Je te fiche mon billet de ma mauvaise humeur! Impartialité du débat public! Mon oeil!

La commission nationale du débat public était disposée à assurer l’impartialité de ce grand débat. Mais Mister Macron a dit niet. Médiapart révèle « la lutte âpre qui s’est déroulée dans les coulisses du pouvoir, de sorte qu’Emmanuel Macron puisse transformer l’initiative, selon le mot de Chantal Jouanno, en une « campagne de communication ».

Je te fiche mon billet de ma mauvaise humeur !Impartialité du débat public ! Mon, œil !

  À l’initiative du président de la République, le Gouvernement engage un grand débat national permettant à toutes et à tous de débattre de questions essentielles pour les Français.

 La commission nationale du débat public était disposée à assurer l’impartialité de ce grand débat. Mais Mister Macron a dit niet.

 Médiapart révèle « la lutte âpre qui s’est déroulée dans les coulisses du pouvoir, de sorte qu’Emmanuel Macron puisse transformer l’initiative, selon le mot de Chantal Jouanno, en une « campagne de communication ».  Une autre histoire se joue, d’après Médiapart, dont personne à l’époque ne se doute.

C’est une rumeur persistante de très vives tensions entre la CNDP d’un côté, et l’Élysée et Matignon de l'autre, sur la manière de conduire ce grand débat national. Un débat est une « Opération de COM »

 Grand débat national : Chantal Jouanno estime qu'il « est faussé » et qu'il s'agit d'une « opération de communication » elle même s’est retirée de l’organisation du grand débat, en raison d’une polémique sur son salaire. Après son retrait du grand débat national elle est sortie de son silence.

 Préparée par la CNDP le support du site numérique « était prêt, sauf qu’en fait, ils ont tout refait ! » « Nous avions prévu de faire une plateforme numérique totalement ouverte, où tout le monde pouvait échanger sur n’importe quel sujet » Le grand débat se résume à un questionnaire sur quatre thèmes dit-elle.

 Quatre fiches thématiques ont été mises en ligne. Chacune comprend, après un exposé résumant les enjeux et des données chiffrées, parfois agrémentés de citations d'Emmanuel Macron, un questionnaire mélangeant des questions ouvertes et fermées (entre une dizaine et une trentaine de questions suivant les thèmes). (Les Échos)

 Pourquoi limiter ce débat à ne répondre qu’aux questions qui sont posées par le gouvernement, et cela n’est pas un vrai grand débat, vous choisissez les questions qui sont incontestablement orientées.

« Question du travailleur pauvre et du pouvoir d’achat, il n’y a aucune question qui porte sur ce sujet » (Chantal Jouanno).

 Les Gilets jaunes parlent du grand bla-bla ! De la poudre de perlimpinpin de ces bonimenteurs et charlatans.

Macron ne fera rien pour nous demain, croient fermement les Gilets Jaunes.

 https://www.youtube.com/watch?v=uGCoq2v44z0

 

 Bon dimanche à vous tous

Jean Olmini

Le 27 janvier 2019

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.