(Congo) Spécial région de la Sangha (Nord-Congo)

Ça ne se passe pas qu’au Sud du Congo. Aujourd’hui, ce numéro, nous le consacrons au Nord-Congo, notamment à la région de la Sangha. Une région livrée au vandalisme d’Etat, à la cupidité des sociétés privées chinoises qui, parfois, servent de prête-noms aux hommes politiques véreux au pouvoir.

Ça ne se passe pas qu’au Sud du Congo. Aujourd’hui, ce numéro, nous le consacrons au Nord-Congo, notamment à la région de la Sangha. Pour mieux comprendre les images, commençons par la carte de cette région, afin de situer les agglomérations qui seront citées tout au long des images qui sont exposées ici en guise de témoignage...

carte-de-la-sangha
Cette première série de photos du paysage de la Sangha concerne les routes de Tala-tala à Bolozo. Ici ne figure pas la route de Makoua-Sembe via Ouesso encore appelée Nationale 2. Retenons que cette portion de la Nationale 2 a été construite par les Chinois, financée par la Banque mondiale à la demande de la CEMAC, mais que le pouvoir de Sassou a retardé la construction, autant qu’il a pu, surtout la portion Ouesso-Souanké, car il avait été demandé aux Oyocrates et complices de préalablement acheter le plus de terrains possibles le long de cette route ; mais devant la résistance des paysans,  d’une part et l’impatience de la Banque mondiale mais aussi des autres Etats (cette route qui aboutit au port de Kribi au Cameroun fait partie du vaste plan de la transafricaine) d’autre part, il a dû, de mauvaise grâce, s’y résoudre. Une très bonne route. On y roule à 100 voire 120 km/h sans problème.

Une région livrée au vandalisme d’Etat, à la cupidité des sociétés privées chinoises qui, parfois, servent de prête-noms aux hommes politiques véreux au pouvoir.

LIRE LA SUITE, MERCI DE CLIQUER SUR CE LIEN :

 Numéro Spécial Région de la Sangha (Nord-Congo) - Région livrée au vandalisme d'Etat... (pdf, 4.9 MB)

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.