jean@olmini.fr
Retraité de la presse écrite PQR
Abonné·e de Mediapart

140 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 oct. 2018

Je te fiche mon billet de ma mauvaise humeur!Je sollicite un revenu de base!

Une expérience sur un revenu de base (Non pas un revenu Universel d’Existence) va être testée dans des départements socialistes. Aude, Alpes-de-Haute-Provence, Ardèche, Ariège, Dordogne, Finistère, Gers, Gironde, Haute-Garonne, Hérault, Ille-et-Vilaine, Landes, Loire-Atlantique, Lot, Lot-et-Garonne, Meurthe-et-Moselle, Nièvre, Seine-Saint-Denis.

jean@olmini.fr
Retraité de la presse écrite PQR
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 L’idée d’une allocation universelle ou encore revenu de base, revenu pour tous ou revenu d’existence réapparaît.

Cette une idée d’une extrême simplicité a des antécédents étonnamment variés. Au cours des deux derniers siècles, elle a été formulée de manière indépendante sous différents noms -.

« Dividende territorial » et « prime d’état », par exemple « revenu de Citoyenneté »« allocation universelle » et « revenu de base » et le plus souvent sans grand succès.

 Toutefois, ces vingt dernières années, elle est devenue peu à peu l’objet d’une discussion publique sans précédent et qui prend rapidement de l’ampleur à travers l’Union Européenne. Certains y voient un remède décisif pour bien des fléaux sociaux, y compris le chômage et la pauvreté.

 L’idée d’un revenu universel a une longue histoire. On considère généralement que Thomas More est le premier à en avoir formulé une version moderne mais utopique à l’époque.

 Une expérience sur un revenu de base (Non pas un revenu Universel d’Existence) va être testée dans des départements socialistes. Aude, Alpes-de-Haute-Provence, Ardèche, Ariège, Dordogne, Finistère, Gers, Gironde, Haute-Garonne, Hérault, Ille-et-Vilaine, Landes, Loire-Atlantique, Lot, Lot-et-Garonne, Meurthe-et-Moselle, Nièvre, Seine-Saint-Denis.

 Le protagoniste, ou l’inspirateur de ce projet n’est autre que Jean Luc Gleize, président du conseil départemental de Gironde.

 Lors de la présidentielle le candidat Benoît Hamon disait ceci « Dès janvier 2018 la première étape du Revenu Universel d’Existence » « Le Revenu Universel, c’est un levier de lutte contre la pauvreté avec la garantie automatique de ne jamais avoir moins de 600 euros par mois pour vivre.» (#Hamon2017)

 J’entends ici encore les moqueries de toutes parts, de droite comme de gauche. Je dirais que moi-même, quand B.Hamon en a parlé pendant les élections présidentielles, je suis resté un peu perplexe, dubitatif, même incrédule.

D’autres dénoncent une proposition insensée, impraticable sur le plan économique et discutable sur le plan éthique, qui « doit être oubliée aussi vite que possible et jetée une bonne fois pour toutes ! »

 Évidemment quand on ne comprend pas bien les facteurs nécessaires à palier à la pauvreté, cela influence notre cerveau par ignorance, nous trouvons les idées des autres fâcheusement mal comprises ou idiotes. 

Les présidents des conseils départementaux ambitionnent un versement mensuel d'une allocation qui remplacerait le RSA et la prime d'activité

 Ce projet de revenu de base ne serait pas universel, mais sous condition de ressources. 

Un échantillon de 60 000 personnes réparties sur les 18 départements, il est possible que ce revenu soit intégré dans le plan de pauvreté du gouvernement. Il serait destiné à un public qui reçoit et regrouperait RSA, AAH, ASS. 

Il paraîtrait que 35 % des personnes qui ont droit au RSA ne le demandent pas; le revenu de base donnerait justement un minimum de rémunération au 18-25 exclu actuellement.

 Philippe Martin, président du conseil départemental du Gers, tient à souligner « Que pour sa part une qualité intrinsèque, d’un travail mené par des praticiens de la politique publique, comme La fondation Jean Jaurès, le Centre pour la recherche économique et ses applications (Cepremap), l’institut des politiques publiques et a rappelé la réalité de ‘Territoires’ ».

« Nous mesurons chaque jour les limites de l’aide sociale telle qu’elle existe et où des populations s’enfoncent dans la pauvreté. » Ph. Martin. 

Il dépend dorénavant à Valérie Rabault et Patrick Kanner, présidents des groupes socialistes à l‘Assemblée et au Sénat, de combattre pour faire exister cette proposition de loi.

Souhaitons que l'État accepte et admette l'idée de l'expérimentation, il serait inimaginable que la mesure ne puisse pas aboutir !

 https://www.ladepeche.fr/article/2018/10/18/2890684-dix-huit-departements-dont-sept-occitanie-veulent-tester-revenu-base.html

 Bon dimanche à vous tous !

Jean Olmini

Le 21 octobre 2018

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous