Le Congo de Sassou et le mirage FMI

A l’annonce de la décision du FMI qui accorde quelques clopinettes au gouvernement congolais, quelques imbéciles sont allés danser de joie et de bonheur (en langue mbochi) en l’honneur de celui et ceux qui ont appauvri le pays. Ils ont oublié ou ne savent pas que ce que l'on appelle "AIDE DU FMI" est en fait une dette sur la dette.

Le Congo de Sassou et le mirage FMI !

A l’annonce de la décision du FMI qui accorde quelques clopinettes au gouvernement congolais, quelques imbéciles sont allés danser de joie et de bonheur (en langue mbochi) en l’honneur de celui et ceux qui ont appauvri le pays. Ils ont oublié ou ne savent pas que ce que l'on appelle "AIDE DU FMI" est en fait une dette sur la dette.

En effet, il faut foncièrement être c..., idiot et crétin pour se comporter comme ceux qui sont indexés, les danseurs de Sassou. L'humiliation du FMI est pour eux une victoire. C'est comme s'ils ont gagné au LOTO, alors qu'ils ont ajouté la dette à la dette. D'abord quelles sont les conditions, que je suppose draconiennes, posées par le FMI ? Le CLAN D'OYO les réalisera-t-il toutes, en totalité, avec leur esprit roublard ?

Si on regarde bien le montant dit "AIDE DU FMI" : 450 millions de dollars US, qui est le plus grand perdant dans cette affaire ? Personne ne parle des frais de lobbying perçus par le tandem DSK-Pigasse et autres Ollivier, etc., qui se sont sucrés au passage. Croyez-vous que le FMI n’a pas suivi tout ce micmac ? Et si, par courtoisie pour les efforts déployés par Sassou et son CLAN en matière de lobbying, le FMI n’a fait que leur rembourser les sommes payées pour les services rendues par MM. Mathieu Pigasse et Dominique Strauss-Khan ? Car la prétendue aide du FMI est tellement dérisoire par rapport au montant de la dette globale qu'on est tenté de le croire !

Or, en 1963, ceux qui dirigent le pays aujourd’hui avaient accusé le président Youlou d'avoir "tout volé". Mais il nous avait dit une seule chose : "Vous m'accusez de voleur ? je m'en vais, mais sachez-le, que vous acclamerez des fous qui ne viendront que pour leur argent. Vous transporterez de lourdes pierres sur vos têtes sans étoffe amortissant les douleurs (coussinet)". Le Congo vit actuellement cette prophétie et nous sommes devenus un peuple incapable qui, pourtant, était prêt à chasser tout mauvais président.

En conséquence, Sassou ne pourra en vouloir qu’à lui-même, en voulant diriger le pays avec ses enfants, sa famille, son clan au sein desquels les « lumières » sont une denrée rare…

Enfin, le poisson pourrit toujours par la tête !

Fwanda MAZALA

01-congo-vive-le-fmi

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.