Je te fiche mon billet de ma mauvaise humeur !Les Iraniennes se dévoilent….

Les Iraniennes sont de plus en plus nombreuses à manifester courageusement leur émancipation contre le voile obligatoire. Des femmes iraniennes l’enlèvent en public pour protester contre son port obligatoire.

Je te fiche mon billet de ma mauvaise humeur !

Les Iraniennes se dévoilent….

 La société iranienne est en train de changer, où peut être une société en pleine mutation ; malheureusement nous ne voyons pas trop de changement. Il ne faut pas se leurrer, l’Iran étant une république islamique.

 Mais la jeunesse exhorte le président Hassan Rohani de laisser quelques libertés à la population et notamment aux femmes.

 Les Iraniennes sont de plus en plus nombreuses à manifester courageusement leur émancipation contre le voile obligatoire. Des femmes iraniennes l’enlèvent en public pour protester contre son port obligatoire.

Un mouvement distinct des manifestations qui ont lieu en Iran depuis fin décembre, mais un mouvement concomitant et qui prend de l’ampleur.

« Ce mouvement a été lancé, alors qu’au même moment des manifestations contre la vie chère agitent le pays. Les deux mouvements sont distincts, sensiblement différents, mais concomitants »

 Malgré l’arrestation de l’avocate Nasrin Sotoudeh. Malgré les peines de prison infligées à Shaparak, Maryam, Norges. Des jeunes iraniennes se prennent en photo, tête nue, leur voile au bout d’un bâton brandit en l’air, en plein espace public, et postent la photo sur les réseaux sociaux. Elles entendent ainsi protester contre l’obligation de se couvrir dans l’espace public. 29 femmes ont été arrêtées par la police iranienne, à Téhéran.

 Une jeune femme, Vida Movahed, est photographiée, juchée sur une armoire électrique, son foulard blanc accroché au bout d’un bâton. La tête nue, visible de tous, sur une grande avenue de la capitale, elle est aussitôt arrêtée. Un hashtag apparaît alors sur les réseaux sociaux, lancé par des Iraniennes : #WhereIsShe, où est-elle ? Elle a été libérée un mois plus tard. La contestation inédite est lancée, et depuis les photos se multiplient sur les réseaux sociaux.

 « Ôter le voile, ce n'est pas s'extraire de la religion, mais c'est s'extraire des normes restrictives, s'affranchir de l'étouffement de la société. C'est donc un acte courageux, mais aussi rempli de symbole pour la société iranienne d'aujourd'hui." » (France Culture).

 Chez nous, c’est le contraire, certaines musulmanes préfèrent porter le voile, c’est encore une fois kafkaïen. C‘est invraisemblable dans la mesure où des pays musulmans n'obligent pas les femmes à mettre un voile ou autre vêtement ostentatoire.

 La religion, la foi, la croyance quelle qu’elle soit, c’est un choix personnel au plus profond de nos entrailles, croire ou ne pas croire. Elle ne peut être imposée, faire du prosélytisme, ou endoctriner des enfants.

En France le voile n’est pas un épiphénomène, il est surtout politique. Les fondamentalistes essaient de pénétrer dans tous les systèmes administratifs, réseaux sociaux, associations, facultés, se présenter aux élections. Afin de mobiliser en masse, ils forcent certaines femmes ou jeunes filles à se voiler, à porter de façon à souligner que l’Islam est omniprésent de façon à gravir les échelons du pouvoir. C’est prendre le pouvoir qui intéresse, les salafistes, les frères musulmans et autres fondamentalistes souhaitant créer un état islamique en France.

 Néophyte, j’ai trouvé un référant en la matière, Moncef ZENATI Originaire de la ville du Havre. Après un cursus de mathématiques, il obtient une maîtrise en sciences islamiques à l'IESH de Château-Chinon.

Il est actuellement enseignant de sciences islamiques au Centre Tawhid à La Chapelle Saint Luc (agglomération de Troyes).

Moncef ZENATI Explique le voile dans sa fonction, le vrai, le faux. Personnellement je trouve ce texte très intéressant, qui j’espère sera bénéfique pour tous musulmans et musulmanes. Le voile est lié à la construction culturelle d’une libido masculine agressive !

« De nos jours, il n’est pas rare de voir des jeunes musulmanes européennes porter le « qamis »

et couvrir leurs têtes d’une « ‘imama » ou d’une « taqiyya » ou de voir des jeunes musulmanes porter le « jilbab », pensant que ces vêtements sont en soi la véritable tenue islamique ; les seuls vêtements qui respecteraient la norme islamique; les seuls vêtements conformes à la Sunna.

Tous ceux qui portent ces vêtements seraient plus musulmans que les autres, du moins, plus conformes à l’islam que les autres. Plus grave encore, certains font du port de ces vêtements un devoir religieux et une marque de piéter, considérant que le port de vêtements dits « occidentaux » serait une marque d’impiété.

 En réalité le qamis n’est pas un vêtement islamique de même que la ‘imama », la taqiyya, ou l’uniforme féminin appelé aujourd’hui jilbab. Tout simplement, parce que l’islam est venu instaurer une éthique vestimentaire. Quant à la forme, la longueur ou l’ampleur, elles sont déterminées par la norme sociale ou l’habitude des gens (Al-‘urf). Seuls l’excès et la vanité sont prohibés.

Le Prophète (saws) dit : « Mangez, buvez, habillez-vous et faites l’aumône, sans excès ni vanité » Ibn ‘Abbâs (rad) dit : « Mange ce que tu veux et porte les vêtements que tu veux, tant que tu évites deux choses : l’excès et la vanité »

L’usage fait loi en la matière. C’est l’environnement qui façonne la tenue vestimentaire. Le climat chaud exige de couvrir la tête et la nuque. Il est aussi plus confortable, dans un environnant chaud, de porter des habits amples et blancs. Alors que dans un environnement froid, la recherche de la chaleur pousse à porter des vêtements plus près du corps et à choisir des couleurs plus sombres.

À noter ici que tous les hadiths relatant les mérites de la imama sont faibles, voire forgés, et n’ont donc aucune valeur scientifique, dont le hadith : « Tenez-vous à la « imama » car c’est un signe distinctif des anges et laissez-la pendre derrière le dos».Je te fiche mon billet de ma mauvaise humeur !

 https://www.20minutes.fr/societe/2226611-20180223-iran-femmes-elles-droit-sortir-voile

 Bon dimanche à vous tous

Jean Olmini

Le 12 août 2018

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.