jean_paul_yves_le_goff
philosophe (maîtrise), historien (doctorat)
Abonné·e de Mediapart

3324 Billets

5 Éditions

Billet de blog 21 juin 2008

Fête de la musique : Higelin chez Médiapart, Carla Bruni chez Libé

jean_paul_yves_le_goff
philosophe (maîtrise), historien (doctorat)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je me garderai d'en tirer des conclusions sur les valeurs, mais c'est ainsi; pendant que Médiapart recevait de Jacques Higelin le cadeau d'une chanson, Carla Bruni faisait à Libération le cadeau de ses états d'âme.

De tous les articles sélectionnés jusqu'ici dans cette revue de presse, on me peut sans conteste décerner une "nomination" à Carla et Libé pour le grand prix 2008 de la presse surréaliste .

En allant sur mon blog, rubrique revue de presse, à cette adresse :

revue de presse

http://jeanpaulyveslegoff.over-blog.com/article-20633468.html

vous pourriez voter, mais ce n'est pas indispensable, puisque, vu le sujet, j'ai pensé que ces quelques lignes pouvaient faire l'objet d'un billet; donc, voici le texte :

..

(désolé si les liens ne fonctionnent pas comme ils devraient: c'est, pour moi, toujours la galère)

jean-paul yves le goff

http://www.lelivrelibre.net

Médiapart, je pense qu'on connaît le chemin :

.

http://www.mediapart.fr

.

higelin :

http://img2.hostingpics.net/pics/163559higelin_mediapart.jpg

.

et pour libé :

carla bruni

http://www.liberation.fr/actualite/politiques/carlabruni/

La critique de son nouveau disque est ici :

http://www.liberation.fr/actualite/politiques/carlabruni/333824.FR.php

Quant à l'opinion politique de Carla, dont on découvrira avec intérêt qu'elle ne "fait pas corps" avec celle du mari ,

c'est pour la vidéo, ici :

http://www.liberation.fr/actualite/politiques/carlabruni/333829.FR.php

la transcription de la vidéo, est ici :

http://www.liberation.fr/actualite/politiques/carlabruni/333826.FR.php

dont voici quelques succulents extraits :

«Epidermiquement de gauche», l'épouse du président de la République s'explique sur sa musique, sur sa fonction, et nous répond sur la politique de Nicolas sarkoz

carla

Votre maison de disque avait l’idée de mettre un sticker sur l’album : «Vous pouvez aimer Carla Bruni sans aimer son mari.» Qu’en avez-vous pensé ?

Je comprends qu’elle ait voulu, à un moment, couper l’herbe sous le pied à cet amalgame. Je suis consciente du trouble de cette situation de dédoublement parce que cela suscite un trouble en moi aussi… Quand je fais un disque, je plonge dans mon noyau intime. Pour le préserver, il a fallu que je me dédouble. C’était la seule solution, pas forcément pour rester chanteuse mais pour survivre.

Pourquoi ne l’avez-vous pas demandé avant de vous marier ?

Parce que je ne souhaitais pas particulièrement devenir française. J’avais une carte de séjour, je pouvais travailler en France, je suis européenne. Ma sœur qui souhaitait voter en France a demandé la nationalité et l’a obtenue, mais c’est son choix. Moi, j’ai un passeport italien que je peux garder jusqu’en 2012. Il expire après ! Mais symboliquement, je me considère française.

Quand vous avez dit à votre mari que vous veniez à Libération…

Il a dit : «J’ai confiance en toi, vas-y.»

Il y a quand même des gens dans son entourage qui vous conseillent…

Je demande conseil à certaines personnes, mais personne ne me conseille.

Pierre Charon, un de ses fidèles s’occupe de votre communication.

Il y a un monde qui m’était complètement étranger, le monde des gens conservateurs, (...)

J’ai donc demandé à monsieur Charon comment désinquiéter ces personnes. Par exemple, je n’avais pas compris la prépondérance du fait d’être mariés. Même si je viens d’une famille bourgeoise, elle n’est pas du tout conservatrice.

Libé 1

(...)

Sur les inquiétudes des producteurs de télévision sur le service public et sur la possible nomination de Georges-Marc Benamou, conseiller de l’Elysée, à la Villa Médicis, vous êtes intervenue…

Sur la Villa Médicis, j’ai donné une opinion autour d’un déjeuner en tête-à-tête avec mon mari. Je lui ai dit : «Je trouve qu’il est fondamental d’y prêter beaucoup plus d’attention.» Ce n’est pas un lieu anodin, c’est un lieu magnifique, un lieu précieux.

Sur les producteurs, la télévision, j’ai déjeuné avec mon amie Fabienne Servan-Schreiber, qui m’a fait part de ses craintes. J’ai vu à quel point elles étaient justifiées. Je lui ai demandé d’en parler directement à mon mari

Libé 2

Votre demi-sœur, Consuelo, est aussi à l’Elysée depuis votre arrivée…

Elle fait un stage avec Jean-David Levitte, le conseiller diplomatique, sur l’aide humanitaire.

Sur la question du statut d’épouse du chef de l’Etat, en avez-vous déjà discuté avec Nicolas Sarkozy ?

(... Cela signifie que, lorsque l’on épouse quelqu’un, on a des devoirs mais on n’a pas de place précise. Ces devoirs sont-ils simplement les devoirs d’une épouse ? A ce moment-là, on rentre dans un système phallocratique. La tradition, c’est de représenter les femmes françaises et les hommes français, la France. J’ai juste essayé de m’engouffrer dedans. Je suis une femme moderne mais les traditions ne sont pas modernes. J’ai juste pris ce chapeau-là et ce vêtement-là.

Vous avez effectivement endossé l’habit. Mais comment allez-vous faire exister la fonction ?

Je vais essayer d’utiliser cette place pour quelque chose de fondamental. Evidemment, c’est toujours lié à des actions humanitaires.

Plus tôt, vous vous êtes rangée parmi «les ignorants de gauche»…

Mes réflexes épidermiques sont de gauche. Ce n’est pas une idéologie ni un système. Je ne suis pas une militante, je ne l’ai jamais été. J’ai l’impression que les gens qui sont complètement d’un côté ou de l’autre ne pensent qu’avec une partie du cerveau.

Une femme est-elle obligée de faire corps à ce point avec la politique de son mari ?

Faire corps ? Personne n’est obligé de faire corps ni avec la politique ni avec son mari ! On fait corps si on veut.

Je ne fais pas tellement corps avec sa politique. Si ? Vous trouvez ? Je lui ai apporté mon univers comme il m’a apporté le sien. Faire corps voudrait dire adhérer à tout ce que pense mon mari. Ce n’est pas comme cela dans un couple ! J’ai toujours les mêmes convictions même si je suis une femme assez peu engagée politiquement.

(propos recueillis par LUDOVIC PERRIN, PAUL QUINIO, MARIE GUICHOUX, GÉRARD LEFORT ET LAURENT JOFFRIN)

(Transcrit par Christine Rouxel et Isabelle Peker)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal — Écologie
L’industrie de la pêche est accusée d’avoir fraudé les aides Covid de l’Europe
Alors que s’ouvre le 27 juin la Conférence des Nations unies sur les océans, Mediapart révèle avec l’ONG Bloom comment les industriels de la mer ont fait main basse sur les indemnités destinées aux pêcheurs immobilisés durant la pandémie. Des centaines de navires, aux pratiques de pêche les plus destructrices pour les écosystèmes marins, auraient fraudé près de 6 millions d’euros de subventions publiques.
par Mickaël Correia
Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte
Journal — Fil d'actualités
L’Ukraine demande plus d’armes et de sanctions contre Moscou après des frappes sur Kiev
Le gouvernement ukrainien a réclamé dimanche plus d’armes et de sanctions contre Moscou aux pays du G7, réunis en sommet en Bavière (Allemagne), à la suite de nouvelles frappes russes survenues à l’aube sur un quartier proche du centre de Kiev.
par Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
France-Algérie : une autre commémoration est-elle possible ?
L’Algérie hante la France, tel un spectre chiffonné, sûrement autant que les Français obsèdent les Algériens. Malgré le travail déjà fait, il y a tant de vérités enfouies, tant de paroles non entendues qui font défaut et empêche de construire un récit collectif. Et surtout tant de rendez-vous à ne plus manquer. Pour participer à cette libération de la mémoire et de nos imaginaires, le Club vous propose un travail collectif pour honorer cette 60e année de paix.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Macron s’est adressé aux rapatriés d’Algérie en éludant les crimes de l’OAS
Le 26 janvier, le président s’est adressé à des « représentants des pieds-noirs » pour « continuer de cheminer sur la voie de l’apaisement des mémoires blessées de la guerre d’Algérie ». Les souffrances des Européens qui quittèrent l’Algérie en 1962 ne sauraient être contestées. Mais certains propos laissent perplexes et ont suscité les réactions des défenseurs de la mémoire des victimes de l’OAS.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Pacification en Algérie
Témoignage d'un militaire engagé en Algérie ayant participé à la pacification engagée par le gouvernement et ayant rapatrié les Harkis de la D.B.F.M en 1962
par Paul BERNARDIN
Billet de blog
Les taiseux d'Algérie
Dans un silence fracassant, excusez l'oxymore, les Algériens ont tu l'Algérie et sa guerre d'indépendance. Ils ne pouvaient plus en parler, des générations entières ont grandi dans le silence de leur père et de leur grand-père. Une mémoire calfeutrée derrière les non-dits omniprésents.
par dchraiti