Je te fiche mon billet de ma mauvaise humeur !Notre-Dame-des-Landes, terminé..!.

Il faut reconnaître qu’Emmanuel Macron et Édouard Philippe ont fait fort dans ce dossier épineux ; de prendre une décision pas si simple, en abandonnant le projet d’Aéroport Notre-Dame-des-Landes. Un dossier de 55 ans qui traîne depuis 1963 sous la présidence du général De Gaule.

Je te fiche mon billet de ma mauvaise humeur !
Notre-Dame-des-Landes, les opposants vont libérer la zone !

 Il faut reconnaître qu’Emmanuel Macron et Édouard Philippe ont fait fort dans ce dossier épineux ; de prendre une décision pas si simple, en abandonnant le projet d’Aéroport Notre-Dame-des-Landes. Un dossier de 55 ans qui traîne depuis 1963 sous la présidence du général De Gaule.

 Aujourd’hui ce projet est mort né, il ne verra pas le jour pour le moment, le gouvernement a joué fin avec tous les protagonistes de tout horizon de ce dossier, qu’il soit terrien, acteurs locaux ou politique.

 Quelques républicains ont crié leur mécontentement, des critiques à l'emporte-pièce, très acides, pour un désaveu de démocratie. Christian Jacob, président du groupe à l'Assemblée nationale, fervent défenseur du projet de construction d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes, s'est insurgé contre, ce qu'il considère comme un abandon de l'État, faisant suite au référendum local sur la construction de l'aéroport contesté de Notre-Dame-des-Landes.

 Christian Jacob est assez sarcastique, fielleux diront certains. « C'est capituler dit-il, devant les voyous, devant les casseurs, devant le droit. 178 recours, l'État capitule devant des hordes de voyous qui ont brûlé des voitures de gendarmerie, caillassé des forces de l'ordre, et qui sont en train d'exulter, de chanter et de danser sur les décombres de l'autorité de l'État", dénonce-t-il, furieux.... »

 En majorité, (74%) les Français, accueillent favorablement cette décision. Il reste tout de même, deux points épineux : Les Zadistes et la société Vinci.

 Les Zadistes, ils ont jusqu’au 30 mars pour abandonner et quitter les lieux. Pour Gérard Collomb, le ministre de l’intérieur a demandé fermement que les routes soient libérées, surtout la principale, la D281 qui traverse la zone, d’ici la fin de la semaine. Cette route est totalement barrée par plusieurs obstacles : des pneus, des véhicules et certaines habitations.

 Franceinfo « Les zadistes se sont engagés eux-mêmes à déblayer cette route. Dans le cas contraire, les gendarmes interviendront. Pour le moment, ils se font très discrets. Il n'y a que quelques patrouilles autour du site. Personne ne veut aller jusqu'à une confrontation. Ce matin, les zadistes doivent se retrouver en assemblée générale à partir de 10 heures pour décider de la suite du mouvement. Faut-il partir progressivement ou rester jusqu'à être expulsés? Il y aurait 150 à 200 occupants illégaux dans la ZAD ».

 Certains zadistes pensent rester, d’autres partiront vers d’autres luttes, à Bure dans la Meuse, le futur cimetière nucléaire français ou la France veut enterrer ses déchets radioactifs ,à 500 m sous terre, les plus dangereux.

 Pour ceux qui souhaitent rester, ils sont prêts à négocier avec le gouvernement, qui s’inspire du modèle du camp de Larzac en 1981.

Il me paraît plausible qu’il y aura des difficultés, c’est même certain, à ce que disent les Zadistes, ils sont prêts à se battre, et l’ont réitéré à plusieurs fois.


Sur 200 Zadistes il y aura toujours des mécontents et des casseurs ; suivront des heurts avec les forces de gendarmerie, de police qui sont pour l’instant en périphéries et procèdent à des contrôles afin d’en assurer l’entrée de la ZAD pour éviter toutes armes ou explosifs.

 En ce qui concerne Vinci, le gouvernement, qui va devoir indemniser Vinci, chargé de la construction et de l'exploitation de l'aéroport abandonné. « Combien coûtera l'abandon du projet de construction de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) aux contribuables français ? Mercredi soir, quelques heures seulement après l'annonce du Premier ministre, Édouard Philippe, d'enterrer définitivement ce projet vieux de cinquante ans, l'État et Vinci ont commencé les tractations. »

Interrogé vendredi sur Europe 1, « Bruno Le Maire, l'actuel ministre de l'Économie, s'est engagé à publier « de manière très transparente le résultat ».

 Espérons que tout se passe pour le mieux, pour les Zadistes, d'autre part pour le gouvernement, ainsi que pour les agriculteurs qu’ils retrouvent leurs champs et leurs bêtes !

 http://www.leparisien.fr/…/notre-dame-des-landes-l-etat-ne-…

 Source : La Dépêche du midi, Franceinfo, Ouest France, Sud ouest, 20 Minutes, Le monde, Libération, Mediapart, Le Canard enchaîné, le Parisien.

Bon dimanche à vous tous !
Jean Olmini
Le 21 janvier 2018

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.