Europe, religions et laïcité : nos ancêtres, les Barbares (5)

LES RACINES RELIGIEUSES ET LAÎQUES DE L'EUROPE, Le sujet est la question religieuse au Vème et VIème siècles (les grandes invations, qui construiront le socle de l'Europe)

Nos « Barbares » n’étaient barbares qu’au sens de ce mot dans l’antiquité : étrangers. Ils ne l’étaient pas au sens que nous lui avons donné depuis : sauvages. Ils étaient, certes, cruels et tuaient massivement aussi bien qu’individuellement. Meurtres et massacres étaient permanents. Mais les Romains n’étaient guère plus tendres. En fait, ce que cette représentation de sauvages cache, c’est qu’ils disposaient d’une civilisation. Leurs chefs, leurs rois, leurs princes, leurs élites recevaient une éducation. Ils avaient des lois, fussent-elles rudimentaires. Du point de vue du rapprochement, puis plus tard de la fusion, des cultures, les traités qu’ils passaient avec leurs vainqueurs ne concernaient pas seulement la guerre mais définissaient aussi la vie en temps de paix. L’éducation que recevaient les élites barbares étaient celle que recevaient les élites romaines. Ceci est fondamental par rapport à la question de la religion telle qu’elle va se poser à partir du Vème siècle. La culture des Barbares présente nécessairement un aspect religieux. Ils ont des croyances et des pratiques religieuses. Elles vont évoluer au fil du temps avec l’éducation des élites qui se répercute sur le reste des populations. La conversion des Barbares au christianisme est un mythe créé par l’historiographie officielle. La christianisation des Barbares est le résultat simple et direct de la romanisation des Barbares.
(À suivre)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.