jean@olmini.fr
Retraité de la presse écrite PQR
Abonné·e de Mediapart

140 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 mars 2019

Je te fiche mon billet de ma mauvaise humeur ! Mister Bouteflika, la rue vous cause !

La jeunesse Algérienne est en première ligne de cette contestation. Les opposants à Abdelaziz Bouteflika appellent à de nouvelles manifestations en Algérie Le peuple Algérien considère le dépôt de la candidature Bouteflika « Comme une insulte vers le peuple algérien et une haute trahison de la nation » (France 24).

jean@olmini.fr
Retraité de la presse écrite PQR
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je te fiche mon billet de ma mauvaise humeur !Mister Abdelaziz Bouteflika, la rue vous cause ! 

Je ne vais pas créer une ingérence politique à l’Algérie, mais il y a quand même le feu !

C’est La candidature d’Abdelaziz Bouteflika à un cinquième mandat présidentiel qui a fait descendre des dizaines de milliers d’Algériens dans la rue. 

Il est quand même gonflé le président Bouteflika, il a mis en garde la population qui manifeste, dans un message contre le risque de "chaos" tandis qu'une nouvelle manifestation d'ampleur s'est tenue ce vendredi. 

Il y a une chose importante qu’il faut interpréter et ne pas négliger ; depuis sa maladie, c’est la famille Bouteflika et notamment son frère qui gère le pays. 

S’il y a des comparaisons à faire (ou à ne pas faire) avec les Printemps arabes ou le mouvement des Gilets jaunes en France ; ce sont les réseaux sociaux qui y contribuent avec une ampleur magistrale. Une implication fondamentale dans les manifestations qui se succèdent depuis le 22 février.« Nous rejetions chacun dans notre coin la présidence de Bouteflika", confie Yacin, un cadre commercial de 30 ans dans une société hydraulique. Mais avec les réseaux sociaux, la contestation s’est généralisée et nous n’avons plus peur", ajoute l’Algérois.

Les trentenaires, qui composent plus de la moitié des 42 millions d'Algériens, ont connu la fin des années noires, marquées par le terrorisme, suivies par vingt ans de pouvoir d’Abdelaziz Bouteflika ». La population des moins de 30 ans est de 22,48 millions, soit 54 % de la population globale. (France 24) 

Le peuple Algérien considère le dépôt de la candidature Bouteflika « Comme une insulte vers le peuple algérien et une haute trahison de la nation » (France 24). 

Nonobstant les appréhensions de représailles, largement d’Algériens, veulent croire à la mutation profonde et aller jusqu’au bout."Désobéissance civile"

La jeunesse Algérienne est en première ligne de cette contestation. Les opposants à Abdelaziz Bouteflika appellent à de nouvelles manifestations en Algérie. « C’est parce que nous aimons notre pays qu’il faut un changement profond, » ! En France et en Europe des témoignages en faveur du rejet de Bouteflika à se représenter. 

Saïd Bouteflika est à Genève pour accompagner son frère président, un journaliste le repère dans les couloirs de l’hôpital, n’a voulu rien dire. Si j’en crois certains amis Algérois, la raison de son départ à l’hôpital de Genève est simple, les médecins Algérien n’auraient pas signé le certificat médical présumant d’un bon état de santé. Oui ! Mais depuis son accident vasculaire il a déjà été admis à l’hôpital de Genève. Tout le monde avance et parle à tout vent ! 

La famille Abdelaziz a-elle lâché le pouvoir ? Beaucoup d'intellectuels Algérois se posent la question ! 

L'opposant algérien Rachid Nekkaz, qui a tenté d'être candidat à l'élection présidentielle en Algérie, a été interpellé vendredi par la police à l'intérieur de l'hôpital de Genève où est soigné le président Abdelaziz Bouteflika. Il a pénétré dans l'hôpital malgré plusieurs mises en garde. (LCI)

Il faut bien que l’Algérie sorte de cet engourdissement depuis 1961. Le FLN n’a jamais rien fait pour le peuple Algérien. Bien au contraire pendant des années ça a été un acharnement sur la population, avec de la corruption, vol, intimidation, prison et cetera.

« Un pouvoir politique qui s’est approprié l’oligarchie et la richesse de la nation depuis des décennies » (Médiapart Abdelhamid Hamza). 

J’ai un espoir démocratique pour le peuple Algérien, qui n’en déplaise à certains !

https://www.lepoint.fr/monde/l-opposant-algerien-rachid-nekkaz-arrete-apres-avoir-fait-irruption-dans-l-hopital-de-bouteflika-a-geneve-08-03-2019-2299368_24.php

Bon dimanche à vous tous

Jean Olmini

Le 10 mars 2019

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À l’Assemblée, le RN s’installe et LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Les contradictions de la défense de Damien Abad
Damien Abad est visé par une enquête pour « tentative de viol », ouverte ce mercredi par le parquet de Paris. Questionné par BFMTV sur le témoignage de la plaignante, l’avocat du ministre a affirmé que son client ne la connaissait « absolument pas », ne sachant pas de « qui il s’agit ». Ce que contredisent plusieurs éléments obtenus par Mediapart. Contacté, Me Benoît Chabert revient sur ses propos.
par Marine Turchi
Journal — Santé
Gynécologues accusés de viols : le dialogue est rompu entre médecins et patientes
La secrétaire d’État et gynécologue Chrysoula Zacharopoulou est accusée de « viol » et de « violences » par des patientes, à la suite du professeur Daraï, qui fut son chef de service. Les gynécologues rejettent le terme de viol en cas d’examen gynécologique. Les militantes fustigent un déni des violences.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet d’édition
Covid-19, 7ème vague : l'État se rend encore « fautif »
Une septième vague de contaminations au COVID-19 frappe la France. Alors que le tribunal administratif de Paris a reconnu l'État « fautif » pour son impréparation lors de la première vague, le gouvernement ne semble pas tenir compte des remarques passées ni des alertes de la société civile.
par Mérôme Jardin
Billet de blog
Innovation et Covid : demain, rebelote ?
La quiétude retrouvée dans nos pays n’est pas de bon augure. S’il y a résurgence du Covid, tout est en place pour revivre ce qui a été si cruellement vécu: l’injustice dans l’accès aux vaccins à l’échelon mondial et le formatage de la gestion de la pandémie au gré des priorités économiques des pays riches et intérêts financiers des firmes pharmaceutiques ... Par Els Torreele et Daniel de Beer
par Carta Academica
Billet de blog
Pour un service public de santé territorial 3/3
Publié sur le site ReSPUBLICA et écrit avec Julien Vernaudon, le premier volet de cet article donnait le contexte historique, le second une analyse de la situation actuelle des professionnels de santé de premier recours et de leur évolution. Ce troisième et dernier volet propose la création d'un vaste et nouveau service public se santé territorial.
par Frédérick Stambach
Billet de blog
« Very bad trips » à l’Organisation mondiale du commerce
20 mois et 6 jours de négociations à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour finalement acter, une nouvelle fois, que le commerce prime sur la santé. L’OMC et l’Union européenne (UE) se gargarisent aujourd’hui d’un accord sur la levée temporaire des brevets (TRIPS) sur les vaccins anti-COVID.
par Action Santé Mondiale