Je te fiche mon billet de ma mauvaise humeur !Les mauvais élèves de la macronie !

Le goût du secret et ses travers, marque le début de l’ère macronienne. La France est-elle devenue une officine pour les Blacks Blocs, l’extrême droite, l’extrême gauche et autre groupuscule. Une guerre psychologique qui mine la macronie lequel ne sait pas gérer. Le ministre de l’intérieur, manque d’expérience n’est pas du tout dans la réalité.

L’arrivée d’Emmanuel Macron à l’Élysée en mai 2017 a utilisé une foule de nouveaux arrivés qui profitent aujourd’hui des postes importants autour du chef de l’État.

Le goût du secret et ses travers, marque le début de l’ère macronienne. Ils sont trentenaires et quadragénaires qui tourbillonnent autour du président. Les « mormons » comme ils sont surnommés, beaucoup sont de la mouvance de Dominique Strauss-Kahn dont ils ont préparé « la candidature présidentielle de 2012 ». 

Selon Gilles Le Gendre, (Président du groupe La République en marche) une erreur de la majorité : « Avoir probablement été trop intelligent ». La modestie est une grande valeur pour certains.

« Il est aujourd'hui devenu plus gênant, voire dangereux, de faire preuve d'intelligence que de suivre le troupeau agressivement gardé par les bergers macroniens ! Malheur aux députés de la majorité osant émettre un avis contraire à la ligne dictée depuis l'Élysée ! » (Public Sénat). 

La France est-elle devenue une officine pour les Blacks Blocs, l’extrême droite, l’extrême gauche et autre groupuscule. Une guerre psychologique qui mine la macronie lequel ne sait pas gérer. Le ministre de l’intérieur, manque d’expérience ; le ministère lui aussi n’est pas du tout dans la réalité. 

Comme le dit Franz-Olivier Gisbert dans son éditorial du « Point » : « Que se passera-t-il si, demain, quelques centaines de casseurs cagoulés et de noir vêtu décident de partir à l’assaut de l’Élysée ? Au train ou vont les choses, ce n’est pas un scénario impossible et, après le fiasco de la semaine dernière, il n’est pas absurde d’imaginer le pire » 

Oui, nous pouvons ébaucher un scénario, voire si ce samedi 23, la fureur, c’est un peu calmé, à Paris. Mais Montpellier, Nice, Toulouse, Bordeaux, les premières tensions ont eu lieu dans les rues de ses villes. À Nice la charge des forces de l'ordre, a blessé une femme de 71 ans, lors de la manifestation des “gilets jaunes” dans un état préoccupant. 

Je veux revenir sur les boutiques qui ont été dégradées, cassées, pillées qui sont à déplorer. J’ai une pensée pour les kiosques à journaux qui me touche, car ayant passé plus de trente-cinq ans dans la presse écrite et côtoyé ces marchands de journaux ; à ce jour, ils sont 21 kiosques incendiés, saccagés ; c’est insupportable, car les kiosquiers dans leur majorité des cas sont salariés. 

À qui appartiennent les kiosques à journaux ? « Elles sont en réalité la propriété de la ville de Paris qui a décidé de déléguer la gestion à la société Mediakiosk, une filiale de JC-Decaux. Un contrat de délégation de service public en somme. Montant d'une structure, selon les services municipaux : entre 100 000 et 120 000 euros selon la taille et le modèle ». (LCI) 

À quoi peut bien servir dans l’esprit des Gilets jaunes et les groupuscules de s’attaquer aux Kiosques. Si, ce n’est qu’à s’attaquer au monde de la presse, qui, incontestablement n’a rien à voir avec cela ! 

https://www.europe1.fr/societe/saccage-des-champs-elysees-la-ville-accorde-une-aide-aux-kiosquiers-3878108 

Bon dimanche à vous tous

Jean Olmini

Le 24 mars 2019

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.