A propos de la paix au Congo-Brazzaville

Qui est la plus grande menace de la paix au Congo-Brazzaville, si ce n’est celui qui en est devenu le chantre quotidien ! Le discours monotone de Sassou sur la paix est une aberration, selon un diplomate européen accrédité au Congo.

A PROPOS DE LA PAIX AU CONGO-BRAZZAVILLE

00-cobra-supreme-sassou-nguesso

Qui est la plus grande menace de la paix au Congo-Brazzaville, si ce n’est celui qui en est devenu le chantre quotidien !

Le discours monotone de Sassou sur la paix est une aberration, selon un diplomate accrédité au Congo-Brazzaville que nous ne voulons pas citer.

Une indiscrétion d’un diplomate qui dit long sur la position réelle de son pays sur la politique du Congo. Loin des caméras, les vérités se disent mettant en exergue la direction erronée que prend ce pays pétrolier d’Afrique Centrale. Dans toutes ses interventions, Denis Sassou Nguesso, a toujours le mot paix dans sa bouche comme si c’était un projet politique, alors que son bilan est négatif.

« Le Congo n’a pas d’ennemis identifié ni identifiable, et pourtant on parle sans cesse de la paix. Qui donc menace la paix au Congo ? Je m’interroge ». A renchéri le diplomate accrédité au Congo au cours d’une rencontre privée avec d’autres diplomates européens.

Partout au monde, les dictateurs ont toujours tendance à parler de la paix, gage de la pérennisation de leur dictature. Le plus souvent, eux-mêmes sont arrivés au pouvoir par la violence et instaure un climat de terreur pour asseoir leur pouvoir. C’est le cas du Congo, où toutes les sensibilités divergentes sont réprimées.

Depuis que Denis Sassou Nguesso est arrivé au pouvoir, aucun des pays frontaliers n’a été une menace pour son pouvoir. D’où vient alors sa volonté de militariser le pays ? La réponse est simple, c’est le peuple. Tous les dictateurs ont toujours eu peur de leur propre peuple qu’ils savent être contre eux.

A ce moment, il faut instaurer un climat de terreur pour apeurer le peuple et chanter chaque matin et soir le mot paix. Après 40 ans au pouvoir, le diplomate juge qu’il est aberrant pour Sassou Nguesso d’insister sur la paix dont il bénéficie pourtant, mais n’a pu s’en servir à bon escient.

Aujourd’hui, la situation économique du Congo est catastrophique, malgré la paix. Mais la diplomatie et les intérêts y découlant poussent les diplomates en poste à Brazzaville à faire le lit du pouvoir.

D'APRES UNE SOURCE DIPLOMATIQUE

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.