Je fiche mon billet de ma mauvaise humeur !Le Franc CFA, monnaie coloniale!

Offensive anti-Françafrique, en Italie, un député du Mouvement 5 étoiles dont il est un des dirigeants italiens, Alessandro Di Battista, Pour ce politicien, le Franc CFA monnaie coloniale provoque les migrations africaines. Ces pays « sont obligés de payer environ 50 % de leur argent..

Il ne faut pas croire tout ce qu'on nous raconte, cette foi il paraîtrait que oui ! !

Offensive anti-Françafrique, en Italie, un député du Mouvement 5 étoiles dont il est un des dirigeants italiens, Alessandro Di Battista, incrimine la France, et il déchire un billet de 10 000 francs CFA dans un programme d'une grande émission de la Rai. (Il fut le vice-président de la commission des affaires étrangères et communautaires.)

La scène est parfaitement calculée pour dévoiler cette monnaie qui paie en partie la dette française.

Pour ce politicien, le Franc CFA monnaie coloniale provoque les migrations africaines.

« Disons franchement des colonies françaises, CFA… Si nous n’abordons pas la question de la souveraineté monétaire en Afrique, tout ceci ne sert à rien. Actuellement la France près de Lyon, imprime la devise utilisée dans 14 pays Africains. Tous ces pays africains, précisément de la région subsaharienne qui, non seulement ont une monnaie imprimée par la France mais pour maintenir un taux fixe d’abord avec le franc français et aujourd’hui avec l'euro » a laissé entendre le député. (Iafig)

« Ces pays « sont obligés de payer environ 50 % de leur argent sur un compte courant géré par le trésor français, avec lequel vous payez un montant négligeable de dette publique française à environ 0,5 %. » (Di Battista).

Mais la France à défaut de cela, contrôle la géopolitique de cette région où vivent 200 millions de personnes qui utilisent un billet de banque et pièce imprimée en France. Elle gère également la souveraineté de ces pays, empêchant ainsi leur indépendance légitime, souveraineté monétaire et valeur fiscale.

Ce qui n’est qu’une malhonnêteté, une arnaque un joug pour 14 pays Africains.

Je me demande et me pose la question sur les intentions de cet homme politique Italien Alessandro Di Battista, quel est son but ? Son message serait-il est entièrement honnête ? Sur le fond il n’a pas tort.

 Disons le assurément, peu de monde connaît le fonctionnement et le manque de connaissances du « citoyen français de base » dont je suis le plus néophyte des hommes. J’en ai appris plus aujourd’hui qu’hier !

De ce Franc CFA, je vais essayer de décortiquer son fonctionnement. D’abord répartis 14 pays entre Afrique de l'Ouest et Afrique centrale : le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal, le Togo, le Cameroun, la République Centrafricaine, la République du Congo, le Gabon, la Guinée équatoriale et le Tchad.

Le Franc CFA, créé par la France pour ses colonies en 1945. Mais sa création remonte à la fin des années trente, à la veille de la Seconde Guerre mondiale pour se constituer un trésor de guerre et d’anticiper à la déstabilisation constante et à toute situation conflictuelle mondiale.

La monnaie est fabriquée en France : à Chamalières, près de Clermont-Ferrand, pour les billets, à Pessac, près de Bordeaux, pour les pièces. "Cette monnaie fonctionne comme l'euro, à laquelle elle est rattachée de manière fixe.

Cette monnaie est une aberration, car c’est la France qui en reste le maître. « Paris ne prélève aucune taxe pour l'utilisation du franc CFA. En revanche, la France impose aux pays membres de stocker au moins 50 % de leurs réserves de change dans les coffres de la Banque de France.

La zone franc CFA subit une salve de critique. Il est donc nécessaire de définir la notion de convertibilité afin de comprendre cette coopération monétaire aux contours ambigus.

La libre convertibilité de la monnaie de chaque sous-zone est garantie par le compte d'opération ouvert auprès du Trésor et sur lequel les banques centrales ont un droit de tirage illimité en cas d'épuisement de leurs réserves en devises.

La France dans les faits peut, utiliser ce fond comme elle l'entend. Je ne sais pas si le président Macron ferait comme le général De Gaulle, punir un pays membre s’il sort de la zone Franc, pour créer sa propre monnaie. Par des rétorsions, fabriquer des faux billets, utiliser des barbouzes, fomenter de rébellions pour mettre l’économie du pays au plus bas, afin de le faire revenir dans la zone Franc.

En 1962 le Mali et le président Moussa Traoré en subirent les conséquences. Il avait créé sa propre monnaie, malheureusement, sans parité exacte, qui allait causer l’effondrement de l’économie malienne. Les paysans, les commerçants, les hommes d’affaires maliens supportaient très mal, le mécanisme d’échange du Franc malien qui allait connaître l’effritement face au circuit traditionnel de la contrebande avec la fuite des capitaux vers la Côte d’Ivoire ou le Sénégal. (news.abidjan)

Longtemps la France fit taire les tentatives de rébellion des quelques fortes têtes qui souhaitaient s'évader de cette zone Franc. Mais elles prennent aujourd'hui une vigueur nouvelle, en passant par… l'Italie, et son nouveau gouvernement populiste.

Les années soixante, le général De Gaulle a enclenché une décolonisation ne conduisant pas à de réelles indépendances.

Pour se faire, il fallait consolider les nouveaux États dans des rapports de coopération construisant systématiquement la dépendance économique vis-à-vis de Paris. Le lien colonial devenait un lien néocolonial.

Dans ce cadre la zone Franc et le Franc CFA sont maintenus avec juste un ravalement de façade pour tenir compte des indépendances : Le Franc des Colonies Française d’Afrique devient le Franc de la Communauté Financière Africaine pour l’Afrique de l’Ouest et Franc de Coopération Financière en Afrique Centrale.

La zone Franc d’avant comme d’après les indépendances est régie par les mêmes cinq règles impératives donnant le contrôle des politiques économiques des pays de la zone franc à Paris.

Le Franc CFA crée-t-il des candidats à l'émigration ?

D’après la théorie du vice-président, Alessandro Di Battista, du conseil italien et d'autres membres de son parti cinq étoiles : « les pays de la zone CFA sont plus pauvres que les autres. Leurs habitants fuient vers l'Europe. Ce sont eux qui constitueraient la masse de migrants qui risquent chaque jour leur vie en traversant la Méditerranée. »

Peut-être un peu facile, mais sait-on jamais…..

https://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/le-franc-cfa-personne-n-oblige-un-etat-a-en-etre-membre-assure-macron-1007749.html

 

Bon dimanche à vous tous

Jean Olmini

Le 3 Février 2019

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.