jean@olmini.fr
Retraité de la presse écrite PQR
Abonné·e de Mediapart

140 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 sept. 2018

Je te fiche mon billet de ma mauvaise humeur !Maurice Audin, libéré d’une vérité !

J’entends de-ci de-là!.. Certains journaux qui écrivent et rapportent des fausses histoires sur Maurice Audin. Évidemment il y a eu des exactions de part et d’autre qu’il ne faut pas négliger. Ce sont les pires horreurs de l’histoire de notre humanité.

jean@olmini.fr
Retraité de la presse écrite PQR
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je te fiche mon billet de ma mauvaise humeur !

Maurice Audin, enfin libéré d’une vérité !

 Maurice Audin, né le 14 février 1932 à Béja en Tunisie et mort à Alger en 1957, est un mathématicien français, assistant à l’université d’Alger. 

Aujourd’hui Emmanuel Macron manifeste une forme d’implication, de responsabilité de l’État dans la mort de Maurice Audin. Aujourd'hui encore, sa disparition soulève bien des questions, notamment celle de la reconnaissance de la responsabilité française concernant des actes de torture. 

Je m’insurge contre l’absurdité ! J’entends de-ci de-là, certains journaux écrivent et rapportent des fausses histoires sur Maurice Audin. Évidemment il y a eu des exactions de part et d’autre qu’il ne faut pas négliger. Ce sont les pires horreurs de l’histoire de notre humanité. 

Maurice Audin ne s’était pas allié avec le FLN. Évidemment il partageait la même optique « l’indépendance de l’Algérie ». Ce jeune homme était membre du Parti communiste algérien et militant de l'indépendance algérienne.

Le parti communiste a été interdit le 13 septembre 1955 et devient une organisation clandestine, dissimulant des communistes recherchés en relation avec le FLN. Eux-mêmes participent à certaines opérations liées à cette situation contre les autorités militaires. 

Arrêté le 11 juin 1957 peu de temps après l’attentat du casino, au cours de la bataille d'Alger ; accusé de porter secours aux terroristes algériens il disparaît. Mort, pendant son interrogatoire par des parachutistes français, (ancien d’Indochine) la date de sa mort n’est pas connue à ce jour. 

Je n’oublie pas le FLN, qui à lui aussi a pratiqué des excès de sauvageries en vers la population, qu’elle soit Algérienne ou Française. Notamment à la fin de la guerre, ou des milliers de harkis que la France a laissés sur place, ont été massacrés. 

C’est le général Aussaresses qui affirme avoir donné l'ordre de le tuer au couteau pour faire croire à un meurtre par le FLN. Il ne reverra jamais sa famille. 

Quelques mois plus tard, le 18 juin 2014, François Hollande, président de la République déclare que Maurice Audin a été assassiné durant sa détention. 

Que ce soit en Algérie ou en Indochine la France ouvre les yeux de la torture, d’une pratique légalisée. Elle n’est pas la seule à la pratiquer, les Américains, les pays arabes, les Asiatiques et les Russes, et sûrement bien d’autres, sont spécialistes de la chose. 

« C’est à la législation romaine que nos juges empruntèrent l’usage de la torture, de la question si l’on préfère ; et ce moyen de procédure avait pour but, assurait-on, de connaître la vérité, en arrachant à l’accusé l’aveu de son crime ou des révélations sur ses complices. » (Encyclopédie)

 En France, au XV et XVI siècle la torture était le moyen de faire avouer une personne, même innocente ; elle était soumise « à la question » ; il y avait deux sortes de questions : la question ordinaire et la question extraordinaire. La politique, le pouvoir, le clergé en étaient les boutefeux et bourreaux exécuteur de ce système brutal de barbarie. 

Des milliers de témoignages décrivent des milliers de formes de torture. L’imagination des bourreaux est infinie. ! La torture psychologique est de plus en plus pratiquée, et plus efficace parait-il. Les sévices laissent des traces physiques qu’un examen médical peut déceler. Afin de ne pas laisser de marques visibles, témoignages des violences infligées qui pourraient un jour se retourner contre eux, les tortionnaires ont recours à d’autres méthodes, apparemment moins barbares, apparemment moins destructives de l’intégrité des corps. 

« Lorsqu’on soumet le corps à une détresse extrême, le cerveau ne livre pas d’information fiable » (Nic Ulmi. @niculmi

Nous savons incontestablement que la torture ne mène nulle part et ne sert à rien! 

https://www.youtube.com/watch?v=ZCpXjqhCDxw

 Bon dimanche à vous tous

Jean Olmini

Le 16 septembre 2018

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre