jean@olmini.fr
Retraité de la presse écrite PQR
Abonné·e de Mediapart

140 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 févr. 2019

Je te fiche mon billet de ma mauvaise humeur ! Pourquoi n'aime-t-on pas les juifs!

Tu n’aimes pas le juif dis moi pourquoi? Parce que tu es juif! Nous avons tous plus au moins d’animosité, quand une personne nous fait du mal. Mais ou est le mal que font les juifs? Bien sûr le monde renferme toutes sortes d’antonymes, d’opposés, de contradictions, de telle sorte qu’il nous renvoie l’infini toutes pensés rigides.

jean@olmini.fr
Retraité de la presse écrite PQR
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je te fiche mon billet de ma mauvaise humeur !

Pourquoi n’aime-t-on pas les juifs ?

Tu n’aimes pas le juif dis moi pourquoi? ! Parce que tu es juif! 

Nous entendons souvent de telles choses, même spécialement des plus infâme ; mais nous n’en savons pas plus sur cette détestation, cette haine immonde !. Nous avons tous plus au moins d’animosité, quand une personne nous fait du mal. Bien sûr le monde renferme toutes sortes d’antonymes, d’opposés, de contradictions, de telle sorte qu’il nous renvoie l’infini toutes pensés rigides.

Mais pourquoi de nos jours (Et hier) les juifs sont-ils autant détestés ? Nous pouvons tout de même nous poser la question au lieu de tambouriner, de rechercher cette vérité. Est-il un peuple différent ? Personnellement je ne le pense pas et je ne le crois pas, car ayant côtoyé dans ma vie, plusieurs amis et collègues de confession juive, je n’ai vu aucune différence d’un être humain à un autre.

Évidemment la religion en est un autre sujet ; car la foi appartient au plus profond de nous, dans les abîmes de notre cerveau. Elle est fondamentale à notre esprit pour le croyant et le non croyant. Croire ou ne pas croire quelle que soit la religion exprimée. 

"Parce qu’ils ne sont pas Gentils", disait Jacques Lacan. Ce jeu de mots pose avec humour une question fondamentale : celle de la pérennité du mal.

Qu’est-ce qui fait qu’à travers le temps jamais cette haine ne s’épuise, et qu’elle renaisse toujours, tel un Phénix, des cendres de l’Histoire ? Nul ne peut commencer à y répondre s’il n’admet d’abord la spécificité de l’antisémitisme : la haine des juifs n’est jamais un racisme ordinaire." (L’Obs Delphine Horvilleur, rabbin Delphine Horvilleur) 

Là où le raciste, convaincu de sa supériorité physique, culturelle ou morale, fait de l’autre un "moins que lui", l’antisémite souffre souvent au contraire d’un étrange complexe d’infériorité. 

Les Israélites étaient un peuple du Moyen-Orient qui habitait une partie de Canaan durant la période tribale et monarchique. Dans la Torah, le Coran et l’Ancien Testament chrétien, le terme israélite désigne les descendants des douze fils de Jacob, chefs des douze tribus d’Israël. 

Dans la Torah, le terme juif désigne les peuples du royaume de Judée originellement de la tribu de Juda. Ainsi, les Samaritains se considèrent Israélites du royaume d’Israël au nord

(ou royaume de Samarie), en opposition aux Israélites "juifs" du royaume de Judée. Le terme hébreu pour sa part désigne les descendants des membres de la tribu de Eber, dont descendraient les israélites. (Wikipédia) 

C’est de plus en plus alambiqué, compliqué pour moi ! 

Selon Jean-Paul Sartre, (1946) le Juif est un homme tenu pour juif par les non-juifs : c’est le regard d’autrui qui fait du Juif, un Juif. Ce n’est pas l’histoire ou la religion, ni le territoire qui unisse entre eux les « enfants d’Israël ». Pour Sartre, les Juifs sont tout à fait assimilables sauf s’ils se définissent eux-mêmes comme « ceux que les autres nations ne veulent pas assimiler », définition liée à l’antisémitisme. Selon Sartre, pour mettre un terme à l’antisémitisme ce n’était pas le Juif qu’il fallait changer mais l’antisémite. 

Si pour ma part, il y a aujourd’hui un antisémite de plus en plus engagés en Europe, cela vient aussi des guerres du proche Orient et de la soumission de la Palestine envers l’État Israélien. 

Je vais vous laisser sur la fin, car je n’en sais pas plus sur la haine des juifs ! 

Découvrez la tribune Delphine Horvilleur, rabbin du Mouvement juif libéral de France, "Pourquoi n’aime-t-on pas les juifs ?" 

http://www.crif.org/fr/revuedepresse/france-delphine-horvilleur-pourquoi-naime-t-pas-les-juifs

 Bon dimanche à vous tous.

Jean Olmini

Le 24 février 2019

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte
Journal — International
Mais jusqu’où ira la Cour suprême des États-Unis ?
Après l’abrogation du droit constitutionnel à l’avortement aux États-Unis, une question traverse le pays : d’autres droits, comme le mariage homosexuel et même les relations sexuelles entre personnes de même sexe, sont-ils désormais menacés ? Éléments de réponse.
par Patricia Neves
Journal — Politique
Avoir un vrai scrutin proportionnel ? Il n’est jamais trop tard pour l’adopter
Malgré l’absence de majorité absolue à l’Assemblée, une réforme du mode de scrutin aux législatives serait toujours utile. Celui qui est en vigueur continue à produire des effets problématiques, tandis qu’un passage à la proportionnelle pourrait procurer des avantages supplémentaires. 
par Fabien Escalona
Journal — Énergies
Gaz russe : un moment de vérité pour l’Europe
L’Europe aura-t-elle suffisamment de gaz cet hiver ? Pour les Européens, le constat est clair : la Russie est déterminée à utiliser le gaz comme arme pour faire pression sur l’Union. Les risques d’une pénurie énergétique ne sont plus à écarter. En première ligne, l’Allemagne évoque « un moment Lehman dans le système énergétique ».
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Macron s’est adressé aux rapatriés d’Algérie en éludant les crimes de l’OAS
Le 26 janvier, le président s’est adressé à des « représentants des pieds-noirs » pour « continuer de cheminer sur la voie de l’apaisement des mémoires blessées de la guerre d’Algérie ». Les souffrances des Européens qui quittèrent l’Algérie en 1962 ne sauraient être contestées. Mais certains propos laissent perplexes et ont suscité les réactions des défenseurs de la mémoire des victimes de l’OAS.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet de blog
France-Algérie : une autre commémoration est-elle possible ?
L’Algérie hante la France, tel un spectre chiffonné, sûrement autant que les Français obsèdent les Algériens. Malgré le travail déjà fait, il y a tant de vérités enfouies, tant de paroles non entendues qui font défaut et empêche de construire un récit collectif. Et surtout tant de rendez-vous à ne plus manquer. Pour participer à cette libération de la mémoire et de nos imaginaires, le Club vous propose un travail collectif pour honorer cette 60e année de paix.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Les taiseux d'Algérie
Dans un silence fracassant, excusez l'oxymore, les Algériens ont tu l'Algérie et sa guerre d'indépendance. Ils ne pouvaient plus en parler, des générations entières ont grandi dans le silence de leur père et de leur grand-père. Une mémoire calfeutrée derrière les non-dits omniprésents.
par dchraiti