Tu dois le savoir...

TU DOIS LE SAVOIR :

00000-1-malcom-x
Il y a environ 70 ans, Malcolm X disait: « ils se sont moqués de vos noms, et vous avez changé de noms. Ils se sont moqués de vos habits, et vous avez changé d’habits. Ils se sont moqués de vos cheveux, et vous avez acheté des défrisants. Ils se sont moqués de votre peau, et vous avez acheté des éclaircissants. » Il est choquant de constater qu’en Martinique, que dans la Caraïbe, dans toute l’Amérique et même en Afrique ces mots soient encore chargés de sens.

Que dans un monde dit “post colonial”, notre Histoire, nos cultures, soient à grande échelle dépréciées, rabaissées quand elles ne sont pas tout simplement calomniées.

Comment se fait il qu’en Martinique, dont la population est composée à 83% de personnes d’ascendance Africaine, l’éducation depuis plus de 100 ans ne soit axée que sur la France, l’Europe, ou l’Occident ?

Comment se fait il que nous ne connaissions rien de l’Afrique pré-coloniale, de l’Afrique d’où nous venons?

Que nous n’ayons pour la plupart jamais entendu parler des murs de Benin City, détruits par les anglais, qui étaient 4 fois plus grands que la grande Muraille de Chine ?

De la Charte du Manden, première constitution au monde, qui abolissait l’esclavage ?

Des bibliothèques de Tombouctou?

Ou encore D’Aboubakri II, sultan de l’empire du Mali du 13ème siècle, qui serait arrivé à l’endroit que l’on appelle maintenant “Brésil” deux siècles avant les Européens ? de son successeur Mansa Moussa, l’homme le plus riche de l’histoire de l’humanité ?

Que nous ne sachions pas que le Mali détenait la moitié du marché de l’or à cette époque?

Nous devons le dire haut et fort: l’éducation des populations des « anciennes colonies » est un outil idéologique qui contribue à garder nos populations dans une situation d’asservissement mental.

Et Cela fonctionne si bien, que certains d’entre nous ne regrettent pas la traite Atlantique, car on leur à mis dans la tête que l’esclavage, l’évangélisation et l’assimilation nous ont rendu humains. Nous avons brisé il y a 170 ans une partie des chaines qui entravaient notre liberté. Il est plus que temps que nous décolonisions nos esprits.

Nous, la jeunesse, nous, les survivants de ces génocides qui ne disent pas leurs noms, sommes les seuls à pouvoir s’emparer de notre Histoire et rétablir la vérité.

Nous vivons dans un monde dans lequel chaque personne sert ses intérêts en priorité; et faire preuve d’honnêteté intellectuelle en ce qui concerne l’Afrique et sa diaspora, en ce qui concerne l’achat, la déportation et l’exploitation de personnes humaines n’a aucun intérêt pour la France, qui sans scrupules, continue de vider le continent mère de l’humanité de ses ressources. Une de ces nombreuses ressources étant ses jeunes, qui sont éduqués dans les écoles Européennes, et qui croient que les Européens leur ont tout apporté avec la colonisation.

Des Africains qui ne sauront jamais que le droit, l’écriture, ou encore l’astronomie existaient en Afrique bien longtemps avant cette sombre période.

Des jeunes éduqués à aduler leurs bourreaux : et oui, je parle bien de la grande majorité des philosophes, des auteurs et autres artistes des siècles passés:

Des Kant, des Rousseau, des Jules Ferry, des Voltaire, des De Gaulle, des Hugo, des Maupassant, des Zola, et j’en passe, qui sont pour certains mondialement reconnus comme étant des défenseurs des droits humains, alors qu’ils n’étaient bien souvent pas en accord avec les valeurs que l’école nous à fait croire qu’ils défendaient: des négrophobes, des sexistes, et des classistes, qui du haut de leurs privilèges s’octroyaient le droit de déterminer qui possède un cerveau, qui possède une âme, qui détient l’humanité.

Je ne crois pas que l’école, quelle qu’elle soit devrait mettre à l’honneur des personnes ayant eu des propos tels que « les blancs sont supérieurs à ces nègres, comme les noirs le sont aux singes, et les singes le sont aux huîtres. »

Et je pense fermement que pour que l’humanité avance, nous devons regarder l’Histoire dans sa globalité, sans fermer les yeux. Mais si le choix de l’Europe est de continuer à mettre en avant ces personnes, nous devons dire NON.

Nous ne pouvons pas faire de concession.

Il en va de notre honneur, de notre survie, mais aussi de l’honneur et de la survie du reste de l’humanité d’exiger que justice soit faite, car pour citer Christiane Taubira: “Nul n’affirme son humanité au mépris des autres”

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.