Vu de Morlaix: un mot à Jean-Charles Larsonneur, député LREM finistérien

Je voudrais dire que :

1° le populisme mériterait qu'on s'arrête un peu à la définition. Voir à ce sujet l'opuscule de Maël de Calan, pas mauvais, mais évitant de définir le phénomène dans son rapport avec la démocratie.

2° Idem pour ce que J.Ch. Larsonneur appelle "la médiocrité de la petite politique". De quoi parlons nous ? Je signale l'existence d'un livre intitulé "La médiocratie" d'Alain Deneault (philosophe canadien). Pour ma part, j'insisterais sur l'idée que cette médiocrité est également partagée par les électeurs et par les élus.

3° Il est symptomatique que le propos d'Aurélien Barrau, astrophysicien prophète (entre deux cours) de la décroissance, répercuté par J.Ch. Larsonneur n'ait pas suscité le moindre commentaire (si ce n'est le mien). Or, pourtant, il va très loin non seulement dans la description des problèmes mais dans les propositions de solution, quand il en appelle à "des mesures coercitives, impopulaires, s'opposant aux libertés individuelles". Un argument m'a particulièrement touché : il dit que, individuellement, nous ne sommes pas assez sages pour renoncer à des libertés qui nous seraient néfastes, mais collectivement nous sommes assez sages pour accepter que l'Etat nous les interdise.

4° Que faire si ceci laisse indifférent même ceux qui sont visités par un minimum de lucidité politique ?

 

https://www.facebook.com/jeancharleslarsonneur

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.