Je te fiche mon billet de ma mauvaise humeur ! Trêve hivernale ! Expulsion .

Comme chaque année, le 31 mars annonce la fin de la trêve hivernale qui a débuté le 1er novembre. Elle est levée dimanche soir à minuit. Reprise des expulsions : Nous sommes en face d’une inhumanité sociale. La principale cause des mesures des expulsions locatives le non-paiement des loyers .

Trêve hivernale ! Expulsion = brutalité sociale !

La principale cause des mesures des expulsions locatives sont les personnes qui n’ont pas payé leur loyer, ou leurs charges. En dix ans 300 000 expulsions. Énorme !

 Pendant la trêve hivernale les locataires ne peuvent pas être chassés de leur demeure, sauf s’il trouve (ou on lui trouve) à se reloger pour lui et sa famille. La trêve hivernale suspend également les coupures de gaz et d'électricité en cas de factures impayées. 

Des procédures d'éviction peuvent toutefois pu être lancées par un arrêté de péril si les locaux sont insalubres. 

" En revanche, rien n'interdit à un propriétaire qui fait face à un impayé de loyer d'envoyer un commandement de payer à l'occupant de son logement pendant la trêve hivernale, ni même de passer à l'étape suivante : demander un jugement d'expulsion si le locataire n'a pas régularisé sa situation dans les deux mois qui suivent la réception du document." (journaldunet.fr) 

Il y a aussi les personnes qui sont en grandes situations de précarité comme les sans-abri qui ont pu être logés pendant l’hiver, mais le problème reste majeur, qui est aussi dramatique, ce sont les familles qui vont rester à la rue ! 

"Il y a des coupures d'énergie qui sont annoncées pour 150 000 familles, c'est dramatique", regrette encore le porte-parole de DAL." C'est un phénomène massif !

"Nous avons la fermeture de structures d'hébergement comme les centres d'hébergement d'urgence [CHUM] pour les sans-abri.

Donc à partir du 1er avril, c'est un véritable drame qui va toucher une partie importante de la population. On est face à une brutalité sociale terrible. On est très inquiets. Les familles vont rester à la rue !" (Europe1) 

Un expulsé raconte son expulsion, un drame, "Dans ces moments, on vous traite comme un chien raconte Michel, 51 ans. En quelques minutes, toute votre vie se retrouve sur un trottoir", Expulsé le 13 septembre, une date "gravée dans sa mémoire", il vit depuis plusieurs mois dans une voiture abandonnée. "J’ai de la chance, j’ai trouvé ça mais je ne sais pas combien de temps ça va durer", dit-il. (Sud Ouest) 

Quelles solutions pour les locataires en difficulté. Connaître ses droits en cas d’expulsion :Vous devez savoir, que dans tous les cas vous pouvez saisir le juge de l'exécution dont dépend votre domicile pour demander des délais de grâce. Surtout n’attendait pas le dernier moment. 

Contacter les associations dont ci-joint les plus connues comme : La Fondation Abbé Pierre, Le recours DALO, L’Association Droit Au Logement (Le DAL). ATD Quart-Monde. 

Sachez aussi qu’il y a des associations dans chaque moyenne et grande agglomération pour la précarité : La Fondation Abbé Pierre ; UNICEF ; Pauvreté Précarité Secours populaire ; Associations - Insertion sociale / Précarité - Engagement Solidaire ; Lutte contre la pauvreté en France ; Mouvement National des Chômeurs et Précaires ; Au Cœur De La Précarité et beaucoup d’autres. 

Nous pouvons nous-mêmes aider ceux qui sont sans abris, en précarité sociale en leur apportant du réconfort.

https://www.atd-quartmonde.fr/connaitre-ses-droits-en-cas-dexpulsion-2/  

Bon dimanche à vous tous

Jean Olmini

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.