean LOMBARD a pris un avocat pour demander la réouverture du dossier, afin de lever les nombreuses zones d'ombre qui entourent cette mort très étrange et demander la vérité à la Justice qui n'a pas fait son travail d'investigations au cours des 5 ans de procédure.

____________________

Soyons synthétique,

C'est un train qui :

- aurait fait disparaitre slip et pantalon,

- aurait découpé une carte vitale au cutter (rectangle de 1cm x 4cm) en faisant disparaitre toute trace d'identification de son propriétaire,

- aurait trainé un polo sur 80 mètres sans que celui-ci ne soit déchiré,

- aurait dissocié ce polo du corps (lui-même très détruit) sans qu'un seule goutte de sang ne souille ce polo,

- aurait pelé le masque facial et le scalp si proprement qu'il n'y aurait aucune trace de blessure sur la partie droite du visage reconstituée à l'IML par le médecin légiste,

- aurait fait disparaitre une chaussure en laissant l'autre parfaitement plantée et perpendiculaire au rail (côté intèrieur.....là ou s'appuie la roue qui écrase tout   !!!!),

- aurait fait s'envoler les 6 à 7 litres de sang de ce corps ....etc

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Un hommage à la société civile de Russie, Bélarus et Ukraine
En pleine guerre en Europe, le prix Nobel de la paix a été décerné vendredi au défenseur des droits humains Ales Bialiatski, du Belarus, à l’organisation russe Memorial et à l’organisme ukrainien Center for Civil Liberties. Une façon de dénoncer les politiques dictatoriales de Vladimir Poutine et de son allié bélarusse Alexandre Loukachenko.
par La rédaction de Mediapart
Journal
Annie Ernaux, Nobel de littérature, une œuvre intime et percutante
Annie Ernaux vient de se voir décerner le prix Nobel de littérature, et il y a de quoi se réjouir. Mais que vient dire cette récompense d’une écrivaine qui déclare : « Ce que je veux détruire, c’est aussi la littérature » ?
par Lise Wajeman
Journal
Des tâches en plus pour gagner plus, piège antiféministe tendu aux enseignants
Le ministre Pap Ndiaye est chargé de la mise en musique du nouveau « pacte » que souhaite signer Emmanuel Macron avec les enseignants, qui consiste à mieux les rémunérer en échange de nouvelles missions. Mais ces « extras » aggravent déjà les inégalités salariales entre les femmes et les hommes dans l’Éducation nationale.
par Mathilde Goanec
Journal — Migrations
En France, « rien n’a été prévu » pour accueillir les exilés russes
Depuis le début de la guerre d’invasion russe en Ukraine, des centaines de Russes sont venus chercher refuge en France. Confrontés à un manque criant de politique d’accueil et à des obstacles en tout genre, ils ont surtout trouvé de l’aide auprès de réseaux d’entraide.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt
Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon
Billet de blog
Quand les riches se mettent à partager
Quand Christophe Galtier et Kylian Mbappé ont osé faire leur sortie médiatique sur les jets privés et les chars à voile, un torrent de réactions outragées s'est abattu sur eux. Si les deux sportifs clament l'erreur communicationnelle, il se pourrait en fait que cette polémique cache en elle la volonté des dominants de partager des dettes qu'ils ont eux-mêmes contractées.
par massimo del potro