Bécassine fait de la politique (vue de Morlaix (2/11)

« Les vacances de Suzette sont un supplément vacances de LA SEMAINE DE SUZETTE. Ici, c’est l’année 1912. Le premier album de Bécassine (‘L’enfance de Bécassine » paraît en 1913 ; mais le personnage de Bécassine apparaît dès les premiers numéros de l’hebdomadaire, en 1905).

Dans cette petite comédie, on trouve Bécassine en train d’écosser les petits pois, dont beaucoup sont « pourris » et elle les jette ; c’est ce qu’il faudrait faire des députés pourris, tels que le sieur Pluchard, que je soupçonne d’être républicain, car Bécassine, au service de la Marquise de Grand Air n’est pas franchement de gauche. Le personnage qui intervient est Zidore, le cuisinier qui a la réputation d’être cultivé, contrairement à Bécassine. Il entre en chantant « Pluchard s’en va-t-en guerre » sur l’air de « Marlborough… » La chanson date du XVIIIème siècle. Il en va de même de « Partant pour la Syrie » que, contrairement à Malbrouk s’en va-t-en guerre », nous avons pratiquement oubliée. Elle date du Consulat de Bonaparte ; elle servait d’hymne national officieux ( à la place de La Marseillaise) sous le Second Empire.

Notez la remarque de « Zidore » : « On dirait que vous ne savez pas que la France est en danger (…) Elle souffre d’une pléthore de canailles »… que dirait-il aujourd’hui ?

2-11

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.