jean@olmini.fr
Retraité de la presse écrite PQR
Abonné·e de Mediapart

140 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 févr. 2019

Je te fiche mon billet de ma mauvaise humeur !Retraite,la reforme à venir!

les pensions de retraites sont indexées sur l'inflation. Jean-Paul Delevoye, Monsieur retraites; prépare la réforme à venir. Il a proposé de revenir à une indexation sur les salaires.

jean@olmini.fr
Retraité de la presse écrite PQR
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je te fiche mon billet de ma mauvaise humeur ! Retraite, la réforme à venir !

 Depuis trente ans, les pensions de retraites sont indexées sur l'inflation. Jean-Paul Delevoye, Monsieur retraites; prépare la réforme à venir.Il a proposé de revenir à une indexation sur les salaires, en vigueur avant 1987.

En France entre 1948 et 1987, les pensions étaient indexées sur les salaires. « Les salaires augmentent toujours plus rapidement que l'inflation » (JDD).

 Parce qu’il y a le mouvement des Gilets jaunes, ça oblige le gouvernent, et surtout pour ne fâcher personne, l'exécutif se garde bien de dévoiler les équilibres de la future réforme des retraites. Les pensions de retraite sont donc réévaluées chaque année, précédant ainsi l’augmentation des prix.

 A savoir : « indexer les pensions sur les salaires, et non sur l'inflation, comme c'est le cas aujourd'hui. Le Haut commissaire va soumettre dorénavant cette proposition aux partenaires sociaux dans le cadre de leur prochaine table ronde » Le gouvernement envisage de modifier notre régime. (JDD)

 Nous pouvons admettre que l’augmentation des pensions de retraites serait ainsi plus régulière et moins dépendante de la croissance économique.

 D’après le Conseil d’Orientation des Retraites « Les effets de la revalorisation sur les prix sont beaucoup plus difficiles à interpréter pour les assurés en cours de constitution de droits.

 D’après ce même organisme (COR), la dégradation du taux de remplacement des retraites résulte de l’indexation sur les prix.

Un exemple concret a permis de prouver cette régression : un salarié non cadre né en 1990, le taux de remplacement devrait augmenter à 83 % si la revalorisation est basée sur les salaires. Pourtant, si le mode de calcul reste inchangé, le taux serait compris entre 63 % et 72 %.

 Avec ce mode d’indexation, la retraite d’un salarié qui a effectué une carrière complète au plafond de la Sécurité sociale est toujours légèrement plus basse que la moitié du plafond de la Sécurité sociale, bien qu’elle soit liquidée à taux plein à 50 %. En effet, le COR a indiqué qu’elle s’établirait aux alentours de 46,5 % du plafond.

 L'indexation des pensions sur les salaires est l'une des revendications des organisations de retraités à l'origine de quatre manifestations depuis un an pour dénoncer notamment la hausse de la CSG, entrée en vigueur en janvier.

Tout ceci est bien embrouillé, mais cela serait une bonne chose si toutefois  la CSG n’augmente pas d’autant.

 https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/le-vrai-du-faux/le-vrai-du-faux-non-les-pensions-de-retraite-ne-sont-pas-indexees-sur-l-inflation-depuis-1945_3083443.html

Bon dimanche à tous.

Jean Olmini

Le 17 février 2019

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — École
L’univers sexiste, homophobe et autoritaire de Stanislas, le « meilleur » lycée de France
De nombreux témoignages et des documents obtenus par Mediapart montrent ce qui est proposé par ce prestigieux établissement catholique. Une quinzaine d'anciens élèves racontent les « humiliations » et les « souffrances » vécues. 
par David Perrotin et Lorraine Poupon
Journal — Éducation
Dorlotée sous Blanquer, l’école privée prospère
L’enseignement privé n’a guère eu à souffrir du quinquennat écoulé, protégé par la figure tutélaire d’un enfant du système, le ministre Jean-Michel Blanquer lui-même. La gauche, tout à la défense d’un service public malmené, tâtonne sur sa remise en cause.
par Mathilde Goanec
Journal
Rapport du médiateur de Pôle emploi : ces règles qui pourrissent la vie des chômeurs
Sanctions « de plus en plus sévères et disproportionnées », « aberrations » derrière certaines mesures gouvernementales ou encore préconisations restées lettre morte : le médiateur national de Pôle emploi publie son rapport 2021, sans masquer son agacement.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En convalescence financière, le bailleur social Semcoda distribue des primes à ses dirigeants
Malgré sa santé économique fragile, le plus gros bailleur social de la région Auvergne-Rhône-Alpes vient de distribuer à ses dirigeants des primes critiquables car elles intègrent des résultats exceptionnels liés à des ventes de logements. Les salariés, eux, n’ont pas perçu d’intéressement depuis plusieurs années.
par Mathieu Périsse (Mediacités Lyon)

La sélection du Club

Billet de blog
États-Unis : le patient militantisme anti-avortement
[Rediffusion] Le droit à l'avortement n'est plus protégé constitutionnellement aux États-Unis. Comment s'explique ce retour en arrière, et que peuvent faire les militantes des droits des femmes et les démocrates ?
par marie-cecile naves
Billet de blog
Autorisation de l'interdiction de l'IVG aux USA, sommes nous mieux lotis en France ?
« N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant ».
par bennoursahra
Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu
Billet de blog
Le combat pour l'avortement : Marie-Claire Chevalier et le procès de Bobigny (1)
[Rediffusion] Marie-Claire Chevalier est morte le 23 janvier, à 66 ans. En 1972, inculpée pour avoir avorté, elle avait accepté que Gisèle Halimi transforme son procès en plaidoyer féministe pour la liberté de disposer de son corps. Pas facile d’être une avortée médiatisée à 17 ans, à une époque où la mainmise patriarcale sur le corps des femmes n’est encore qu’à peine desserrée.
par Sylvia Duverger