jean@olmini.fr
Retraité de la presse écrite PQR
Abonné·e de Mediapart

140 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 août 2018

Je te fiche mon billet de ma mauvaise humeur !Les Iraniennes se dévoilent….

Les Iraniennes sont de plus en plus nombreuses à manifester courageusement leur émancipation contre le voile obligatoire. Des femmes iraniennes l’enlèvent en public pour protester contre son port obligatoire.

jean@olmini.fr
Retraité de la presse écrite PQR
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je te fiche mon billet de ma mauvaise humeur !

Les Iraniennes se dévoilent….

 La société iranienne est en train de changer, où peut être une société en pleine mutation ; malheureusement nous ne voyons pas trop de changement. Il ne faut pas se leurrer, l’Iran étant une république islamique.

 Mais la jeunesse exhorte le président Hassan Rohani de laisser quelques libertés à la population et notamment aux femmes.

 Les Iraniennes sont de plus en plus nombreuses à manifester courageusement leur émancipation contre le voile obligatoire. Des femmes iraniennes l’enlèvent en public pour protester contre son port obligatoire.

Un mouvement distinct des manifestations qui ont lieu en Iran depuis fin décembre, mais un mouvement concomitant et qui prend de l’ampleur.

« Ce mouvement a été lancé, alors qu’au même moment des manifestations contre la vie chère agitent le pays. Les deux mouvements sont distincts, sensiblement différents, mais concomitants »

 Malgré l’arrestation de l’avocate Nasrin Sotoudeh. Malgré les peines de prison infligées à Shaparak, Maryam, Norges. Des jeunes iraniennes se prennent en photo, tête nue, leur voile au bout d’un bâton brandit en l’air, en plein espace public, et postent la photo sur les réseaux sociaux. Elles entendent ainsi protester contre l’obligation de se couvrir dans l’espace public. 29 femmes ont été arrêtées par la police iranienne, à Téhéran.

 Une jeune femme, Vida Movahed, est photographiée, juchée sur une armoire électrique, son foulard blanc accroché au bout d’un bâton. La tête nue, visible de tous, sur une grande avenue de la capitale, elle est aussitôt arrêtée. Un hashtag apparaît alors sur les réseaux sociaux, lancé par des Iraniennes : #WhereIsShe, où est-elle ? Elle a été libérée un mois plus tard. La contestation inédite est lancée, et depuis les photos se multiplient sur les réseaux sociaux.

 « Ôter le voile, ce n'est pas s'extraire de la religion, mais c'est s'extraire des normes restrictives, s'affranchir de l'étouffement de la société. C'est donc un acte courageux, mais aussi rempli de symbole pour la société iranienne d'aujourd'hui." » (France Culture).

 Chez nous, c’est le contraire, certaines musulmanes préfèrent porter le voile, c’est encore une fois kafkaïen. C‘est invraisemblable dans la mesure où des pays musulmans n'obligent pas les femmes à mettre un voile ou autre vêtement ostentatoire.

 La religion, la foi, la croyance quelle qu’elle soit, c’est un choix personnel au plus profond de nos entrailles, croire ou ne pas croire. Elle ne peut être imposée, faire du prosélytisme, ou endoctriner des enfants.

En France le voile n’est pas un épiphénomène, il est surtout politique. Les fondamentalistes essaient de pénétrer dans tous les systèmes administratifs, réseaux sociaux, associations, facultés, se présenter aux élections. Afin de mobiliser en masse, ils forcent certaines femmes ou jeunes filles à se voiler, à porter de façon à souligner que l’Islam est omniprésent de façon à gravir les échelons du pouvoir. C’est prendre le pouvoir qui intéresse, les salafistes, les frères musulmans et autres fondamentalistes souhaitant créer un état islamique en France.

 Néophyte, j’ai trouvé un référant en la matière, Moncef ZENATI Originaire de la ville du Havre. Après un cursus de mathématiques, il obtient une maîtrise en sciences islamiques à l'IESH de Château-Chinon.

Il est actuellement enseignant de sciences islamiques au Centre Tawhid à La Chapelle Saint Luc (agglomération de Troyes).

Moncef ZENATI Explique le voile dans sa fonction, le vrai, le faux. Personnellement je trouve ce texte très intéressant, qui j’espère sera bénéfique pour tous musulmans et musulmanes. Le voile est lié à la construction culturelle d’une libido masculine agressive !

« De nos jours, il n’est pas rare de voir des jeunes musulmanes européennes porter le « qamis »

et couvrir leurs têtes d’une « ‘imama » ou d’une « taqiyya » ou de voir des jeunes musulmanes porter le « jilbab », pensant que ces vêtements sont en soi la véritable tenue islamique ; les seuls vêtements qui respecteraient la norme islamique; les seuls vêtements conformes à la Sunna.

Tous ceux qui portent ces vêtements seraient plus musulmans que les autres, du moins, plus conformes à l’islam que les autres. Plus grave encore, certains font du port de ces vêtements un devoir religieux et une marque de piéter, considérant que le port de vêtements dits « occidentaux » serait une marque d’impiété.

 En réalité le qamis n’est pas un vêtement islamique de même que la ‘imama », la taqiyya, ou l’uniforme féminin appelé aujourd’hui jilbab. Tout simplement, parce que l’islam est venu instaurer une éthique vestimentaire. Quant à la forme, la longueur ou l’ampleur, elles sont déterminées par la norme sociale ou l’habitude des gens (Al-‘urf). Seuls l’excès et la vanité sont prohibés.

Le Prophète (saws) dit : « Mangez, buvez, habillez-vous et faites l’aumône, sans excès ni vanité » Ibn ‘Abbâs (rad) dit : « Mange ce que tu veux et porte les vêtements que tu veux, tant que tu évites deux choses : l’excès et la vanité »

L’usage fait loi en la matière. C’est l’environnement qui façonne la tenue vestimentaire. Le climat chaud exige de couvrir la tête et la nuque. Il est aussi plus confortable, dans un environnant chaud, de porter des habits amples et blancs. Alors que dans un environnement froid, la recherche de la chaleur pousse à porter des vêtements plus près du corps et à choisir des couleurs plus sombres.

À noter ici que tous les hadiths relatant les mérites de la imama sont faibles, voire forgés, et n’ont donc aucune valeur scientifique, dont le hadith : « Tenez-vous à la « imama » car c’est un signe distinctif des anges et laissez-la pendre derrière le dos».Je te fiche mon billet de ma mauvaise humeur !

 https://www.20minutes.fr/societe/2226611-20180223-iran-femmes-elles-droit-sortir-voile

 Bon dimanche à vous tous

Jean Olmini

Le 12 août 2018

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie