critique de la raison catholique (32)

évêques 1682 © JPYLG le goff
évêques 1682 © JPYLG le goff

 

 

 

 

 

1.le souverain pontife n'a qu'une autorité spirituelle; les princes ne sont donc pas soumis à l'autorité de l'Église dans les choses temporelles ; le pape ne peut juger les rois et ni les déposer ;

 

2. L'Eglise gallicane revendique l'autorité du concile de constance (1414-1418) , lequel avait affirmé que, dans l'Eglise, l'autorité ultime était détenue par les conciles, supérieure donc à l'autorité du pape.

 

3. Les "règles, coutumes, maximes reçues par le royaume et l'Eglise de France, restent valables, dès lors que, dans le passé, elles ont reçu le consentement du Saint-Siège et "des" églises.

.

4. L'article 4 est une répétition et une généralisation de l'article 2 : le pape dispose de l'autorité principale, à condition que l'Eglise apporte son consentement.

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.